Étude de cas : portrait d’une jeune femme de 16 ans

Certains domaines de l’histoire de l’art sont beaucoup plus difficiles à étudier que d’autres. En ce qui concerne la miniature, il faut bien le reconnaître que son étude nécessite une certaine passion pour le domaine et les œuvres étudiées, tant la difficulté atteint quelques sommets : l’absence évidente de sources, de signatures, le manque d’étude et donc d’historiographie, la difficulté d’accès à une partie des collections (privées) et donc de leur connaissance, etc. Je tiens donc par avance à m’excuser pour les quelques passages de pure subjectivité esthétique dont cet article est indubitablement teinté.

***

Au musée du Louvre est actuellement conservé un chef d’œuvre méconnu. Sans doute peint par Nicholas Hilliard en 1605, ce petit portrait représentant une jeune femme de la cour des Stuart mesure 56 par 44 millimètres. Il est acquis en 2007 par la Société des Amis du Louvre pour le musée lors d’une des plus belles ventes de miniatures du XXIe siècle, celle de la collection Gordon. Peu d’informations nous sont parvenues au sujet de cette miniature, son historique est réduit au XXe siècle. Pourtant, il s’agit aujourd’hui de la seule miniature attribuable à l’artiste conservée par le musée français.

 

Après l’avoir présentée sur Twitter dans ses moindres détails, il m’a semblé opportun d’approfondir le sujet et de vous faire découvrir un des trésors que le plus grand musée du monde conserve.

Portrait d’une jeune femme de 16 ans, Nicholas Hilliard, 1605, musée du Louvre (RF 54647). Cliché Céline Cachaud / Avril 2017

La provenance, une clé d’identification ?

L’histoire de l’œuvre n’est pas connue avant la collection du duc de Beaufort, dont une partie avec cette miniature est vendue chez Christie’s le 13 décembre 1983. Elle intègre alors la collection Gordon, elle-même vendue de nouveau chez Christie’s le 20 novembre 2007 (lot 21).

La première question qui s’impose est, si l’œuvre n’est pas connue avant la collection de Beaufort et donc possiblement y fut conservée au cours des derniers siècles, la personne représentée ferait-elle partie de cette famille ? En effet, une grande partie des miniatures avant le XXe siècle furent transmises de génération en génération dans les familles aristocratiques britanniques. Celle-ci pourrait très bien en être un exemple. En remontant l’arbre généalogique de la famille Beaufort, une des familles les plus importantes de Grande-Bretagne, nous tombons sur un certain Edward Somerset, 4e comte de Worcester (1550-1628). Ce dernier a deux filles, Frances et Blanche, respectivement nées en 1580/81 et 1583. Il semblerait donc que ce portrait ne représente ni l’une ni l’autre. Le portrait représenterait-il une jeune fille d’une branche cadette ? Une épouse ? Les probabilités deviennent ainsi infinies.

La miniature présente une très belle inscription dont une devise « Espoier me comforte » écrite en français sibyllin, un français très érudit généralement utilisé par les étrangers du XVIe siècle. Cette devise, comme le précise la notice de Christies, est rattachée à une famille britannique, les Strangways. Ces derniers l’utilisèrent depuis la 1e moitié du XVIe siècle. Cette famille n’est pas très connue. Nous savons qu’un certain John Strangways (m. 1593) avait trois filles dont les dates de naissance ne sont pas connues mais qui auraient pu être nées vers 1589. L’analyse des experts de Christie’s ne permet pas d’affirmer qu’il s’agisse d’une de ces trois jeunes filles. Il se peut aussi qu’il s’agit d’une épouse d’un de ses fils, etc. Là encore, les probabilités sont infinies et la chance de trouver une piste presque impossible.

Portrait d’une jeune femme de 16 ans (détail), Nicholas Hilliard, 1605, musée du Louvre (RF 54647). Cliché Céline Cachaud / Avril 2017

Il faut cependant bien conclure cette enquête. Si la miniature représente bien une femme de la famille Strangways, comment est-elle arrivée dans la collection des Beaufort ? Vente de biens ? Mariage ? Héritage ? Un collectionneur parmi la famille ? Le manque de temps et de ressources ne me permet pas à l’heure actuelle d’ajouter d’autres réponses mais des pistes de recherche : George Vertue a-t-il vu la collection des Beaufort ? Si oui, parle-t-il de ce portrait dans ses carnets ? Les archives de la famille Beaufort sont-elles accessibles ? Si oui, permettent-elles de retracer une probable acquisition de l’œuvre ?

Une jeune fille de la cour des Stuart ?

Au-delà de toutes ces considérations théoriques sur l’identification de la jeune fille représentée, lesquelles sont souvent, pour le XVIe siècle anglais, une peine perdue, il est donc préférable de se concentrer sur l’œuvre en elle-même, la décrypter et y trouver d’autres éléments de réponse qui permettraient de réduire le champ de recherche.

La jeune femme représentée appartient à la cour des Stuart, ou tout du moins, en suit fidèlement les codes. Elle est dépeinte à mi-corps de trois quarts vers la droite ; elle porte une robe noire, ornée de nœuds orange avec un décolleté très échancré mis en valeur par un col Médicis en dentelle amidonnée, à la mode au début du règne des Stuart. Ses parures aussi suivent la mode de l’époque, par comparaison avec ce portrait d’Anne du Danemark, peint en 1614 par Marcus Gheeraerts le Jeune et conservé dans les collections royales britanniques :

Portrait d’Anne du Danemark, reine d’Angleterre (m. 1619), Marcus Gheeraerts le Jeune, 1614, collections de S.M. Elizabeth II (RC 404437). Cliché Royal Collection Trust/© Her Majesty Queen Elizabeth II 2017

Les deux femmes portent les mêmes rangs de perles autour du cou, le même type de robe à nœuds, et un bracelet au poignet droit. Le bras gauche est mis en valeur par un important ruban noué et orné de perles pour la reine d’Angleterre, un bijou en forme de nef chez la jeune fille. Il est difficilement visible et, je dois l’avouer, a échappé à mon œil au cours de mes précédentes observations. Ce type de bijou est assez particulier. Un modèle similaire est également conservé dans les collections du musée du Louvre :

Portrait d’une jeune femme de 16 ans (détail), idem. Pendentif – nef, XVIe siècle, 103x59mm, musée du Louvre (MRR221). Cliché © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Il s’agit d’une typologie assez commune à la Renaissance, plusieurs exemplaires sont conservés dans diverses collections par le monde. Ces pendentifs étaient réalisés en or, recouverts d’émail voir sertis de pierres précieuses et de perles, à l’instar de celui porté par notre jeune femme. Il semble d’assez grande taille, mesurant environ la moitié de son avant-bras, témoignant de la grande richesse de sa famille. Il confirme ainsi son statut assez élevé dans l’aristocratie britannique.

Une jeune fille issue de la noblesse provinciale britannique, aurait-elle eu accès aussi rapidement aux codes vestimentaires de la reine d’Angleterre ? Aucune femme de la famille des Strangways ne semble avoir servie personnellement pour la reine Anne. Celle-ci avait cinq demoiselles d’honneur à cette période :

LEVY PECK Linda, Court Patronage and Corruption in Early Stuart England, Londres, Routledge, 2003, p. 69

Les Strangways étaient-ils à la cour sans charge auprès de la famille royale ? Une étude de la famille permettrait sans doute d’en savoir plus. Les quelques informations glanées montrent que cette famille parlementaire du Dorset était connue à la cour. Sir John Strangways (m.1593) aurait été sous la garde de William Herbert, 1er comte de Pembroke (m.1570). Il épouse Dorothy Thynne avec qui il aura John Strangways (m. 1666), homme politique important de la 1ère moitié du XVIIe siècle et au moins trois filles : Grace, Anne et Dorothy. Comme nous l’avons précisé plus haut, nous ne connaissons pas les dates exactes de leur naissance, mais Anne semble être née autour de 1590. Ayant des connaissances parmi l’une des familles nobles les plus importantes d’Angleterre, il est donc probable qu’elles aient eu accès à la cour, au moins en tant que filles et sœurs de parlementaire.

Anne aurait épousé un certain George Norton d’Abbott’s Leigh, dont on n’a aucune information. Elle aurait eu un fils vers 1605, date de la miniature, et serait morte selon son testament conservé dans les archives britanniques en 1610. Cette identification est celle préférée par l’équipe de Christie’s en 2007 mais, comme j’ai déjà pu le montrer, rien à part la devise sur la miniature ne la confirme. Je me permettrais également d’ajouter qu’à ce jour, aucune des miniatures conservées présentent une devise de famille mais plutôt des devises utilisées lors de masques où cherchant à faire passer un message au destinataire.

Cette miniature est-elle un portrait de mariage ou de fiançailles ? Le sujet y est représenté avec tous les fastes, indiquant son rang et son statut au futur mari. Sa main droite est située sous son cœur qu’elle semble montrer, gestuelle traditionnelle dans les portraits en lien avec les fiançailles et les mariages, en général symbole d’amour. Les fleurs présentent dans ses cheveux accentuent l’idée de fête, mais aussi de renouveau et de fertilité. Il s’agit donc sans doute d’un portrait offert au futur époux, et l’un des plus beaux exemples attribuable au maître anglais.

Le dernier chef-d’œuvre de Nicholas Hilliard ? 

Il est toujours difficile d’attribuer une miniature ; la plupart ne présentent pas de date ni de signature. Seul l’assurance de son œil et les caractéristiques établies du style d’un artiste permet de donner un nom à une œuvre, en prenant en compte le fait que d’un artiste à un autre, sa valeur passe du simple au triple.

La miniature du musée du Louvre est dans un état de conservation relativement remarquable, bien qu’elle ait dû subir une longue exposition à la lumière, comme en témoigne l’effacement extrême de la surface picturale, faisant dire à Dominique Cordellier en 2008 : « pâleur idéale du visage dont la candeur simple et parfaite est rendue par un modelé en clair sur clair qui amenuise les ombres ». Le modelé a en réalité disparu, tout comme le dessin sous-jacent. Seuls demeurent les quelques traces de noir de charbon que l’artiste dut utiliser pour souligner la légère ombre du nez et de la bouche ainsi que la pupille des yeux. Aussi, les éléments qui autrefois étaient en argent, comme les perles autour du cou ou la bague à son doigt, sont oxydés et devenus noirs. À titre de comparaison, nous vous présentons le portrait d’un homme, anciennement dit de Sir Walter Ralegh, aujourd’hui conservé au musée de Chantilly. L’œuvre a été exposée à la lumière pendant plus d’un siècle, et les traits du visage sont aujourd’hui presque disparus.

Portrait d’homme, Nicholas Hilliard, 1595, musée Condé/domaine de Chantilly (OA 1618). Cliché © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Il est presque impossible de se rendre compte effectivement de l’allure que pouvaient avoir ces miniatures au moment de leur réalisation. Pour avoir une véritable idée de ce à quoi ressemblait une miniature de Nicholas Hilliard au début du XVIIe siècle, il nous faut rechercher parmi les portraits les mieux conservés, pour la plupart ayant été cachés au sein de collections particulières pendant plusieurs siècles, à l’instar de ce petit portrait de Charles Ier d’Angleterre enfant, ou encore d’Elizabeth, future reine de Bohême et sœur du précédent :

Portrait de Charles 1er enfant, vers 1613-1619, collection privée. Cliché © Christie’s. Portrait d’Elizabeth, future reine de Bohême, vers 1606-09, Victoria & Albert Museum. Cliché © Victoria & Albert Museum, London.

Pourtant, au premier coup d’œil, même un novice peut se rendre compte de la qualité évidente de cette œuvre. On remarque l’idéalisation des traits du visage mais surtout le souci extrême des détails, que ce soit la dentelle des fraises, le rendu des perles ou encore la ciselure des bijoux. Autre caractéristique de l’artiste : la tridimensionnalité de ses portraits : la dentelle n’est pas seulement représentée, elle est comprise : les fils s’entrelacent de la même manière que la dentellière à son ouvrage. Malgré les commentaires de certains historiens français, qualifiant ces portraits de plats ou de froids par leur absence d’ombres, et leur côté idéalisé comparé au crayon français ou aux portraits italiens beaucoup plus réalistes.

En 1605, Nicholas Hilliard est âgé de 58 ans. Vieillissant, il perd de son influence à la cour au profit de ses élèves, et notamment Isaac Olivier, dont le style plus continental – je m’hasarderais même à dire cosmopolitain – plait à la jeunesse qui envahit la cour des Stuart. Nicholas Hilliard demeure le portraitiste du roi par privilège, mais son élève peint une grande partie de la cour de Jacques Ier et est même le peintre de l’héritier, Henry (m. 1612). Il semble que la tache de diffuser le portrait du roi ne fut pas du goût de l’artiste qui laissa son atelier réaliser les copies. En outre, Jacques Ier n’était pas non plus friand de l’exercice de la pose : il ne fera réaliser son portrait que trois fois selon Graham Reynolds.

De nombreux portraits sont conservés à cette période, tous de qualité très variable, allant du plus médiocre au chef-d’œuvre, à l’instar de cette miniature du musée du Louvre. Une grande partie de ces œuvres sont encore attribuées à Nicholas Hilliard, bien que nombre d’entre elles sont désormais déclassées au rang d’atelier, suiveur, école, etc. Ainsi, comment qualifier le style tardif de Nicholas Hilliard (v. 1603-1618) ? La connaissance de belles pièces à l’instar de ce portrait nous permet de supposer que l’artiste n’avait rien perdu de sa main ni de ses yeux, mais le cœur n’y était sans doute plus. Passionné par son art, pour lequel il en avait une très haute opinion comme en témoigne entre autres son traité, il vécut l’élévation de ses élèves au rang de rivaux comme une trahison. À 60 ans passés, appartenant à l’ancienne cour, celle d’Elisabeth Ire (r. 1558-1603), il ne doit son statut de portraitiste de roi qu’à son ancienneté. Il est ainsi possible qu’il ait honoré peu de commandes par lui-même. D’ailleurs, il laisse son atelier à son fils à cette même période, quelques années avant sa mort.

Ce portrait n’est pas l’un des derniers chefs-d’œuvre attribuables au miniaturiste anglais. De nombreux autres beaux portraits montrent que l’artiste fut prolifique et même génial, dans les toutes dernières années de sa vie. Cette miniature conservée au musée du Louvre est le symbole de tout ce que signifiait la miniature à ses yeux : la beauté, le luxe, l’intimité, la cour, mais aussi le témoignage d’un art national, malgré les nombreuses influences françaises et flamandes qu’on a pu lui coller à la peau. En fin de compte, Nicholas Hilliard demeure l’un des seuls à être capable d’une telle prouesse à cet âge. Comparé à Raphael de son temps, il est, sans aucun doute, le fondateur de l’école anglaise du portrait et le père de la miniature britannique.

À savoir :

De nombreux portraits en miniature datables de la fin du XVIe siècle, récemment vendus en France et outre-Manche, ont été attribués au génie anglais. Aucun de ces portraits ne semblent cependant être de sa main. Le musée du Louvre cataloguait il y a encore peu trois portraits à son nom, un portrait de jeune fille datable vers 1590, probablement réalisé par un de ses élèves, et un portrait de Jacques Ier (r.1603-1625), sans doute réalisé à deux mains. Toutes ces miniatures ne sont actuellement pas visibles, faisant l’objet de la règle de conservation des 3 mois d’exposition / 3 ans de réserve. J’espère personnellement qu’à l’occasion du 400e anniversaire de la mort de l’artiste en 2019, le musée proposera un nouvel accrochage permettant au public de pouvoir admirer à nouveau les chefs-d’œuvre de la minaiture européenne conservés dans ses réserves.

Céline Cachaud

Bibliographie :

Notes d’observation de l’œuvre, 18 février 2016 et 7 avril 2017, Archives de l’auteur
Notice d’œuvre, département des Arts Graphiques [consultée le 7 avril 2017] : http://arts-graphiques.louvre.fr/detail/oeuvres/1/514961-Portrait-dune-jeune-fille-agee-de-seize-ans
Nicholas Hilliard et le portrait en miniature aux XVIe et XVIIe siècles. Autour d’un don des Amis du Louvre, accrochage du 17 septembre au 15 décembre 2008, Dominique Cordellier, Michèle Gardon et Brigitte Donon (commissaires), musée du Louvre [consultable à documentation du département]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *