Une Renaissance anglaise ?

Le premier article que je voulais écrire pour entamer ce carnet de recherche concernait au départ mes résolutions pour ma recherche en 2016. Je vous aurais alors parlé de mes projets, de mes futures lectures, de William Shakespeare et de mon ami depuis près de cinq mois maintenant, Nicholas Hilliard. Cependant hier, lors d’une conférence à l’occasion des 13e journées d’étude de l’histoire de l’Europe, j’ai entendu un éminent historien spécialiste de l’Angleterre du XVIe siècle, Charles Giry-Deloison[1] pour ne pas le citer, dire que la Renaissance en Angleterre n’apparaissait pas avant la fin du XVIe siècle.

Depuis 2014, via mon blog Un Art Anglais ?, j’ai voulu promouvoir cette idée de Renaissance anglaise, un terme qui est utilisé depuis longtemps outre-Manche. J’ai d’ailleurs publié un livret, prochainement réédité et intitulé Tudor Renaissance[2], dans lequel j’ai essayé de montrer avec Laure Nermel et Alice Guillermin, qui m’ont aidé à l’élaboration de ce livret, que la Renaissance anglaise existe et qu’elle apparaît presque en même temps qu’en France.

01

Nonsuch Palace, dessin de Joris Hoefnagel, 1568, British Museum

Tout d’abord, je voudrais faire un compte-rendu de l’intervention du professeur Giry-Deloison lors de cette conférence intitulée L’Angleterre des Tudors et l’Europe (1485-1603). Cette dernière a été organisée autour de trois axes : « De la guerre voulue à la guerre subie », traitant des relations politiques ; « la rupture religieuse » et enfin « la dépendance culturelle à l’égard du continent ». C’est cette dernière partie qui m’a le plus intéressé. M. Giry-Deloison résume ainsi sa pensée : l’art de l’Angleterre au XVIe siècle repose sur des artistes étrangers ; l’Angleterre se situe à l’écart des routes culturelles, d’où cette dépendance envers le Continent. J’ai littéralement grincé des dents. S’ensuit donc un développement où l’historien énumère les nombreux artistes florentins et flamands à avoir travaillé en Angleterre – Pietro Torregiano, Nicola da Modena, Hans Holbein pour n’en citer que quelques uns – et des influences sur l’architecture et la miniature.

Je répondrais par une simple question : y-aurait-il eu une Renaissance en France sans la présence de Léonard de Vinci, de Rosso Fiorentino ou encore de Sebastiano Serlio ? Peut-on alors affirmer que la Renaissance est l’apanage de l’Italie ? Si l’influence de l’Italie est essentielle pour former une Renaissance artistique, pourquoi ne pas insérer l’Angleterre dans ce mouvement dès 1507, date à laquelle Pietro Torregiano serait arrivé en Angleterre ?  En effet, L’Italie seule semble avoir dispersé ses artistes en Europe selon les conseils de certains lettrés – Rosso arrive en 1530 à la cour de France sur les conseils de l’Arétin – et principalement à la suite du sac de Rome par les armées de Charles Quint en 1527.

02

La naissance de Vénus, Sandro Botticelli, 1485, Gallerie des Offices (Florence)

C’est donc le sens du terme « Renaissance » qui est à revoir. Une (trop) longue historiographie a mis en valeur cette primauté de l’Italie, de la France et des Flandres dans le mouvement de la Renaissance. L’Italie en est l’instigatrice dès le XVe siècle, la France en est la digne héritière et la cristallisera à travers son « école de Fontainebleau » et les Flandres l’adapte et la diffuse dans le Nord de l’Europe.

Que signifie véritablement le terme de « Renaissance » ? Selon le dictionnaire Larousse, il s’agit d’un « mouvement de rénovation culturelle et artistique qui prit sa source en Italie au XVe s. et se répandit dans toute l’Europe au XVIe s.[3] ». La source italienne est indéniable, mais la « rénovation culturelle et artistique » de l’Europe n’en est que partiellement tributaire. Ainsi, peut-on parler de Renaissance suédoise ? de Renaissance polonaise ? de Renaissance anglaise ? L’étude de ces nations à la périphérie des « routes culturelles » principales pourrait nous donner un aperçu de cette Renaissance que nous qualifions d’européenne. Je ne parle ni le polonais, ni le suédois et je laisse à la charge des amoureux de ces pays d’étudier leur culture et leur production artistique et de développer l’étude du XVIe siècle.

03

Allégorie de la Succession des Tudors, v. 1572, d’après Lucas de Heere, Sudeley Castle (Gloucestershire)

Mon choix s’est porté sur l’Angleterre, un pays que j’aime depuis si longtemps que j’en ai oublié le départ. Le XVIe siècle s’est imposé de lui-même, d’une part par cette fascination que je porte pour les souverains Tudor, d’autre part pour la particularité de nos chers voisins « Rosbifs ». L’Europe est composé d’une multitude de nations, d’une multitude de langues et de cultures. Il me semblait donc logique qu’une Renaissance atypique s’y développerait.

Le 24 avril 1509, lorsque Henry VIII devient roi d’Angleterre, il est le plus riche prince d’Europe. Il commande un nombre indécent de tapisseries – l’équivalent d’une Armada – et construit à lui seul une cinquantaine de palais et demeures provinciales qui pour la plupart ne survivront pas au XVIIe siècle. Il fait aussi la guerre et dépense des sommes astronomiques pour récupérer quelques petites villes de France, rapidement rendues ou perdues. La Réforme isole l’Angleterre de l’Europe, ou plutôt de l’Italie papale. En effet, les relations et visites diplomatiques perdurent entre les nations européennes même après l’excommunication du roi en 1538. Evidemment, lorsqu’Edouard VI récupère le trône en 1547, il ne reste plus beaucoup d’argent dans les caisses. Son court règne, suivi par les désastres politiques et religieux de Marie Ire (r. 1553-1558) finissent d’achever les finances de l’Angleterre. C’est à la charge d’Elizabeth Ire (r. 1588-1603) de remettre son pays d’aplomb. Elle refuse la guerre, extérieure comme intérieure et emprunte alors une voie du milieu comme beaucoup aiment le qualifier. Elle se refuse à la guerre civile contre les catholiques, tente des alliances à travers des promesses de mariage avec tous les plus grands princes de l’Europe, et notamment le futur Henri III. Quand elle est obligée de se battre, elle est prudente, ce qui lui offre une victoire écrasante contre l’Armada espagnole en 1588. A part en ce qui concerne sa garde-robe, la reine vit de manière assez austère pour un souverain. Elle économise et permettra alors à son pays de redevenir une puissance économique et politique de premier plan à sa mort. Alors oui, elle n’a pas été un brillant mécène comme son père.

De l’autre côté de la Manche, en France, nous avons en 1515 un nouveau roi, François Ier. Avec moins de moyens que son rival anglais, il établit cependant aussi une cour brillante, commande tapisserie et châteaux. De nombreux artistes étrangers sont appelés à y travailler. Dans un esprit tout aussi chevaleresque, il fait la guerre pour récupérer quelques territoires en Italie et contre les Espagnols et Anglais à tour de rôle. La Réforme menace. Les guerres éclatent sous le règne de ses petits fils, François II, Charles IX et Henri III. Ces guerres de religion ruinent le pays. Le mécénat est-il plus brillant en France qu’en Angleterre ? Pas tant que ça au final. D’ailleurs, peu d’études traitent de cette trouble seconde moitié du XVIe siècle. Des individualités émergent, tout comme en Angleterre. Au final, la paix et le redressement du pays n’aura lieu que sous le règne du premier Bourbon, Henri IV, à la toute fin du XVIe siècle.

Portrait d’une jeune fille de seize ans, Nicholas Hilliard, v. 1605, aquarelle sur velin sur carte à jouer, 55mm de hauteur, musée du Louvre

Pourquoi alors parler d’une Renaissance française mais pas d’une Renaissance anglaise ? Le schéma semble être similaire de part et d’autre de la Manche. Dans la première moitié, un mécénat brillant, des guerres, de nombreux artistes étrangers ; dans la seconde, des guerres, des dépressions économiques, un art plus national. La faute aux Anglais serait de ne pas avoir laissé de traces importantes de ses artistes locaux, notamment en termes de signatures d’œuvres. Pourtant, ils existent bien et de nombreux noms apparaissent dans les archives, mises à jour dans la thèse d’Erna Auerbach[4] entre autre.

Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, de nombreux ouvrages traitent de la question de la Renaissance anglaise, et pas seulement spécifique à la littérature. Les Anglophones n’ont désormais plus peur de s’attribuer ce terme de Renaissance au lieu de parler de la dynastie Tudor. Je ne citerais que quelques noms : Eustace Tillyard[5], Andrew Hadfield[6] ou encore Stephen Greenblat[7]. Sans être une référence, la page Wikipédia dédiée à la « English Renaissance » propose d’autres références bibliographiques relativement sérieuses[8]. Si les études concernent beaucoup la littérature – le XVIe siècle est aussi celui de Spenser, Marlowe et de Shakespeare – l’étude tend depuis les années 2000 à se diriger vers le domaine de l’Histoire de l’Art.

Cette année, nous célébrons le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare. Ne serait-ce pas enfin le temps de quitter certains préjugés concernant l’Angleterre Tudor et de l’intégrer dans cette grande sphère culturelle qu’est la Renaissance ? Pour reprendre les dires de Charles Giry-Deloison, l’Angleterre est médiévale en 1485 et est en pleine Renaissance à la mort d’Elizabeth Ire en 1603. Il en va de même pour la France et pour la plupart des nations européennes. Le XVIe siècle est une période charnière où se met en place cette Europe dite moderne. La pensée évolue vers l’humanisme, les instances politiques, économiques et sociales bougent, la vie culturelle est en ébullition. Je regrette que M. Giry-Deloison ait proposé pour son intervention une vision réductrice et surtout biaisée des échanges entre l’Angleterre et l’Europe. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi ce domaine de recherche et partage à travers ce carnet de recherche mes découvertes et mes réflexions avec le plus grand nombre.

Notes :
[1] Charles Giry-Deloison est professeur d’histoire à l’université d’Arras
[2] Tudor Renaissance, dossier spécial publié le 31 décembre 2014 : https://unartanglais.files.wordpress.com/2014/12/livret-tudor-renaissance1.pdf
[3] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/Renaissance/68117
[4] Erna AUERBACH, Tudor Artists. A Study of Painters in the Royal Service and of Portraiture on Illuminated Documents from the Accession of Henry VIII to the death of Elizabeth I, Londres, University of London, The Athlone Press, 1954
[5] Eustace TILLYARD, The English Renaissance : Fact of Fiction, Londres, 1952
[6] Andrew HADFIELD, The English Renaissance 1500-1620, Londres, 2001
[7] Stephen GREENBLAT (ed.), Representing the English Renaissance, Berkeley, University of California Press, 1988
[8] https://en.wikipedia.org/wiki/English_Renaissance


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Charles Giry-Deloison dit :

    Mademoiselle,
    Je suis désolé de vous avoir fait « grincer des dents » en janvier dernier.
    Pourquoi n’être pas venue me voir après la conférence? Ou mieux encore de m’avoir posé une question ?
    Le terme Renaissance pose problème et n’est d’ailleurs employé qu’avec précaution aujourd’hui par les historiens de l’art.
    A titre d’exemple, il n’est plus guère utilisé pour qualifier l’art flamand.
    Sur un tout autre point, Henri VIII hérite effectivement en 1509 de coffres bien remplis mais cela n’en fait pas de lui le prince le plus riche d’Europe, se revenus ne sont pas comparables à ceux de François Ier et de Charles Quint.
    Je suis heureux de voir une étudiante s’intéresser à l’Angleterre des Tudors, cela est bien rare.
    Bon courage.
    Bien cordialement,
    Charles Giry-Deloison

    • Céline Cachaud dit :

      Monsieur,
      Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à mon article.
      Malheureusement, je n’avais pas beaucoup de temps et n’ai pas pu donc venir vous voir.
      En effet, le terme de Renaissance est assez complexe surtout dans la manière dont il est employé. Quand on parle de Renaissance, on pense automatiquement à Italie et Rome antique. Hors ce n’est pas l’étymologie du mot. Si on part de son sens premier, le XVIe siècle est une Renaissance pour toute l’Europe, et j’aimerais voir des études se développer/être mises en valeur sur l’art en Suède par exemple, ou en Pologne, etc.
      En effet, Henry VIII n’était pas effectivement le prince le plus riche d’Europe, mais en proportions, il l’était. Il a surtout eu l’idée de développer l’art en Angleterre, ce qui est alors relativement révolutionnaire. Il fait appel à des artistes européens qu’il attire, il passe commande. Il a une démarche similaire à celle de François Ier à titre de comparaison : Hampton Court, ses portraits. Il ne faut cependant pas du tout oublier le contexte politico-religieux qui ont fait que certains aspects comme l’art religieux ont en partie disparu, et aussi qui font qu’ils ont eu un style différent par rapport au continent, mais qu’on retrouve dans les Flandres par exemple. C’est un aspect que j’aimerais voir développé.
      Je vous remercie pour vos encouragements.
      Bien cordialement,
      Celine Cachaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search