Une source : Les Anglais à Genève entre 1555 et 1558

Nicholas Hilliard naît en 1547 à Exeter. Entre 1557 et 1559 probablement, Nicholas Hilliard est pris en charge par une famille de marchands de la ville, les Bodley. Au cours de mes recherches concernant l’enfance de Nicholas Hilliard, j’ai appris que son nom apparaissait dans le Livre des Anglois à Genève à la date du 8 mai 1557. Cette source est publiée en 1831 par John Southerden Burn[1] ; elle rassemble le nom des Anglais qui arrivèrent à Genève. Malheureusement, cet ouvrage est aujourd’hui indisponible en France. Je me suis donc retournée vers une autre source publiée, le Livre des habitants de Genève, publiée en 1970 par Paul Geisendorf en deux volumes, pour les années 1549-1560 tout d’abord, puis pour les années 1572-1574. Elle rassemble le nom des personnes qui furent acceptées dans la ville. Le nom du registre est explicite quand aux devoirs de l’immigré accueilli : « Registre et rolle des estrangiers françoys italiens, normans, provencalz, gascons, neapolitains, flamans, bourgoignons, bretons lorrains et aultres. Lesquels presentans suplication et jurans es mains de messieurs d’estre obeissantz subjectz, de vivre selon dieu et la sainte reformation evangelicque, et d’observer tous editz et comandemens de messieurs ont esté receux pour habiter sous la gremie de noz seigneurs et superieurs des ans 1549, 1550, 1551, 1552, 1553, 1554, 1555, 1556, etc. »

Sous le règne de la catholique Marie Ire dite « La Sanglante » (r. 1553-1558), de nombreux Anglais protestants s’exilèrent à l’étranger pour éviter les persécutions. Ils s’installèrent majoritairement dans les Pays-Bas avec qui les Anglais ont des relations privilégiées depuis au moins le XVe siècle. D’autres descendent jusqu’à Genève pour rejoindre les protagonistes du protestantisme européen : Calvin, John Knox, etc.

***

Il est tout d’abord à noter que la présence des Anglais dans ce Livre des habitants de Genève est mineure comparée aux Français voire aux Italiens. Ensuite, il faut remarquer la présence de certaines catégories professionnelles et sociales, à l’instar des couturiers. Cette branche était-elle plus sensible au protestantisme ou avait-elle plus de moyens pour s’exiler sur le continent européen ? Ce sont des questions auxquelles pour le moment je n’ai pas de réponse et pour lesquelles il faudrait creuser un peu plus loin. La liste des Anglais à Genève dans le Livre des Anglois et dans le Livre des habitants de Genève est-elle identique ? est aussi une autre problématique auquelle j’espère réfléchir un peu plus tard. Entre temps, je vous propose de vous retourner vers quelques références bibliographiques sur les débuts du protestantisme en Grande-Bretagne pour plus de renseignements.

Vous trouverez donc, ci-dessous, une liste exhaustive des noms des 87 personnes présentes dans cette publication, ordonnée par métiers. Pour chaque nom sera mentionnée la page où le nom est présent. Pour les nobles et les marchands, j’ai tenté de retrouver la personne correspondante. Les nombreuses différences orthographiques entre le nom exacte de la personne et la transcription française sont aussi très problématiques et ont freiné l’identification par bien des égards. Ainsi, j’attire l’attention du lecteur sur la traduction des prénoms entre autres : William devient Guillaume, John devient Jehan, etc. Le nom de famille est aussi très probablement retranscrit de manière phonétique. Aussi, cette liste ne mentionne que des hommes. Ce sont les chefs de famille qui se présentaient à la ville de Genève. Nous n’avons donc pas d’idée sur les autres personnes qui pouvaient accompagner ces personnes, à l’instar de Hilliard et les Bodley. Enfin, il est à noter que les Anglais arrivent la plupart du temps par groupes, menés par un gentilhomme, un homme de Dieu ou un marchand. Ces groupes rassemblent plusieurs corps de métiers et donc ont été coupés dans cette liste. Il est conseillé de rassembler ces groupes a posteriori pour avoir une autre vision de cette diaspora protestante di milieu du XVIe siècle.

Matthäus Merian, Vue de Genève in Topographia Helvetiae, Rhaetiae et Valesiae, 1642 d’après Claude Chastillon (fin du XVIe siècle)

Des nobles et des gentilshommes

« Le vendredi 29 de mars 1555 / Guille Staffort, chevalier et gentilhomme Anglois, seigneur de Rochefort » [p. 47]. Le premier Anglais dont nous trouvons trace dans cette publication est William Stafford, dit seigneur de Rochefort ; il est le second époux de Mary Boleyn. Il meurt dans la ville suisse en 1556.

« Les noms des habitans receuz le 7 de juing 1557. […] Guillaume Fullere, gentilhomme anglois » [p. 84]

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. […] Richard Amondeshain, gentilhomme / Henry Smitz, gentilhomme […] Michael Gil, gentilhomme » [p. 91]

Des marchands

« Les noms des habitans receuz le xxvij de juillet 1556 […] Guillaume Beauvoys, marchand, natifz de l’isle de Guenese soulz la domination du royaume d’Angleterre » [p. 71] Ce marchand était-il français ou anglais ? En effet, la situation de l’île de Guernesey au XVIe siècle est assez particulière. Située au large de la Normandie, elle est cependant sous domination anglaise. Pourtant de nombreux sujets français y habitent. Le marchand n’a pas été identifié.

« Les noms des habitans receuz le 7 de juing 1557. […] Jehan Bodelley, natif de Excestre ay roïaulme d’Angleterre » [p. 84] Bien que le métier ici n’est pas précisé, nous savons par nos recherches que John Bodley (v. 1520-1591) est un marchand d’Exeter. Dans sa biographie, tirée du Oxford Dictionary of National Biography, il est aussi précisé qu’il était un protestant extrémiste et un éditeur de textes religieux. Son fils Thomas, qui fut un ami de Hilliard, est le fondateur de la Bodleian Library d’Oxford. Un portrait par le miniaturiste est conservé de l’érudit.

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. / Pierre Willis, marchant,. […] Johns Boggens, compagnon marchant / […] Jehan Anwick, gentilhome / Jehan Pellain, gentilhomme / […] » [p. 91-92] Il se pourrait que Pierre/Peter Willis soit un marchand d’Exeter, mort en 1586. Son testament est conservé au Archives nationales britanniques. À la suite de son nom sont inscrits un très grand nombre de personnes, un ministre (i.e. pasteur), des étudiants, et de nombreux autres corps de métiers. Il se peut que ce dernier ait mécéné le voyage pour tout le groupe.

Des couturiers, tisserands, etc.

Les métiers en relation avec le travail des étoffes est sans doute la catégorie sociale la plus présente à Genève parmi les Anglais. Ces derniers furent sans doute assez riches pour se permettre de s’exiler par eux-mêmes. Des recherches plus approfondies permettraient de les identifier.

« Le nom des habitans receuz le dernier de novembre 1556. […] Jehan Stoutz, couturier, natifz de Coventrie en Angleterre » [p. 74]

« Les noms des habitans receuz le 7 de juing 1557. […] Jacques Yong, cousturier, natif du roiaulme d’Angleterre. » [p. 84]

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. […] Guille Gibson, teinturier / Thomas Agaz, rubantier / […] Richard East, couturier / […] John Bolton, tisserant / […] Richard Gatolon, coturier / […] Jehan Dotoce, bonetier, d’Owes / […] Jehan Daniel, tisserant. / […] Water Richardson, tisserant / […] Pierre Hawkes, cordanier / […] Richard Guibins, tisserant.  » [p. 91-92]

Des ministres, érudits, étudiants et métiers en lien avec la prédication

« Les noms des habitans receuz le 10 d’aoust 1556 […] Thomas Bertran, des parties d’Angleterre, mstre en la parolle de Dieu en l’isle de Jersey du temps de la Reformation d’icelle parole » [p. 71]

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. […] Jehan Pulleyn, jadis ministre en Angleterre / Jehan Baron, estudient / Robert Beaumont, estudiant / […] Jacques Tailer, estudiant / Percival Viborne, estudiant / […] Adam Holydan, estudient / […] Augustin Brodbridge, estudiant / […] Roteland Hall, imprimeur / […] Thomas Hancock, scavant / […] Richard Naade, jadis ministre / Thomas Steward, estudient / […] Thomas Knel, jadis ministre […] » [p. 91-92]

Des charpentiers, serviteurs et « laboriers », etc.

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. […] Thomas Knolles / James Knolles, son filz, charpentier / […] Jehan Valles, bolingier / Jehan Datobron, laboreur / Jehan Storn, apothicaire / […] Thomas Langley, laboreur / […] Pierre Lang, aussi serviteur d’un gentil homme / […] Thomas Mosgrove, laborier / Bernard Hyndeson, laborier / […] » [p. 91-92]

Les autres

Pour un certain nombre d’Anglais, la source ne précise pas le métier. Il s’agira donc de recouper cette liste avec les autres sources anglaises, s’il y en a, et retrouver l’identité de ces hommes.

« Les noms des habitants anglois receuz le 25 octobre 1555. / Guillaume Untinghen / Thomas Wyod, de Londres / Guillaume Vuylliams / Anthoenne Gilbe / Guillaume Jacson / Jehan Olinghan / Cristoffe Goodman / Jehan Mastonc / Guillaume Knouelles / Richard Potter / Thomas Crofton / Jehan Hilton / Christophe Staburin / Jehan Stanton / du pais d’Angleterre » [p. 59]

« Les noms des habitans receuz le 7 de juing 1557. […] Guillaume Sameirell, de Camdonn au roiaulme d’Angleterre / François Vrechers, de la cité de Longres au roiaylme d’Angleterre / Guillaume Rethe, natif de Excestre au roïaulme d’Angleterre » [p. 84-85]

« Les Anglois receux pour habitans le jeudy quatorze d’octobre 1557. […] Rogier Drauffeld / Willim Chambers / […] Thomas Jehan / […] Henri Leylandt / […] » [p. 91-92]

« Anglois dud. jr receuz/ [lundi 29 novembre 1557 ndr] / Edoart Cant. / Robert Fillet. / Guillaume Colle. / Thomas Bentam. / Jehan Mans Field. » [p. 114]

« Les noms de Englois receuz dudict jour. [Lundi 24 octobre 1558 ndr] / Miles Coverdale, d’Angleterre / Robert Blackman, de Edmonbury, d’Angleterre / Richard Procter, du royaulme d’Angleterre / Jehan C[oli]ns, du royaulme d’Angleterre / Guille Withers, de Londres en Angleterre / Richard Havell, du royaulme d’Angleterre / Erkynwaid Raulins, de Londres en Angleterre / Jehan Davidson, du royaulme d’Angleterre / Rouland Bogh, de Brabant en Flandres / Corneles Stephinson, du royaulme d’Angleterre / Jehan Batman, du royaulme d’Angleterre / Guille Rodthin, du royaulme d’Angleterre / Jehan Eneus, d’Angleterre / Richard Artson, de Brabant en Flandres . David Lindsay, du royaulme d’Ecosse / Charles Williams, de Bristo en Angleterre » [p. 138-139]
***

Après juillet 1558, il ne semble pas qu’il y ait d’autres Anglais qui arrivent à Genève. Ceci peut s’expliquer entre autres par la mort de Marie Ire le 17 novembre 1558. Les Protestants retournent alors massivement en Angleterre. On suppose le retour de Nicholas Hilliard à Londres, voire peut être Exeter dès le début de l’année 1559. Il entre ensuite en apprentissage auprès de Robert Brandon, orfèvre de la reine, en 1562.

À noter, l’absence de John Knox dans cette liste.

Bibliographie :

GEISENDORF Paul-F., Livre des habitants de Genève, tome 1 1549-1560, Genève, Librarie Droz, 1957

KING John N. (ed.), Voices of the English Reformation: a sourcebook, University of Pennsylvania Press, 2014

RIDLEY Jasper, Bloody Mary’s Martyrs: The Story of England’s Terror, New York, Carroll & Graf, 2001

SOUTHERDEN-BURN John, Le Livre des Anglois à Genève with a few biographical notes, Londres, 1831

WALSHAM Alexandra, « History, Memory, and the English Reformation« , Historical Journal, vol. LV, n°4, 2012, p. 899–938. [Historiographie de la Réforme anglicane]

Notes :

[1] Lu dans STRONG Roy, The English Renaissance Miniature, Londres, Thames & Hudson, 1983, p. 66

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *