Découverte ! Deux peintures attribuées au séjour parisien de Nicholas Hilliard

La semaine dernière a été publié un article sur le site d’Apollo en amont de la parution du nouveau numéro du magazine au mois de juin. Et j’ai eu du mal à en croire mes yeux… deux huiles sur chêne français seraient attribuées à Nicholas Hilliard et datées vers 1576-1578.

En prévision d’une exposition au Waddesdon Manor, résidence de la branche britannique de la dynastie Rothschild, ces deux panneaux ont fait l’objet d’une restauration au Hamilton Kerr Institute de Cambridge. Et c’est à ce moment-là que la découverte, effectuée par Rupert Featherstone et son équipe, par comparaison avec les portraits d’Elisabeth I appelés « Phoenix » et « Pélican » et datés vers 1575. Ces deux panneaux sont aussi traditionnellement attribués à Nicholas Hilliard et seraient eux-mêmes dérivés de la miniature peinte par Nicholas Hilliard en 1572.

Portrait d’Elisabeth Ire, Nicholas Hilliard (attr.), vers 1576-1578, collections Rothschild. Photo © Hamilton Kerr Institute

Si l’attribution à Hilliard avait déjà été plus ou moins établie par Sir Roy Strong, sa datation n’avait pas encore été affinée. Ce sont les analyses effectuées lors de sa restauration qui permirent de la confirmer. En effet, le support utilisé est du chêne français et non du chêne baltique, habituellement employé par les artistes anglais. Cette datation peut également être corroborée par l’identification du second portrait comme Sir Amyas Paulet, ambassadeur de la reine à la cour des Valois entre 1576 et 1579.

Portrait de Sir Amyas Paulet, Nicholas Hilliard (attr.), vers 1576-1578, collections Rothschild. Photo © Hamilton Kerr Institute

Comme ma recherche l’explique, Nicholas Hilliard est en France à partir de l’automne 1576 jusqu’à la fin de l’année 1578. Son retour est envisagé entre la fin novembre 1578 et février 1579. Pendant ce séjour, il est le valet de chambre du duc d’Alençon, frère d’Henri III (r. 1574-1589) pendant près de deux ans pour qui il réalise de nombreuses commandes, des portraits de lui-même mais également une commande de portraits de seigneurs et dames étrangers. La quittance conservée aux Archives nationales ne précise pas s’il s’agit de miniatures ou de peintures. Cette quittance serait-elle donc à rattacher avec ceux deux huiles sur toile ?

Quittance de Nicholas Hilliard, datée de 2 octobre 1578, Archives nationales (MC/LXI/85). Photo © Archives nationales / Archives de l’auteur

Les recherches sont encore en cours au Waddesdon Manor afin de documenter plus avant cette nouvelle découverte. Elle ne fera bien évidemment pas partie de ma présente recherche mais j’ai hâte d’en apprendre plus sur leur histoire.

Si l’annonce de cette découverte s’est révélée comme un choc, puisqu’elle confirmerait la pratique de la peinture de grand format pour l’artiste, et ce pas seulement à Londres, le fait que des œuvres de Nicholas Hilliard soient conservées dans les collections rothschild m’étonnent beaucoup moins. En 1912, à l’occasion de l’exposition de miniature à l’hôtel Goffinet de Bruxelles, la baronne G. de Rothschild prête un nombre conséquent de miniatures, dont un bon nombre sont attribuées à Nicholas Hilliard, son élève Isaac Olivier ou encore à l’école anglaise du XVIe siècle. Cette collection a donc encore de très beaux trésors à nous révéler !

Bibliographie :

CAREY Juliet, « A radical new look at the greatest of Elizabethan artists », Apollo magazine, juin 2017, publié en ligne le 29 mai 2017 [consulté le 5 juin 2017] : https://www.apollo-magazine.com/a-radical-new-look-at-the-greatest-of-elizabethan-artists/
STRONG Roy, Gloriana: The Portraits of Elizabeth I, Londres, Pimlico, 2003 (réed. de sa thèse, publiée en 1963)

Céline Cachaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *