Compte-rendu n°1

Cette semaine, je fais le point sur ma recherche alors que j’entame le second semestre. Au cours de ces derniers mois, j’ai découvert un nouveau monde. Issue de l’Ecole du Louvre, je me suis rendue compte à quel point j’avais été dans un environnement clos pendant quatre ans. Des rencontres, des succès, des doutes. C’est ainsi que je peux résumer cette introduction dans le monde de la recherche.

cropped-1577-VA.jpg

Autoportrait à l’âge de 30 ans, Nicholas Hilliard, 1577, V&A

Le choix du sujet
En janvier dernier, j’ai rencontré plusieurs directrices de recherche au sein de divers établissements. Finalement, mon choix s’est porté sur l’Ecole Pratique des Hautes Etudes qui m’apportait l’enseignement que je souhaitais, c’est à dire axé vers la recherche, et qui me permettais de développer mon propre parcours. Il est en effet difficile de trouver des directeurs de recherche qui vous laisse choisir votre propre sujet. Le problème quand on se spécialise dans un domaine hors France, c’est qu’il faut souvent les moyens de faire des aller-retour vers le pays de son choix.
Après une visite au 5e étage du Victoria & Albert Museum et quelques lectures, j’ai alors remarqué qu’un sujet n’avait pas été traité et au contraire demandait le soutien d’une recherche en France : le voyage de Nicholas Hilliard, orfèvre et miniaturiste, dans les années 1570. Ce dernier n’était documenté qu’à partir de sources anglaises, d’un passage à propos d’une rencontre avec Ronsard dans le traité de Hilliard lui-même ainsi que des oeuvres conservées en Angleterre. Ce dernier avait été supposé à partir du milieu du XIXe siècle à partir des comptes du duc d’Alençon. Le sujet était tout trouvé et accepté par ma directrice de recherche, Sabine Frommel.

Capture d’écran 2016-02-26 à 22.56.40

Scan Carnets de note Evernote

L’organisation
A l’origine, je n’avais pas d’ordinateur fiable. J’ai donc commencé par écrire mes fiches de lecture sur papier que j’ai résumé ensuite rapidement sur Evernote dans un carnet que j’ai intitulé « Fiches de lecture » et dans lequel j’ai rajouté mes lectures suivantes.
Dès le début de mes recherches (soit en juillet dernier pour les dictionnaires biographiques), j’ai noté tout ce que je faisais dans un journal de bord, c’est-a-dire dans un cahier A5. Dedans je note les lectures effectuées, les idées importantes que je dois traité dans mon mémoire à la suite de ces lectures, ainsi que tout ce que j’ai à faire. Jusqu’à la mi octobre, je notais aussi les références bibliographiques à lire, mais je me suis rendue compte que la tâche était trop grande pour ce petit cahier. Entre-temps, avec l’acquisition d’un ordinateur fiable, j’ai réalisé mes bibliographies de travail que j’imprime sur des feuilles de brouillon. Une première bibliographie qui a surtout servit à réaliser l’historiographie de mon sujet et surtout de l’artiste a été rédigée en novembre. En janvier, j’ai réalisée une nouvelle bibliographie de travail à la suite de la présentation à mon groupe de recherche Renaissance de l’EPHE, et les nouvelles idées qu’on m’a conseillé de creuser.

1587 V&A

Jeune homme au buisson d’églantines, Nicholas Hilliard, v. 1587, V&A

Une historiographie
Afin de valider mon premier semestre, ma directrice de recherche, Sabine Frommel, m’a proposé de rédiger l’historiographie de mon sujet, et ce afin de pouvoir lire un premier jet de ma manière d’écrire et de réfléchir. Dès décembre, ayant déjà lu l’essentiel des ouvrages concernant Nicholas Hilliard et les sources pour la période française, j’ai écrit un premier jet. Malheureusement, j’attrape une angine, doublée d’une bronchite au moment des vacances de Noël. Ayant aussi deux fiches de lecture sur le feu, je me suis retrouvée en plein rush pendant deux semaines, entre la lecture de deux ouvrages, et trois documents à rédiger.
L’exercice de l’historiographie s’avoue être excellent pour comprendre l’évolution de l’étude d’un sujet. J’ai eu la chance d’avoir un artiste qui n’a jamais été oublié et qui, même si les goûts évoluent et ont fait que d’un coup sur l’autre, c’est Hilliard ou son élève Isaac Olivier qui fut préféré. Ainsi, on conserve des textes datant au moins du tout début du XVIIIe siècle, soit moins d’un siècle après la mort de l’artiste. Les oeuvres les plus importantes n’ont jamais vraiment été perdues, seuls les noms des représentés sont oubliés. Au total, on compte plus de 200 oeuvres conservées : des miniatures principalement, mais aussi des médailles, des dessins, des peintures.
N’ayant jamais réalisé d’historiographie avant cette année, j’ai eu de la chance d’avoir ma meilleure amie Alice qui m’a corrigé juste avant de rendre le papier et heureusement ! La première version était plutôt une présentation de mes recherches jusqu’à présent, c’est à dire la lecture des monographies et catalogues d’exposition sur Nicholas Hilliard, les sources qui lui sont liées, mais aussi les ouvrages concernant la miniature du XVIe siècle plus généralement – technique, évolution stylistique, artistes – et enfin le contexte culturel en France – mécénat d’Henri III, histoire du portrait français – avec quelques références puisque je n’avais pas encore eu trop le temps de travailler dessus.
Au final, je rendrais une deuxième version réécrite en vingt quatre heures où j’ai repris et classé toutes mes fiches lectures à quatre heures du matin. Je ne pense pas que je referais ce genre d’expérience cependant.

Capture d’écran 2016-02-26 à 22.57.14

Page du powerpoint janvier 2016 (Portrait de femme, 1578, coll. privée)

La présentation de mes recherches
Le 15 janvier dernier, j’ai présenté mon travail devant le groupe de recherche de Sabine Frommel, en charge de la chaire Histoire de l’Art de la Renaissance à l’EPHE. Au départ, je pensais ne pas avoir assez de choses à raconter. Etant dans un groupe principalement où on travaille principalement sur la France et l’Italie, j’ai commencé par introduire avec un bref historique de l’Angleterre du XVIe siècle et une biographie de l’artiste avec ses oeuvres principales avant de parler à proprement de mon sujet. Je présente les sources qui sont encore inédites en France puisque publiées assez récemment en France et surtout dont le lien avec le miniaturiste n’a pas été fait pour l’une d’entre elles. Je présente aussi un corpus d’oeuvre composé de portraits de famille – l’artiste lui-même, son père Richard et son épouse Alice, tous au Victoria & Albert Museum – mais aussi des portraits des Valois – le duc d’Alençon bien sur mais aussi Marguerite de Valois – des portraits anonymes, et une gravure pour un livre commandé par Louis de Gonzague, duc de Nevers.
Présenter ses recherches, c’est stressant. On se demande si l’analyse est assez poussée, surtout face à des doctorants et au-delà. On teste aussi l’intérêt du sujet, les problématiques qu’il dégage. Au final, j’ai eu de nombreuses pistes dont une que j’avais plus ou moins noté mais sans trop y croire, le cas de la religion. Nicholas Hilliard, à Genève en 1557-1558, était très certainement calviniste. Le fait d’être protestant dans une cour très catholique explique de nombreuses choses : le fait qu’il se cache à un moment donné chez des artistes comme l’indique une lettre de l’ambassadeur anglais, Sir Amyas Paulet ; le fait qu’il n’a pas pu s’établir durablement comme il l’aurait peut être espéré. On comprend aussi pourquoi il fut protégé par François d’Alençon. ce n’était pas seulement car il avait été envoyé entre autre pour peindre son portrait mais aussi parce que ce dernier avait une sympathie pour les protestants ; nombreux faisaient partie de sa suite.

1577 Chantilly

Portrait du duc d’Alençon, v. 1577, musée Condé (Chantilly)

Une ébauche de plan
A la suite de cette présentation, j’ai pu établir une première ébauche de plan :

  • Une influence française avant le séjour ?
  • Un artiste anglais en France où je traiterais d’une part du contexte culturel mais aussi du contexte du séjour de l’artiste – l’ambassade anglaise, le projet de mariage entre Alençon et Elizabeth Ire – mais aussi le séjour en lui-même
  • Un orfèvre à Paris
  • Un artiste protestant
  • De retour en Angleterre

De ce plan je ne suis pas encore certaine. Je sens déjà qu’il n’est pas encore bon, d’une part car il est déséquilibré. En effet, je sais déjà qu’il y a un écart entre une deuxième partie très fouillie où je mets un peu tout et une troisième partie encore assez vide. Il sera retravaillé au fur et à mesure de mes recherches. Heureusement que j’ai deux ans pour écrire mon mémoire !

original ANONYME FRANCAIS XVIè s française

Miniature en pied du marquis de Saint-Mégrin, Nicholas Hilliard (?), avant 1578, musée du Louvre

Au programme au second semestre ?
J’ai d’une part à préparer un petit mémoire de recherche d’une trentaine de page sur cette miniature ci-dessus et de sa soeur représentant un autre mignon d’Henri III, Entraguet. Il s’agit en réalité d’une série de 5 miniatures ayant fait partie des collections Colbert. L’objet de la recherche est d’en dégager une typologie s’il y a, et donc une origine de cette typologie que Sir Roy Strong a baptisé « miniatures de cabinet ». Malheureusement, ce sont des oeuvres peu étudiées, encore moins en France. Je présenterai les résultats de cette recherche le 30 mai prochain à l’auditorium de l’INHA.
Dans un second temps, j’ai démarré mes recherches dans les archives qui semblent jusqu’à présent assez infructueuses. A cela se rajoute la constitution des dossiers d’oeuvre – une vingtaine –  dans lesquels je note tout ce qui a été écrit sur chaque oeuvre que je devrais analyser pour mon mémoire. Certaines oeuvres ne sont pas encore localisées. J’en ai déjà trouvé une sur quatre.
Enfin, j’ai rendez-vous mardi 1er mars au Victoria & Albert Museum avec les conservateurs des miniatures, Alan Derbyshire et Katherine Coombs, afin de pouvoir étudier ces miniatures à la loupe et au microscope.

Donc en fait c’est un peu Noël (ou Pâques) dans quatre jours…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *