Le catalogue raisonné : do’s et don’ts

Il y a quinze mois maintenant, à la suite de la rédaction du mémoire de Master 1, ma directrice de recherche m’a demandé en annexe de mon étude de rédiger un catalogue raisonné de Nicholas Hilliard. Aimant les défis, j’ai accepté tout de suite, sans véritablement savoir dans quoi je m’embarquais. Aujourd’hui, si c’était à refaire, je ne suis pas sure que je rentrerais dans le jeu aussi aisément. Cette pratique semble cependant devenir une requête habituelle des professeurs d’université français, puisqu’au moins trois de mes connaissances ont dû également faire face au défi du catalogue raisonné.
Aussi aujourd’hui, je vous propose un billet sur mon expérience, mes erreurs, en donnant quelques conseils à ceux qui souhaiteraient aujourd’hui s’embarquer pour une telle aventure.

Le catalogue raisonné, quézako ?

Un catalogue raisonné est le résultat d’une longue réflexion sur l’œuvre d’un artiste ou d’une collection, ayant pour but de recenser toutes les œuvres attribuées/attribuables, perdues et rejetées. Ces derniers sont en général rédigés dans le temps, permettant un certain recul et surtout une connaissance approfondie sur l’artiste ou sur la collection. Mon catalogue de Nicholas Hilliard manquera certainement de ce recul, ayant été rédigé en un temps accéléré. Je le considère donc comme un état de la recherche à l’instant T et suis déjà consciente qu’il sera déjà scientifiquement mis en doute dans les mois à venir.
Ce type de catalogues sont généralement accompagnés de plusieurs essais synthétisant une façade du catalogue. Je n’ai eu le temps de n’en écrire qu’un seul : Un goût pour les miniatures de Nicholas Hilliard : Histoire des collections des miniatures anglaises du XVIe siècle.
Le catalogue raisonné est avant tout un outil pour les chercheurs et spécialistes  puisqu’il permet de se rendre compte de l’état de la recherche et de la localisation des œuvres, dans ce sens j’espère qu’il sera utile à mes collègues et aux amateurs du premier grand artistes anglais.

DO : La réflexion avant tout

Un catalogue raisonné est, comme son nom l’indique, le fruit d’une réflexion et suppose donc une connaissance importante de l’œuvre de l’artiste ou de la collection en question. Ce n’est qu’à partir de cette connaissance qu’il est possible de dégager un plan qui sera l’armature de votre catalogue. Ceci est d’autant plus vrai si l’artiste n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Posez-vous donc les bonnes questions : un catalogue raisonné est-il nécessaire ? Quelles informations dois-je et puis-je apporter ? Pourquoi ? Comment ? Etc. S’agit-il s’un premier catalogue ou un autre a déjà t-il été publié précédemment ?
À partir de cette première réflexion, il vous est alors possible d’amorcer une première réflexion qui doit être poursuivie par de nombreux brainstorming beaucoup plus précis : la présentation et l’ordre du cartel de l’œuvre, la place de l’image, la longueur des analyses, etc.

Brouillons préparatoires au catalogue raisonné, datés du 6 juillet 2016 et suivants. © Céline Cachaud, 2017

DONT : L’idée du répertoire papier

Si comme moi, vous préférez travailler sur papier plutôt que sur ordinateur, le processus de réflexion sera d’autant plus long. Je ne compte plus le nombre incalculable de brouillons, d’articles, et de répertoires et bibliographies que j’ai utilisé au cours de ces deux dernières années. Une idée, que j’ai très abandonné au bout d’une semaine, est la rédaction d’un répertoire papier des œuvres de Nicholas Hilliard. Pour certains d’entre vous, cela peut semble complètement stupide, et en y repensant moi-même aujourd’hui, je me dis que j’aurais perdu un temps infini à le compléter, un temps qui m’était dès le départ compté. Toutefois, pour les accros au papier, je ne peux que vous conseiller l’idée d’une fiche par œuvre par exemple, suivi des articles spécifiques sur cette dernière.
En effet, j’ai cherché pendant près de deux mois la manière la plus aisée d’avoir des fiches rassemblant tout ce qui a été écrit sur une œuvre en particulier : un document Word par œuvre ? Trop encombrant. Un fichier Excel ? Trop réducteur. Comment faire ? Heureusement, en cherchant parmi les applications de productivité, j’ai découvert Evernote qui, même s’il ne s’agit pas de l’outil parfait, m’aura sauvé la mise.

Version temporaire et définitive d’une page du catalogue raisonné, juillet 2017. © Céline Cachaud

DO : L’organisation

Vous avez un temps réduit pour la rédaction du catalogue raisonné ? Alors l’organisation est primordiale. Tout d’abord, aidez-vous des éventuelles listes d’œuvres connues : imprimez/photocopiez/achetez les précédents catalogues, les notices d’exposition. Après une lecture attentive de ces éléments, déterminez les éléments qui manquent et qui pourraient être ajoutés : l’étude de l’iconographie/l’identification, la provenance, l’étude de style. Classez les œuvres chronologiquement, voire par média si cela fait sens, et décidez de votre plan.
Pour le cas de Nicholas Hilliard, j’ai eu la chance d’avoir un classement des œuvres déjà mis en place depuis le début de l’étude de l’artiste et notamment de la liste d’œuvre rédigée par Erna Auerbach en annexe de la première monographie de l’artiste. Ce classement est chrono-thématique : d’une part, les différents médias sont séparés : ainsi, les miniatures sont analysées en premier, suivies des peintures, puis des autres médias relevant de sa carrière d’orfèvre : dessins préparatoires, sceaux, gravures, médailles. N’oubliez pas qu’un catalogue raisonné doit également comprendre une liste des œuvres perdues, ainsi que les œuvres rejetées. Les œuvres perdues ne s’intègrent pas dans le catalogue. La question à se poser est à partir de quand une œuvre peut-elle être considérée comme perdue ? J’ai personnellement fait le choix de considérer comme perdues les œuvres non retrouvées depuis l’exposition de 1983 au Victoria & Albert Museum.

DO : Un journal de bord / les to-do lists

À la fin de chaque journée de travail, notez tout ce que vous avez fait et ce que vous devez encore faire, rédigez-vous des récapitulatifs hebdomadaires voire mensuels pour avoir une idée du travail qui vous reste encore à faire. Faites des listes des images manquantes, des collections/musées contactés, etc. Ce sera un gain de temps très précieux au moment de la rédaction.
Je regrette de ne pas avoir été plus rigoureuse dans la rédaction de mon journal, surtout à la fin de la rédaction où beaucoup de choses étaient à faire et où malheureusement, la peur de ne pas avoir assez de temps m’a empêcher de prendre un moment de recul, le temps d’une demi-journée par mois ou de quelques heures par semaine.

Page du Bullet journal de suivi de ma recherche en Novembre 2016, réalisé avec un Moleskine Carnet Chapters à points. © Céline Cachaud

DO : Des outils à votre disposition

La magie d’internet a permis le développement d’un nombre incalculable de ressources utiles à l’étude des sciences humaines et notamment pour les historiens de l’art : bibliothèques numériques, catalogues d’œuvres en ligne, ressources sur la provenance, etc. J’ai écrit une série de billets sur ces ressources qui me sont devenues indispensables au cours de mes recherches. Vous pouvez les lire sur le blog de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. Pour ma part, j’aurais usé (et abusé) des catalogues en ligne des musées, comme le V&A, la National Portrait Gallery ou encore le catalogue très fourni des collections royales.
D’autre part, ne vous réduisez pas à une seule bibliothèque. Au cours de ces deux années, j’ai jonglé avec quatre bibliothèques : celle de l’INHA bien sûr et la Bibliothèque nationale de France, mais également la bibliothèque de la Fondation Custodia qui présente un fonds très actualisé. Vous pourrez y retrouver très rapidement les nouvelles publications (une semaine à un mois après publication en moyenne). Je vous conseille également la BIS qui présente un important fonds et qui a l’avantage de pouvoir être empruntés (sauf pendant les périodes d’agrégation). D’autre part, n’oubliez pas les centres de documentation des musées et des centres de recherche et de restauration. Un guide des bibliothèques francilliennes peut vous aider.
Enfin, n’hésitez pas à contacter les auteurs de vos lectures et des spécialistes de votre sujet. Cela m’aura également sauvé à de nombreuses reprises.

DO/DONT : Les voyages, l’étude matérielle

On ne le dira jamais assez, mais l’histoire de l’art n’est pas seulement une discipline où le chercheur passe sa vie le nez dans les bouquins/les archives/les photos d’œuvres d’art, mais où il doit également faire l’expérience matérielle de l’œuvre. Dans le cas du portrait en miniature, cette nécessité est d’autant plus vitale que les photographies ne rendent pas compte de la véracité de l’œuvre : elle ne rend pas la délicatesse des coloris, rarement la tridimensionnalité et l’épaisseur de la touche – ce qui dans le cas de Nicholas Hilliard est caractéristique – et surtout ne permet pas de se rendre compte de l’échelle de grandeur. De cette étude matérielle de l’œuvre découlera la véracité scientifique de votre catalogue, et vous permettra d’attribuer voire de rejeter certaines d’entre elles.
Si vous avez la chance d’avoir un grand nombre d’œuvres autour de vous, ces visites dans les musées et collections sont obligatoires et vous seront reprochées. Si, comme moi, vous travaillez sur un artiste étranger ou que son œuvre est très dispersée, vous devrez faire des choix. Attention ! Les séjours et les visites de musées sont chronophages et peuvent être épuisantes. Si votre temps est limité, réfléchissez bien à quelles collections vous devez voir en priorité. Commencez par celles qui possèdent des œuvres reconnues comme autographes afin de vous faire l’œil et décortiquez-les. Essayez de comprendre visuellement sa pratique, ses caractéristiques. N’hésitez pas à contacter des conservateurs et/ou restaurateurs et spécialistes du sujet qui pourront vous montrer comment il est possible de reconnaître une possible œuvre de l’artiste. À partir de ces premiers jalons, allez-voir en priorité les œuvres douteuses. Faites confiance à votre œil et votre instinct.
Aussi, n’oubliez surtout pas de consulter les dossiers d’œuvres, ils peuvent se révéler être une mine d’or. Si vos œuvres sont en réserve, n’hésitez pas à demander au conservateur – voire d’être plus insistant en cas de non-réponse – afin de voir le plus d’œuvres possibles. La plupart vous ouvrirons leurs portes. Organisez-vous à l’avance car certains musées nécessitent des autorisations qui peuvent prendre beaucoup de temps à être validées.

The Portland Collection, nouveau bâtiment accueillant la collection et la conservation, par Lewis Khan, Welbeck Abbey (Royaume-Uni)

Le catalogue raisonné en master de recherche : do ou don’t ?

Après avoir passé quinze mois intenses à jongler entre l’étude et le catalogue raisonné, qu’est ce que je peux en retenir ? Tout d’abord, ce fut une expérience intéressante dans la mesure où elle m’a forcé à aller au centre des choses et m’a évité de m’éparpiller, ce qui est souvent le problème de la recherche. Toutefois, il m’a empêché d’aller plus loin dans mon étude. Je n’ai pas trouvé/pris le temps d’aller plus souvent aux archives, je n’ai pas pu développer mon étude autant que je l’aurais voulu, notamment dans l’analyse du traité de Nicholas Hilliard, que je me garde pour mon projet doctoral. Je n’ai pas pu aller voir toutes les collections et les miniatures. Je reste très fière du travail accompli mais tient à préciser que la tâche du catalogue raisonné est un piège. Je suis convaincue qu’il n’est pas à la portée de tous les élèves en Master de recherche. Et pour ceux à qui on le leur a demandé, ont souvent été submergés par la masse de travail à faire, et je ne fais pas exception.
Je serais donc reconnaissante si ce billet pouvait être lu par les professeurs d’université en leur demandant de conserver ce genre de travail pour ceux qui ont plus de temps et « plus de bouteille »  et qui auront donc inévitablement beaucoup plus de recul et de profondeur qu’un élève de Master. Je reste convaincue qu’un catalogue raisonné rédigé par un élève en Master reste un travail inachevé et imparfait qui nécessiterait déjà une révision au lendemain de sa soutenance, ce que je m’empresserait de faire au lendemain de la mienne.

Céline Cachaud

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *