Compte-rendu du 2e colloque international de la Tansey Foundation

Les 12 et 13 novembre derniers a eu lieu la deuxième Grand-Messe internationale de la miniature. Organisée par la Tansey Miniatures Foundation, elle réunit dans le château de Celle (Allemagne) tout ce que ce domaine compte comme spécialistes de toutes les professions : conservateurs, restaurateurs, marchands d’art, experts freelance, collectionneurs, etc. Deux jours, 22 présentations. Il a fallut donc digérer cette collecte d’informations puis les intégrer dans mon propre parcours et dans le cadre de mes recherches afin de vous en proposer aujourd’hui un compte-rendu non-exhaustif et certainement très subjectif.

Je remercie avant tout la Tansey Miniatures Foundation pour l’organisation de ce colloque, pour leur gentillesse et leur professionnalisme, ainsi que la ville de Celle pour leur accueil. Je remercie aussi Emma Rutherford, expert freelance en miniatures et notamment auprès de la Philip Mould Gallery, de m’avoir permis d’y assister.

15042218_682016805298601_4325015900119815976_o

Un sujet vaste, indépendant et passionnant

Le mot passion est sans doute le mot d’ordre de ce colloque. À leur façon, les différents intervenants ont montré par leurs recherches la volonté de développer et de diffuser leurs recherches, que ce soit dans un cadre muséal, académique, ou purement pour le développement de la connaissance générale. Menées par Bernd Pappe, spécialiste de la miniature et conservateur à la Tansey Foundation et Juliane Schmielglitz-Otten, responsable de la collection, les discussions se sont tournées autour de cinq grands thèmes : La miniature comme pratique sociale, les représentations et la politique, les techniques et matériaux et enfin la présentation de quelques collections européennes et miniaturistes.

Les recherches présentées lors de ce colloque témoignent d’une très grande diversité : des petits portraits de la famille du duc de Wüttemberg aux boîtes à portrait de Louis XIV, de Hilliard à John Smart, de l’Espagne et la Russie aux Etats-Unis. Ainsi, je retiens avant tout une idée. La miniature est sans doute le domaine qui demande le plus de connaissances et qualités dans le domaine de l’histoire de l’art : une assurance et acuité visuelle et des capacités physionomistes exacerbées entre autres ; mais aussi une connaissance sur l’histoire du portrait, de l’orfèvrerie et du dessin, de la mode aussi voire de la peinture occidentale, de l’époque moderne à contemporaine ; et enfin un faible pour la généalogie et la volonté d’aller creuser dans les destins des petites et grandes familles. La miniature suppose aussi la connaissance de nombreuses techniques et matériaux, majoritairement l’aquarelle et la gouache, mais aussi l’huile lorsqu’il s’agit de petits cuivres, de panneaux de bois, et de tissus dans le cadre de la peinture éludorique, mais surtout le vélin, le papier, l’ivoire, etc. Ceci explique les différences entre les pays et écoles de conservation en ce qui concerne la conservation de ces oeuvres : le V&A les conserve au département des peintures, le Louvre aux Arts Graphiques. D’autres musées, suivant la conception de la miniature, la conserveront au sein des Objets d’art.

smart-lady-possibly-clarissa-barrell-mn673-zoom

Portrait d’une femme anonyme de la famille Darrell par John Smart (v. 1740-1811), actuellement chez Philip Mould Gallery

La difficulté de l’étude de la miniature

Ce caractère hybride fait à la fois la faiblesse et la force de ce domaine. Ainsi, l’une des grandes difficultés est l’impossibilité pour un chercheur, même aguerri, de se spécialiser de manière générale dans le domaine de la miniature. Le portrait en miniature est produit du XVIe voire XVe siècle à aujourd’hui, et ce dans la plupart des sociétés occidentales, en Europe avant tout, mais aussi en Amérique et dans une moindre mesure en Australie. Presque toutes ces zones géographiques étaient représentées lors de ce colloque. Ainsi, chaque aspirant à cette spécialité n’a pas le choix de restreindre sa recherche à une étendue géographique, une technique, une époque voire un artiste. La réalisation d’un ouvrage de référence sur la miniature requerrait les talents de bien des générations de chercheurs. Si le domaine français et anglais, mais aussi de l’Europe de l’Est est bien connu – dus à un goût prononcé pour ce type d’oeuvre mais aussi à la présence d’artistes brillants – la miniature italienne et espagnole est encore un domaine en cours d’étude.

mnadmfce27318_p

Henriette d’Angleterre, attribuée à John Hoskins (v. 1589-1664), museo de los artes decorativas (Madrid)

Des défis pour l’avenir

Ainsi, que retenir de ce colloque ? Avant tout une vision panoramique sur ce domaine de recherche que, personnellement, je ne voyais pas si étendue voire disparate. Je note aussi différentes approches, propres aux métiers et à la formation de chacun, et donc des méthodologies différentes. Si la recherche de l’identification reste l’un des buts majeurs d’une miniature, l’étude de sa technique, des matériaux employés mais aussi des artistes eux-mêmes et de leur contexte sont mis en valeur par des études approfondies qui mériteraient d’être mieux connues et mises en valeur par le biais d’expositions. Certes la taille de ces objets, et donc la multiplication évidente des oeuvres présentées lors de ces accrochages en font un domaine peu attirant pour les touristes.

L’un des objectifs majeurs de ce domaine reste encore sa définition. Hybride, l’art de la miniature a cependant besoin de limites d’étude, en particulier en termes de taille mais aussi de techniques. Si l’art graphique reste sa parente de prédilection, la présentation les petits portraits en buste réalisés à l’huile sur bois ou sur cuivre demandent une réflexion et une ouverture. La question du format est aussi à définir, tant ils sont divers. Le dépouillement systématique et sémantique des archives et études sur des générations de miniaturistes, commanditaires et destinataires permettrait de donner vie à un vocabulaire spécifique employé par les contemporains, et bien éloigné des tiroirs encore trop arbitrairement attribués à cette branche du portrait. Si une telle étude existe déjà, je m’en excuse par avance pour cette remarque probablement naïve. De grands terrains de recherches sont donc encore à découvrir.

L’autre objectif reste bien évidemment la visibilité de ce domaine de recherche et l’objectif d’attirer de nouveaux historiens d’art à se spécialiser dans ce domaine. La plupart des intervenants étaient aussi auditeurs. C’est donc une Grand-Messe bien privée qui s’est tenue à Celle, autrefois capitale princière de l’Est de l’Allemagne, aujourd’hui petite ville de province à une trentaine de kilomètres de Hanovre. En outre, de la jeune génération, peu d’entre eux étaient en réalité spécialisés dans ce domaine de la miniature mais bien souvent du portrait plus généralement, voire de la période qu’ils ont traitée. Le terrain reste cependant très fertile avec de nombreux experts prêts à dévoiler leur savoir et surtout à aider la nouvelle génération comme j’ai pu le constater par moi-même. Les nouvelles recherches intéressent  et le domaine est assez étendu et en friche pour que chacun trouve son petit champs.

Céline Cachaud

Pour en savoir plus :

PAPPE Bernd, SCHMIELGLITZ-OTTEN Juliane, WALCZAK Gerrit (eds), European Portrait Miniatures: Artists, Functions and Collections, actes du colloque de la Tansey Foundation, Celle, janvier 2013, Petersberg (Allemagne), Micheal Imhof Verlag, 2014  [disponible à la bibliothèque de la Fondation Custodia entre autres]

Illustration à la une

Crédits The Tansey Miniatures Foundation


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *