Vers une étude de l’école française du portrait en miniature ?

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir d’être invitée à la conférence internationale sur la miniature élisabéthaine et de présenter mes dernières recherches. Par la même occasion, j’ai réalisé à quel point cela faisait longtemps que je n’avais pas publié de billet ici, et je m’en excuse. Je vous propose donc de lire à présent un petit précis de ces derniers mois de recherche, mais aussi quelques éléments de la méthode employée dans le cadre de mes recherches. 

Un terrain vierge

« Chose singulière, ces défauts, qui furent vingt ans plus tôt le propre du peintre anglais Hilliard, semblent avoir passé chez nous. Pendant ce temps au contraire, la miniature anglaise entrait dans la voie du progrès continu que nos voisins devaient porter si loin. »

Louis Dimier, 1924

Cette phrase résume à elle seule l’histoire l’école de la miniature française de la fin du XVIe siècle. Quelques articles par-ci par-là, une liste de miniatures dans les volumes de Louis Dimier, quelques pages dans la monographie d’Étienne Jollet dédiée à François Clouet, voilà ce qui résume à ce jour les connaissances des peintres de portraits en miniature du XVIe siècle français. L’impression générale qui en sort est que cet art était – et reste – considéré comme un sous-genre, une version miniature des magnifiques crayons et panneaux qui ornaient galeries et cabinets des grandes résidences de la noblesse. Ainsi, ces derniers n’étant pas considérés comme des pièces à part, comme le précisait Nicholas Hilliard dans son traité, mais comme des version réduites d’autres œuvres, leur étude s’est simplement limitée à des attributions liées aux dessins conservés. Pourtant, à ce jour, seule une miniature, aujourd’hui perdue, est connue avec un monogramme au possible nom de Daniel Rabel (1578-1637) ; aucune autre ne peut être liée à un artiste de manière probante, que ce soit par le biais d’une signature ou d’une archive, pas même pour les Clouet.

Alors bien sûr des corpus se sont formés par analyse stylistique de ces œuvres, et par déclinaison, il est possible de proposer des attributions plus ou moins authentiques, principalement pour Jean et François Clouet, mais d’autres œuvres ont également été attribuées à leurs suiveurs parce que le dessin correspondant était attribué. Le plus bel exemple est sans doute celui des deux miniatures de la Wallace Collection, attribuées à l’Anonyme Lécurieux, aujourd’hui identifié comme Jean de Court, car leurs dessins de Jean de Thou et de son épouse Renée Baillet sont conservés. 

École de François Clouet (Anonyme Lécurieux ?), Portrait de Jean de Thou, Seigneur de Boneuil, et de son épouse Renée Baillet, c. 1570-1575, Londres, Wallace Collection © Wallace Collection, London

Ce brouhaha dans la connaissance du portrait en miniature en France rend bien évidemment l’attribution des œuvres très souvent erronée, bien que depuis une dizaine d’années, les musées acceptent de mettre à jour leurs catalogues et de « désattribuer » leurs œuvres. Le marché de l’art lui continue d’attribuer périodiquement des œuvres à Nicholas Hilliard alors qu’elles sont françaises, ou encore à Jean et François Clouet, les égaux de l’orfèvre anglais, dont les miniatures documentées se comptent sur les doigts de la main. 

Trois miniatures récemment attribuées à Jean et François Clouet : 1. F. Clouet, Sotheby’s 6 Décembre 2018 (lot 3) ; 2. J. Clouet, Audap Mirabaud 28 mars 2019 (lot 19) ; 3; F. Clouet, Audap Mirabaud 28 mars 2019 (lot 20)
© Sotheby’s London (1), Audap Mirabaud (2,3)

Ainsi, au cours de l’année écoulée, j’ai glané un certain nombre d’informations qui m’ont amenées à faire une recherche dite « négative » puisque au final, les sources récupérées dans la bibliographie existante sont infimes : trois commandes de Catherine de Médicis entre 1571 et 1573, quelques mentions dans des biographies, et deux/trois descriptions dans les poèmes. Cependant, il est possible de développer quelques faits et une première chronologie plus que succincte qui permettent de comprendre ce phénomène. 

La miniature sous le règne de Catherine de Médicis

Au XVIe siècle, deux périodes principales de production semblent se dessiner d’après les œuvres conservées, la première sous François 1er, entre 1520 et 1550 environ, et la deuxième grâce au mécénat de Catherine de Médicis, entre 1570 et 1590. Bien sûr, des œuvres datables entre ces périodes sont conservées, et les seuls éléments principalement conservés sont des portraits de personnalités appartenant à la cour ou à l’aristocratie. Le doute est donc toujours de mise, à la vue du peu d’œuvres conservées, une centaine à ce jour, celles-ci principalement dans des collections publiques. La connaissance d’œuvres des collections privées pourraient bien contrebalancer ce jugement. 

Jean et/ou François Clouet, Portrait équestre de François 1er, roi de France (r. 1515-1547), musée du Louvre; © Céline Cachaud, 2018

Lors de ces derniers mois, je me suis uniquement concentrée sur les dernières années de Catherine de Médicis, puisqu’en lien avec mes précédents recherches avec Nicholas Hilliard. Cette période voit la fin de la carrière de François Clouet (m. 1572), et le début d’un brouhaha artistique mêlant des artistes censés être à la hauteur de François Clouet, puisque le remplaçant, mais à la célébrité chimérique, à l’instar de Jean de Court, peintre de la reine d’Écosse, Marie Stuart, dès 1558 puis de Charles IX à partir de 1568 et ensuite au service de la royauté jusqu’à sa mort vers 1585. Un artiste en poste pendant tant d’années à la suite de Clouet est évidemment d’un grand talent. Pourtant, très peu de détails sur sa vie transparaissent, aucune œuvre signée n’est conservée. Un premier travail a été effectué par Bouchot en 1892, puis par Louis Dimier en 1924 et enfin Jean Adhémar à l’occasion de l’exposition de la Bibliothèque nationale de France en 1973. Pourtant, les dessins des années 1570 et suivantes semblent encore diversement attribuées à une dizaine de maitres inconnus en plus des peintres déjà documentés, rendant l’étude de la période d’une complexité sans nom.

Cette fin du « règne » de Catherine de Médicis est également une période d’expansion pour les peintres de portraits puisqu’ils se multiplient sous son patronage. Ce développement est également dû à la diffusion des portraits par l’estampe. Ainsi, au moins trois artistes majeurs ont pratiqué l’art de la miniature : de Court, lui encore, Marc Duval, peintre de Henri IV alors roi de Navarre, et Jooris van der Straeten, peintre des deux reines Elizabeth d’Autriche et Louise de Lorraine. Ces derniers ne sont cependant que la partie émergée de l’iceberg puisqu’une dizaine de noms supplémentaires peuvent être ajoutés à cette liste ayant sans doute également pratiqué cet art, et notamment Benjamin Foulon, neveu de François Clouet, à qui une gouache (?) sur bois est attribuée au domaine de Chantilly. 

Benjamin Foulon, Portrait anciennement dit de Gabrielle d’Estrées, maîtresse de Henri IV, v. 1595-1600, domaine de Chantilly
© Domaine de Chantilly

La première partie de la présentation que j’ai donné à la National Portrait Gallery a donc été un développement sur cette école française, encore peu étudiée à ce jour. À partir de cette idée, qu’aucune miniature à ce jour ne peut être attribuée avec certitude à un artiste français, il est possible de reprendre sources archivistiques d’un côté et miniatures de l’autre, et de trouver de nouveaux liens – ou de confirmer les liens précédemment établis – à partir d’une étude technique (et donc microscopique) des œuvres. Pour ce faire, je tiens ici à remercier Alan Derbyshire, restaurateur du Victoria & Albert Museum, et l’équipe du domaine de Chantilly de m’avoir permis cet étude.

Une école française de Nicholas Hilliard ? 

Cette idée d’une école française de Nicholas Hilliard m’est apparue au moment de la rédaction de mon mémoire de première année sur deux miniatures de cabinet, aujourd’hui conservées au musée du Louvre. Ces deux œuvres avaient précédemment été publiées par Hélène Adhémar comme étant peintes par un artiste de l’entourage de l’orfèvre anglais. Ce dernier, présent en France entre 1576 et 1578/9 environ, aurait alors enseigné quelques uns de ses secrets, et notamment des techniques d’orfèvrerie qu’il a inventées pour être applicables à l’art de la miniature, et que l’on retrouve dans ces deux miniatures dites « de cabinet », faites pour être exposées. Elles présentent sans doute l’utilisation de résine sur or (sur l’aigrette du Bel Entraguet), caractéristique de Hilliard – tout comme l’épaisseur de cet or, beaucoup moins poudreux que celui habituellement utilisé par l’école française – mais également des traces d’argent sur les culots des Mignons entre autre, technique qui ne semble pas avoir été utilisée depuis les années 1530/1540 sous l’égide, sans doute, de Jean Clouet. La mort de Paul de Stuer de la Caussade en 1578 et le style des costumes permettent de supposer que ces œuvres furent peintes autour de cette année, soit à la fin du séjour de Hilliard, ou peu de temps après son départ. 

Anonyme français (deux mains ?), Le Bel Entraguet et Paul de Stuer de la Caussade, v. 1578, musée du Louvre © RMN-Grand Palais / musée du Louvre

Ces détails techniques sont caractéristiques et on les retrouve sur un portrait de François, duc d’Alençon, à l’heure actuelle encore attribué à Nicholas Hilliard bien qu’aujourd’hui contesté. En effet, si les détails du costume rappellent la technique de l’artiste – dans le traitement des bijoux, des perles et de la dentelle du plateau de Saint-Jean – le visage, repeint, n’est certainement pas de la main de l’artiste, et ressemble beaucoup, d’un point de vue technique, aux crayons produits en France à cette même période.

Suiveur français de Nicholas Hilliard, Portrait de François de Valois, duc d’Alençon, v. 1580, domaine de Chantilly © Céline Cachaud, 2019

Plus que des détails techniques, c’est surtout le goût pour la miniature qui doit être crédité à l’artiste anglais. En effet, c’est grâce à l’apparition des œuvres de Hilliard à la cour de France que cette pratique connait un développement exponentiel jusqu’à devenir un art à part au XVIIe siècle. En effet, il est possible que la première miniature de Hilliard vue par Catherine de Médicis soit un portrait de Robert Dudley, comte de Leicester, et ce dès le début de l’année 1571. Il y a encore beaucoup de secrets à propos de cet art de la miniature en France au XVIe siècle, et j’espère bien en découvrir un bon nombre. 

Ce travail reste cependant encore très difficile, principalement à cause de l’accessibilité des œuvres, que ce soit dans des collections publiques et privées. Heureusement, il est encore possible de se régaler les yeux avec de magnifiques chefs-d’œuvre En attendant, courez voir l’exposition « Elizabethan Treasures » de la National Portrait Gallery, si ce n’est au moins pour aller voir le magnifique portrait de notre bon roi Henri III…

Nicholas Hilliard, Portrait de Henri III, roi de France, v. 1576-77, Djanogly Collection

Bibliographie
Hélène ADHÉMAR, « Autour de Nicholas Hilliard », Gazette des Beaux-Arts, Paris, 1960
Jean ADHÉMAR, Les portraits dessinés du XVIe siècle au Cabinet des estampes, Paris, 1973
Céline CACHAUD, Deux portraits en pied du musée du Louvre: un exemple de miniature de cabinet en France, mémoire de recherche, Master 1, Sabine Frommel dir., École Pratique des Hautes Études, Paris, 2016
Katie COOMBS et Alan DERBYSHIRE, « Nicholas Hilliard’s Workshop Practice Reconsidered », Painting in Britain 1500-1630, The British Academy, 2015, p. 241-251
Louis DIMIER, Histoire de la peinture de portrait en France au XVIe siècle accompagnée d’un catalogue de tous les ouvrages subsistant en ce genre de crayon, de peinture à l’huile, de miniature, d’émail, de tapisserie et de cire en médaillons, Paris et Bruxelles, 1924
Étienne JOLLET, Jean et François Clouet, Paris, 1997


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.