Rédiger un catalogue raisonné : mode d’emploi avec Evernote

Au début de ma recherche, je pensais que je n’aurais pas beaucoup d’oeuvres à analyser, la période française de Nicholas Hilliard ne rassemblant même pas une vingtaine de miniatures sur les près de 300 connues à ce jour. Puis, lorsque l’idée de développer l’idée des conséquences de ce voyage sur sa carrière à son retour en Angleterre se précisa, je me suis rendue compte qu’il y allait avoir beaucoup d’oeuvres à connaitre, sans compter les analogies sur lesquelles se baserait mes analyses. La nécessité d’un catalogue s’est vite fait sentir. Une amie qui avait eu ce souci l’année précédente m’a conseillé excel. Le problème, c’est que moi et les tableurs, nous ne sommes pas très copains. Illisible, pas esthétiques, pas de photos. Je vous présente donc aujourd’hui une alternative que j’ai trouvé et qui me semble plutôt bien avec un logiciel de prise de notes : Evernote. Ce mode d’emploi s’applique au logiciel pour Mac mais le fonctionnement est similaire sur Windows.



Interface d’accueil d’Evernote – archives de l’auteur



Qu’est ce qu’Evernote ?
Il s’agit plus ou moins de l’équivalent de OneNote pour les habitués du pack Office. Utilisable en ligne ou téléchargeable sur pc/tablette/smartphone, l’application vous permet de prendre des notes qui sont enregistrées en ligne, de les organiser en carnets et de les partager. Avec des options payantes, il vous est même possible de proposer un powerpoint à partir de vos notes. Vous pouvez trier les notes selon le titre, la date de création, de modification, etc.

Un catalogue sur Evernote : mode d’emploi 
Pour avoir toutes les notes au même endroit, j’ai donc commencé par créer différents dossiers, commençant par NH pour Nicholas Hilliard et les démarquer de mes autres carnets. Il y a donc « NH Catalogue », qui forme le véritable catalogue de Hilliard ; « NH Catalogue Analogies » pour les oeuvres de comparaison ; « NH Catalogue post XVIe » pour les oeuvres d’après Hilliard et notamment les gravures et copies 19e et « NH Fiches de lecture » pour rassembler toutes mes lectures en utilisant un classement alphabétique grâce au système anglo-saxon d’abréviation des références bibliographiques (nom et date, ex. POPE-HENESSY 1949).
Pour créer un carnet, aller sur « Carnets de notes » dans le menu à gauche de l’interface puis cliquez sur le « + Nouveau carnet de notes » en haut.



Capture d’écran 2016-08-23 à 22.46.43

Interface des carnets de notes – archives de l’auteur



Lorsque les carnets sont créés, il ne reste plus qu’à les remplir. Pour chaque notice, je créée une note dans laquelle je copie un formulaire de base :


Capture d’écran 2016-08-23 à 22.58.13


Au dessus de cette fiche je colle la photo de l’oeuvre pour avoir un visuel direct. En effet, si vous présentez vos fiches en « extraits » – à coté du nom du carnet vous avez une icône de partage puis une icône qui représente un écran avec les différents affichages – vous aurez automatiquement une vignette de la photo qui s’affichera avec les premières phrases de votre notice.


Capture d’écran 2016-08-23 à 22.48.41

Capture d’écran 2016-08-23 à 22.48.55

Exemple de notice sur Evernote – archives de l’auteur



J’ai ordonné mon classement par titre. Ainsi, il a fallu trouver un système pour que mes notes soient classées de manière chronologique. J’ai donc mis la date en premier, puis une désignation rapide et enfin le lieu de conservation. Exemple : 1585 Jeune homme parmi les roses – V&A. Ainsi, j’ai en titre les données les plus utiles pour chercher du premier coup d’oeil l’oeuvre qui m’intéresse. Pour les oeuvres non datées précisément j’ai utilisé deux systèmes : s’il s’agit d’une date – exemple : vers 1585 – j’ai juste omis le vers que j’ai ajouté dans la notice ; pour les datations en décennies j’ai noté la date maximale en premier et entre parenthèse la date minimale – exemple : 1600 (1595) Femme – V&A.

Les avantages et inconvénients 
L’avantage de ce système à mon sens est la possibilité d’ajouter toutes les informations et notes possibles sur une oeuvre au même endroit. Il s’agit d’une sorte de brouillon où sont assemblées toutes les informations  : notes d’observation des oeuvres, citations d’ouvrages, photos d’ensemble et de détails. Ainsi, lors de la rédaction, il n’y a plus qu’à synthétiser et/ou développer les idées déjà esquissées dans la note.
Cependant, lors de la première rédaction des notices du catalogue, je me suis rendue compte que ce système avait quelques limites. En effet, le catalogue, bien que chronologique, est aussi thématique. Pour chaque période de l’artiste, les oeuvres sont classées par typologie (Elisabeth I, portraits féminins, portraits masculins ; miniature, peinture, gravures, médailles et dessins). Il a donc été nécessaire d’ajouter des préfixes dans les titres : [PEINTURE], [GRAVURE], [ATELIER], etc. En outre, comment se rendre compte avec un catalogue de 300 oeuvres, des notices modifiées. J’ai donc aussi ajouté les préfixes [AJOUT] ou [NON INVENTORIE] pour les notices modifiées et les oeuvres non localisées à l’heure actuelle.
Enfin, l’avantage du fichier Excel est l’exportation rapide des données vers des sites internet ou des outils de programmation, ce qui est impossibles avec Evernote. Au final, j’ai l’impression d’avoir deux catalogues et la tâche smble un peu plus fastidieuse puisqu’il faut re-rédiger des données déjà écrites. Par contre, il n’y a pas besoin de revenir dans les différents ouvrages consultés, et les informations me semblent beaucoup mieux digérées, permettant une certaine critique des oeuvres. Combien de miniatures que je pensais de Hilliard se sont en réalité révélées des oeuvres d’atelier.

Voilà donc une petite présentation d’un des mes outils qui est devenu désormais mon compagnon depuis près d’un an. Gratuit, relativement fiable et surtout en ligne, j’en suis plutôt heureuse. Ayant eu le malheur de perdre à plusieurs reprises des données à cause de pannes d’ordinateur, il s’agit d’une bonne alternative. Car la probabilité que les serveurs d’Evernote plantent et effacent toutes les donnnées est nettement inférieure à celle de voir son ordinateur planter.


Pour plus d’informations, consultez le site d’Evernote 


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Bonjour,
    Billet très intéressant pour mesurer les limites des outils et de leur détournement (ici un outil de prise de note pour faire une BDD). L’intérêt d’avoir un moteur de recherche dans evernote (et les tags donc) vous permet de faire de la recherche rapide dans vos entrées. Mais quid d’une opération plus lourd, par exemple changer de façon répétée une entrée, une valeur ?

  2. Céline Cachaud dit :

    Bonsoir,
    Merci à tous les deux pour vos conseils. Je vais regarder cette histoire d’étiquettes. Je crois que j’ai vu quelque chose là-dessus sur l’interface mais je n’y ai pas trop fait attention. J’ai déjà mis pas mal de temps à me familiariser avec.
    Pour la question des exports, je veux bien y revenir une fois que j’aurais bien maitrisé le catalogue et uniformisé toutes les notices car j’ai pas compris l’explication pour être honnête. J’essaie de développer de plus en plus mes compétences numériques mais il y a encore du boulot surtout qu’il n’y a peu (pas) de formations. Ca me désole.En ce moment je suis en train de me mettre à Zotero.
    Merci en tout cas pour tous vos conseils.

    • Guillaume dit :

      Du coup j’en profite pour te poser une question : serais-tu intéressé si quelqu’un mettait en place une formation sur ces outils et leurs usages ? Et si oui, combien serais-tu prête à investir pour 2h de formation ?

      • Céline Cachaud dit :

        Une formation pour Evernote pourquoi pas mais en histoire de l’art, il existe d’autre soutils pour publier les catalogues raisonnés (type omeka) qui sont déjà employés régulièrement. Donc je pense que je me tournerais plus vers ces plateformes et programmes qui sont beaucoup plus connus pour les historiens d’art 🙂
        Après pour le prix, ça dépend de si c’est en groupe ou pas… Je ne connais pas vraiment le prix moyen pour ce type de formations cependant donc je ne peux pas donner véritablement de chiffre

  3. Peccadille dit :

    Hello Céline,
    Heureuse de voir que tu as trouvé ton bonheur avec un outil qui compte parmi mes outils préférés.
    Pour les problèmes que tu exposes, j’allais te conseiller d’utiliser les tags mais Guillaume a été plus rapide que moi. Non seulement je te conseille de taguer et indexer tes entrées, mais en plus j’attire ton attention sur les raccourcis : tu peux avoir des tags « préférés » avec un accès rapide. Ainsi mon Evernote (plus de 600 notes) est organisé en de multiples carnets aux contenus très divers. Mais quand j’ai besoin des articles « en cours » pour le blog (une cinquantaine en ce moment), je clique sur mon tag « en cours » et j’isole ainsi tous mes billets, indépendamment du classement dans les carnets !

  4. Guillaume dit :

    Salut Céline, j’ai découvert ton article via le retweet par le compte @evernote_fr ; je suis moi-même passionné par Evernote, j’en parle régulièrement sur mon propre blog. Je m’intéresse aussi aux alternatives telles que OneNote. Tout ça pour rebondir sur quelques points concernant l’usage que tu décris et notamment pour répondre aux limites :

    1. Je pense que tu fais une erreur en utilisant uniquement le titre des notes. Il me semble très pertinent d’utiliser les étiquettes (tags), une fonction d’Evernote qui te permettra de faire des recherches croisées. Notons que c’est la nomenclature des requêtes de recherche d’Evernote qui le rend particulièrement efficace. Par exemple, tu pourrais avoir une étiquette « gravure », une autre « peinture, une autre « atelier », etc. Ceci pour répondre à la limite de tri que tu décris en comparant avec un tableur.

    2. Par ailleurs, au sujet des exports : tu peux publier un carnet entier d’Evernote sur le web, en lecture seule. Pas besoin d’exporter. Sinon, une alternative vise peut-être à une utiliser une des nombreuses applications qui s’implémentent sur les API d’Evernote. Par exemple postach.io te permet carrément de créer un blog avec un carnet Evernote : une note = un article. ça pourrait peut-être te donner une piste de publication ? Tu peux aussi explorer du côté de IFTTT : cet outil en ligne permet de créer des automatisations. Par exemple : à chaque note Evernote créée, IFTTT te crée un article de blog ou un document Google docs, etc.

    N’hésite pas à me contacter si tu as des questions…

  1. 25/08/2016

    […] Céline Cachaud est étudiante en master EEMA – Histoire de l’art (Art de la Renaissance) à l’École Pratique des Hautes Études à Paris. L’article original se trouve ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *