Le portrait en miniature sur vélin à Paris : naissance, développement et déclin (1520-1630) – projet de thèse

En septembre dernier, j’ai eu l’honneur de rencontrer Pr. Frédéric Elsig à Genève qui a accepté de me superviser dans ce projet qui me tient à cœur depuis deux ans maintenant. Mon sujet de thèse s’inscrit également dans le programme de recherche qu’il a développé à l’Université de Genève « Peindre en France à la Renaissance », auquel je suis très honorée de pouvoir participer. Je vous propose donc aujourd’hui de lire mon projet de thèse qui j’espère se concluera en 2024. 

Le portrait en miniature est le tracé d’une figure identifiable, peinte à l’aquarelle, à la gouache, à l’or et/ou à l’argent à la coquille sur un vélin contrecollé sur une carte, le plus souvent à jouer. Ces derniers sont de taille et de format variables, allant du petit médaillon à la peinture encadrée mesurant jusqu’à 30 cm de haut. Appelés « portraits enluminés » ou encore « peinture » en France, ils sont conservés sous différentes formes : dans une boîte en ivoire ou un médaillon orfévré, collés dans un manuscrit, ornant un objet comme un miroir ou une brosse à cheveux, ou encore exposés dans les cabinets de l’époque. 

L’Angleterre et la France en sont les deux plus importants producteurs, et ce depuis les origines du genre autour de 1520, au travers de deux acteurs principaux : Lucas Horenbout (m. 1547) au nord de la Manche, et Jean Clouet (v. 1480/85 – 1540) au sud. Cette production est d’autant plus considérable qu’elle apparaît stimulée par les échanges diplomatiques. Par le biais des nombreuses ambassades ordinaires et extraordinaires, au moins neuf artistes traversèrent la Manche au XVIe siècle, à commencer par Jean Perréal (1455/60 – 1530) à l’occasion des tractations de mariage entre Louis XII et Marie Tudor, sœur d’Henry VIII, en 1514. En 1526, Marguerite de Valois est l’une des premières à envoyer des portraits en miniature de ses neveux à la cour d’Henry VIII, qui en échange fait parvenir un exemplaire de lui-même aux souverains français. 

Dans une moindre mesure qu’à Londres, Paris est un des grands centres de production de ce type d’œuvres, mais sa documentation reste éparse et condensée dans quelques articles,  pour les plus beaux chefs-d’œuvre, et/ou chapitres de monographies. En France, ce domaine de recherche a été principalement étudié par des acteurs issus du domaine littéraire, et réservé à l’activité anglaise (ex. Raphaëlle Costa de Beauregard). Il s’agit donc d’un domaine en friche qui pourtant présente un intérêt certain puisqu’il représente une part importante de la production des portraits en France au XVIe siècle. L’état actuel des connaissances amène plusieurs questions sans réponse : cet art était-il une mode britannique importée en France ? Quel est son lien avec les autres types de portraits, dessinés ou peints à l’huile ? Étaient-ils véritablement des copies comme il a été suggéré à de nombreuses reprises ?

Une rapide évaluation des collections publiques et des œuvres en vente montre que la miniature semble avoir été à la mode pour la décoration de livres d’heures au début du XVIe siècle ou étaient peints d’après des dessins produits par Jean Clouet et son atelier. D’autres sources indiquent également qu’elle aurait été produite de manière importante au début des années 1570 sous l’impulsion de Catherine de Médicis. Après le retour de Nicholas Hilliard (1547 – 1619) en Angleterre vers 1579, miniaturiste anglais au service du duc d’Anjou et d’Alençon, il est noté une demande pour ce type d’œuvres indépendamment du portrait à l’huile et du dessin, supposant donc le développement d’une production à part et donc sans doute la mise en place d’un apprentissage particulier et, par conséquent, de traités. Ainsi, le XVIe siècle voit également la rédaction de plusieurs d’entre eux concernant cet art, pour le moment tous anglais, rédigés par un anonyme publiée en 1573), Nicholas Hilliard, rédigé vers 1599-1603, Edward Norgate, dans les années 1620 et un élève de Nicholas Hilliard, peut être John Hoskins. À ce jour, le premier traité sur la miniature connu en France semble être celui de Claude Boutet, publié en 1672.

Au tournant du XVIIe siècle, être peint en miniature semble devenir une formalité pour toute personne ayant les moyens de s’octroyer les services d’un peintre. Appréciée par Marie de Médicis, elle se développe alors surtout en cuivre, peint par les peintres de la cour dont Frans Pourbus le Jeune (1569/50 – 1622) pour devenir l’apanage des orfèvres grâce à l’invention par Henri Toutain du portrait émaillé dans les années 1630. La miniature sur vélin devient alors un art déclinant, réservé à ceux qui ne peuvent payer leur portrait ni en cuivre ni en émail. 

Ce projet sera l’occasion de mettre en lumière une production peu connue en France, et ancrée dans un contexte européen. Dans ce cadre sera réalisée une recontextualisation sociale et culturelle, dans le but d’offrir une meilleure compréhension des différentes fonctions du portrait en miniature au XVIe siècle. Ce travail sera également l’occasion de revaloriser des collections publiques dont de nombreuses pièces sont encore trop délaissées par la Recherche, faute d’études, et oubliées dans les réserves des musées, attendant de pouvoir être présentées au public. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search