La bibliothèque de Nicholas Hilliard

À l’occasion de la préparation d’un exposé pour le séminaire d’Histoire du Dessin, dirigé par Mme Emmanuelle Brugerolles, conservatrice du cabinet de dessins de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, j’ai eu l’occasion de me replonger dans le traité de Nicholas Hilliard.

Ce dernier écrivit ce traité « afin d’enseigner l’art de la miniature » en réponse à la préface de la traduction du traité de Paolo Lomazzo par Richard Haydocke en 1598. Intitulé A Treatise concerning the Arte of Limning, il témoigne avant tout de la culture de l’artiste, à la fois religieuse, littéraire, philosophique et enfin artistique, mais aussi de  sa pratique d’atelier, récemment réanalysée par Katie Coombs et Alan Derbyshire, conservatrice et restaurateur au Victoria & Albert Museum.

Il est donc proposé ici une liste thématique et non-exhaustive des ouvrages mentionnés dans ce dernier, mais aussi une sélection des livres que l’artiste a sans doute eu l’occasion de lire ou de connaître par le biais de ses nombreux mécènes et dont nous avons la connaissance grâce auxculture quelques devises disséminées sur ses portraits.

La Bible

Nicholas Hilliard était calviniste. Son père l’envoya pour sa sécurité dès 1557 avec la famille Bodley. Ces derniers s’exilèrent sur le continent voyageant en Allemagne avant de s’installer en mai-juin 1557 à Genève. D’après les mémoires fils ainé de la famille, Thomas, on apprend que ce dernier fut envoyé auprès du médecin de Calvin et reçut une éducation calviniste. Si rien ne permet d’affirmer qu’Hilliard fut aussi pensionnaire de cette école qui deviendra le collège de Calvin, il est certain que l’artiste fut proche de ce milieu et reçut une éducation proche de celle de Thomas, incluant des leçon « domestiques » telles que le latin, l’apprentissage du français, et sans doute des cours de théologie auprès de John Know, également exilé à Genève, voire de Calvin lui-même.

Plusieurs références à des passages de la Bible plus ou moins directes sont présentes tout au long du traité.

La référence romaine

Cette référence antique n’a pour le moment jamais fait l’objet d’une véritable étude. En effet, le traité d’Hilliard fut étudié extensivement qu’à deux reprises, à l’occasion de sa première publication en 1912 par Philip Norman, puis par John Pope-Henessy en 1943. L’historien s’interrogea principalement sur l’influence des auteurs maniéristes italiens sur la pensée de l’artiste.

Cicéron

Parmi les auteurs antiques dont nous pouvons être sûrs qu’il ait lu Cicéron, consul romain mort en 43 avant J.C. Il cite deux de ses dialogues philosophiques dans son traité, les Tusculanes et les Académiques. Le premier traite de la mort ; le second de la connaissance et de la vérité. Ce sont deux textes majeurs du politicien et philosophe romain, héritier de la philosophie grecque et notamment platonicienne. Ce courant philosophique est l’un des courants majeurs à la Renaissance grâce aux travaux de Marcile Ficin dès le XVe siècle. Cicéron fait donc déjà partie des indispensables à connaître et étudier pour tout jeune homme éduqué. Il nous semble donc normal que Nicholas Hilliard ait été en contact avec sa pensée.
Les liens entre Hilliard et Cicéron pourrait aussi être confirmée par une devise présente sur la miniature du jeune homme tenant une main dans des nuées. Il y est écrit « Attici Amoris Ergo ». Cette inscription est à mettre en lien avec Atticus, citoyen romain connu entre autres par la correspondance qu’il entretint avec le consul romain, publiées sous le nom Laelius de Amiticia. Cependant, cette devise ne semble pas avoir été tirée de cette correspondance, s’agit-il donc deè( cet Atticus en particulier ?

Jeune homme tenant une main dans les nuées, 1588, V&A

Lucain, De Bello Civili

Ce texte littéraire est traduit en 1576 par Pierre de Bourdeille, chambellan de François d’Alençon, mécène d’Hilliard en France. Ce texte n’est pas une œuvre philosophique mais une épopée romaine narrant la guerre entre Jules César et Pompée.
Nous avons précédemment re-dater la miniature du Jeune homme parmi les roses au retour du séjour d’Hilliard (v. 1580) où la devise apparait. Hilliard aurait-il lu cette traduction ? L’aurait-il rapporté en Angleterre ? Rien ne peut le confirmer, mais la réalisation de cette miniature dans les années suivant cette traduction nous permet d’en émettre l’hypothèse.

Jeune homme parmi les roses, v. 1580, V&A

Ovide, Les Métamorphoses

Là encore, il s’agit d’un texte antique majeur traduit à de nombreuses reprises. Si la devise sur la miniature ci-dessous est en latin, il est possible qu’Hilliard ne l’ai lut qu’en anglais, le texte ayant été traduit pour la première fois par William Caxton en 1480. Il s’agit entre autre d’un texte célébrissime et faisait entre autres partie de la plupart des bibliothèques européennes de la Renaissance

Portrait d’un jeune homme, 1595, domaine de Chantilly

La philosophie et la littérature contemporaine

« Pamitius »

Dans son traité, ou en tout cas selon la copie conservée aujourd’hui, un certain « Pamitius » est mentionné. Le passage concerne la relation entre princes et peintres en prenant exemple sur la tradition antique. Dans les deux cas, il semble que le copiste aurait mal copié le traité. R.K.R. Thornton et T.G.S. Cain, derniers éditeurs du traité, proposent de l’identifier comme :

  • Francesco Patrizi de Sienne (1413-1494) : évêque de Gaeta en Italie, humaniste et écrivain politique, il écrivit plusieurs traités publiés à titre posthume dont le De institutione reipublicae, publié à Paris en 1518.
  • Onofrio Panvinio (1529-1568) : antiquaire vénitien, il aurait mentionné les exemples aussi cités par Hilliard dans deux publications, l’Historia Augusta et les Méditations.

La problématique qui se pose est double : a-t-il véritablement lu ces ouvrages et si oui, comment se les ait-il procurés ? Par le biais d’un mécénat ? Ces ouvrages étaient-ils réputés au XVIe siècle ? D’autre part, se pourrait-il qu’il ne s’agisse que d’une connaissance générale de ces exemples à partir de conversations que l’artiste aurait pu avoir avec les érudits de son temps ?

Castiglione, Le Livre du Courtisan (1561)

Il est à noter que le Livre du Courtisan, publié pour la première fois en italien en 1528 et traduit pour la première fois par Thomas Hoby en anglais en 1561, est une référence que l’on retrouve dans toute bibliothèque de la Renaissance. La vision que Castiglione donne du gentilhomme versé dans les arts et les lettres a sans doute influencé l’artiste qui se voyait plus en gentilhomme qu’en tant qu’artiste dans le sens manuel du terme.

Autoportrait de l’artiste, 1577, V&A

Pierre de Ronsard (1524-1585)

Le poète et philosophe français est mentionné dès les premières pages du traité : « I heard Ronsard the great French poet on a time say that the islands indeed seldome bring forth any cunning man […] ». Probablement rencontré à la cour de France, l’apport de Ronsard dans la pensée de Hilliard est encore à mesurer. En outre, Hilliard ne mentionne aucun passage d’une œuvre littéraire de l’auteur.

Blaise de Vigenère (1523-1596)

Rencontré lors de son séjour à Paris, Blaise de Vigenère est l’intermédiaire entre l’artiste et le duc de Nevers dans le cadre de la commande du portrait gravé qui doit illustré sa nouvelle fondation dont le livret est publié en 1579. Dix ans plus tard, en 1587 est publié le Traicte des Chiffres où l’auteur mentionne le miniaturiste et sa manière d’écrire sur ses portraits. Il se peut qu’Hilliard se procura ou reçut les régulières publications que l’humaniste publia dès les années 1570.

Fondation du duc de Nevers, portraits en médaillon par Nicholas Hilliard, 1579, BnF (cliché de l’auteur)

Francis Bacon (1561-1626)

Humaniste et philosophe anglais, Bacon fait partie de l’ambassade anglaise lors du séjour à Paris de Nicholas Hilliard. Bacon écrit un essai sur la Beauté dans ses Essais de moral et politique, publiés en Angleterre en 1597 et ayant un très grand retentissement alors.

Portrait Francis Bacon âgé de 18 ans, 1579, National Portrait Gallery (Londres)

Sir John Harington (1561-1612)

Nicholas Hilliard mentionne dans son traité des passages de l’Ariosto Furioso dont Harington fut le traducteur en anglais en 1591. Le courtisan fut d’ailleurs banni pendant quelques années à cause de cette publication. Le frontispice de l’édition ci-dessous, nouvelle acquisition de la Pierpont Morgan Library, présente un portrait de l’auteur, peut être d’après le miniaturiste ou gravé par l’artiste lui-même.

Frontispice de la traduction de l’Orlando Furioso par Sir John Harington, 1591, Pierpont Morgan Library

Les traités d’artiste

Paolo Lomazzo, Trattato dell’arte della pittura, scoltura et architettura (1598)

Ce traité artistique majeur, publié à Milan en 1584 et traduit en 1598 par Richard Haydocke, est cité de manière précise dans le texte. La raison est évidente : le traducteur demande à Hilliard dans sa préface de bien vouloir compléter les connaissances sur la peinture en écrivant un traité sur la miniature. Cette demande confirme entre autres l’importance de cette production en Angleterre mais aussi la reconnaissance de son caractère à part dans la production picturale de l’époque. Hilliard montre une connaissance presque scolaire du traité, qui lui-même reprend Albrecht Dürer dans le fond et la forme, surtout concernant le premier livre sur la proportion.

Albrecht Dürer (1471-1528)

L’influence de Dürer sur Hilliard fut capitale. Cette influence fut entre autre analysée dans un article en allemand d’Horst Vey dont nous n’avons pas encore pu lire une traduction. Dürer est mentionné dès les premières pages du traité et semble avoir été le maître à penser du miniaturiste. S’il avait une copie du traité dans son atelier, il écrit lui-même que la théorie de Dürer est difficile à expliquer et appliquer, montrant sans doute la faiblesse qu’il eut dans la représentation du corps en pied et surtout de la perspective. Dürer semble avant tout avoir été un modèle d’artiste pour Hilliard, pluridisciplinaire comme il voulut l’être, et travaillant pour les plus grands personnages de son temps.

A very proper treatise, wherin is briefly sett forthe the arte of Limming (1573)

Ce traité non publié est à ce jour le premier traité connu à propos de la miniature. Anonyme, il se pourrait que le maître de Nicholas Hilliard l’ai rédigé. Certaines hypothèses avancent qu’il s’agirait de Levina Teerlinc, femme miniaturiste à la cour anglaise depuis la fin du règne d’Henry VIII. elle meurt en 1576. La transcription du texte ne nous a pour le moment pas été parvenue. Nous ne pouvons donc pas à présent proposer une comparaison entre les deux traités.

Henry Peacham (1578-1644)

Poète et écrivain, amateur d’art et contemporain de Hilliard, Peacham écrivit de nombreux traités sur la condition de gentilhomme et sur le dessin. Il écrivit entre autres un traité où il parle également de l’art de la miniature, publié en 1612 : Graphice or the Most Auncient and Excellent Art of Drawing and Limming. Il s’agit du premier traité de miniature publié.

***

Le traité de Nicholas Hilliard est connu d’après une copie manuscrite de 1624, conservée aujourd’hui à la bibliothèque de l’Université d’Edimbourg. Il ne fut jamais publié.

Cet article s’inscrit dans un projet de thèse sur la « Théorie et Production de portraits en miniature à la Renaissance » qui vise à analyser à nouveau les traités de miniatures produits entre la deuxième moitié du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (v. 1630), les échanges de techniques et de théories en Europe et l’influence des traités sur la connaissance de la technique des artistes sur cette production.

Céline Cachaud

Source :

HILLIARD Nicholas, The Arte of Limning, R.K.R. Thornton et T.G.S. Cain (ed), Manchester, Carcanet Press, 1992 (2nde impression)

Bibliographie :

COOMBS Katie et DERBYSHIRE Alan, « Nicholas Hilliard’s Workshop Practice Reconsidered », Painting in Britain 1500-1630 : Production, Influences and Patronage, Londres et Oxford, The British Academy et Oxford University Press, 2015, p. 241-251
HILLIARD Nicholas, « A treatise concerning the arts of limning », The Walpole Society, Philip Norman (ed.), Londres, 1912
POPE-HENESSY John, « Nicholas Hilliard and Mannerist Art Theory », Journal of Warburg Institute, Volume VI, Londres, 1943, p. 89-100
VEY Horst, « Nicholas Hilliard und Albrecht Durer », Mouseion, 1960, p. 155-168

 

Illustration : Etienne Delaune, Atelier d’orfèvre, musée du Louvre 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *