La série Hamilton : six miniatures de cabinet « à la Clouet »

[Modifié le 23 mai 2020]

Cet article reprend des recherches initiées dès 2015 sur les deux miniatures de cabinet de mignons de Henri III (r. 1574-1589) conservées au musée du Louvre (Mi 1096 et 1097). Ceux-ci formant probablement une commande groupée, ils avaient alors été comparés à une série de cinq ou six miniatures conservée et vendue dans son ensemble jusqu’en 1953 où elle se voit dispersée. Cette série permettait avant tout d’illustrer l’idée que la miniature de cabinet n’était pas seulement un art anglais mais qu’il était également intégré dans les cabinets français de la Renaissance. Il n’est donc pas question d’un commentaire stylistique puisque les œuvres n’ont pas pu être observées pour la plupart depuis soixante-dix ans. Elles sont traditionnellement attribuées à François Clouet (v. 1510-1572), voire à son atelier, voire à ses suiveurs, reprenant des compositions attribuées au maître. Elles seront donc qualifiées ici « à la Clouet ». Quelques années plus tard, cette série revient à la lumière surtout dans l’espoir qu’une partie, dont la localisation est encore inconnue à ce jour, pourra être retrouvée. 

Une série factice ?

La série qui nous intéresse est composée de six miniatures dites «  de cabinet » —  destinée à être exposée — et représente six rois et reines de la dynastie des Valois, tous insérés dans leur cadre en écailles de tortue : Claude de France, « épouse de François Ier (r. 1515-1547), possiblement son fils le Dauphin François, Henri II (r. 1547-1559), Charles IX (r. 1560-1574), Henri III (r. 1574-1589) et possiblement son épouse Louise de Lorraine. Tous sont représentés en pied, posant de trois-quart face vers la gauche ou la droite. Elle apparaît dans la vente des biens du peintre et académicien Jules-Robert Auguste en 1850 (n°30 pour 2.005 francs) qui l’aurait lui-même en partie acquise à la suite de la dispersion des collections de Strawberry Hill en 1842. Aucune série de portraits n’a été retrouvée dans la vente mais un portrait de groupe  — « this extraordinary and powerful picture » — possiblement similaire à, voire celui qui ornait Howard Castle jusqu’en 1940 ; le tableau est vendu lors de la 21e journée de la vente, sous le lot 89, acheté pour 90 livres par un certain M. Hull de Wardour Street. Le groupe aurait été acquis par M. Rattier, dont la vente de sa collection a lieu en 1859 (lot 235, vendu 12.000 francs à un certain [Rosteheto] selon une annotation dans le catalogue.

Bien évidemment, la « Série Hamilton » apparaît dans le catalogue de vente de la collection du Hamilton Palace, appartenant à William Douglas, 12e duc d’Hamilton (1845-1895), formant le lot 1651 vendu le 15 juillet 1882 pour 1758 livres et 15 shilling à un M. King, marchand, qui vend ensuite la série au collectionneur Jeffery Whitehead (m. 1917). On ne sait pas si Hamilton l’acheta auprès de l’acquéreur de la vente Rattier ; aucun détail n’est donné quant à leur origine. En 1892, la série rejoint les collections de Minley Manor pour 900£, résidence de Sir Bertram Currie, Esquire. Cette année-là, Currie acquière également trois autres miniatures de cabinet et petits panneaux dans la vente de la collection de Hollingworth-Magniac, autre grand collectionneur de miniatures. Une photographie, prise pour la publication de 1908 montre pour la première fois la série complète : 

Photographie tirée du catalogue de la Collection Bertram Currie (Minley Manor), 1908

Les six vélins de la « série Hamilton » sont situés dans les colonnes de gauche et de droite. Bien que tous présentent le même encadrement en écailles de tortue, mentionné dans la vente Auguste, leur iconographie confirme qu’il s’agit potentiellement d’une série factice, formée par un amateur au cours des siècles passés et non pas un groupe de portraits commandés ensemble au XVIe siècle à l’instar des miniatures de cabinet du Louvre (Mi 1096 et 1097). Chaque composition semble ne répondre qu’à elle même, et ne participent pas à l’impression d’une vue d’un ensemble homogène. Cette idée pourrait également être corroborée par l’identification des personnages royaux : Claude de France et le Dauphin y sont présents, mais pas François Ier ; on y retrouve Henri II et certains de ses enfants, mais pas tous, ni Catherine de Médicis. Pourtant, tous mesurent la même taille : 135×90 mm. Cette taille indique-t-elle la mesure des vélins ou des cadres ? Faut-il en déduire que certaines de ces miniatures ont été recoupées ? Ou s’agit-il bien d’une série qui aurait été commandée au XVIe siècle mais dont d’autres vélins enrichissaient cette série ? Nombre d’interrogations restent encore en suspens, faute d’observation matérielle. 

Seulement cinq des six vélins sont mentionnés pour la dernière fois dans le catalogue des biens d’un ambassadeur, vendus à la galerie Charpentier le 2 décembre 1955 où ils sont illustrés. La série aurait donc commencée à être dispersée lors de la vente de la collection Currie de Dingley Hall deux ans auparavant chez Christie’s. En effet, le portrait de Henri III, non présent dans la vente de 1955, est réapparu en 2014 dans une vente de chez Morphets of Harrogate (Royaume-Uni). Parmi les cinq vélins restants de 1955, les portraits de Henri II et de Louise de Lorraine, alors dit Catherine de Médicis, sont vendus en ligne par Christie’s Paris jusqu’au 29 mai 2020 (lot 45).

Six portraits de rois et reines

Grâce à l’étude du costume, les miniatures les plus anciennes seraient celles dites de Claude de France (1499-1524) et du Grand Dauphin (m. 1536). En ce qui concerne la première, on remarque qu’elle porte une robe aux couleurs de la France, bleue avec des fleurs de lys, ainsi que des manches en hermine, symbole de la Bretagne. Ce costume avec les longues manches est consistant avec la mode des années 1520 voire début 1530 environ. Ses cheveux sont bruns, sa peau pâle comme l’indique le catalogue de Minley Manor. Il a été supposé qu’il pourrait s’agir d’une Catherine de Médicis jeune (collection Rattier). Cette identification ferait sens puisque la série inclue certains de ses enfants et son mari. Toutefois, l’une des plus anciennes représentations françaises de la reine, alors dauphine et peinte par Corneille de Lyon vers 1536 (Château de Versailles), nous montre des manches différentes puisque dans les années 1530, les longues manches et tombantes font la place à des manches bouffantes au niveau des avant-bras, et resserrés autour des poignets. Le portrait serait donc antérieur.

Dans le catalogue de Minley Manor apparaît une nouvelle identification : celui de la première épouse de François Ier (r. 1515-1547), Claude de France. La reine a déjà été vue avec un manteau fleurdelisé (Livre d’heures de Catherine de Médicis, B.n.F., Manuscrit N.a.l. 82, f. 100r). En tant que fille d’Anne de Bretagne, il est naturel qu’elle porte l’hermine. Sa fille, Madeleine, peinte par Corneille de Lyon, la porte également (Château de Versailles et Musée des Beaux-Arts de Blois). Cette identification, reprise régulièrement à partir de la collection Hamilton, semble donc probable.

Photographie du catalogue de le vente Galerie Charpentier (1955) ; Claude de France et ses filles, Livre d’heures de Catherine de Médicis, v. 1572, Bibliothèque nationale de France (N.a.l. 82, f. 100r), © Mandragore, Bibliothèque nationale de France

En ce qui concerne le portrait dit du Dauphin François (1518-1536), le costume confirme qu’il s’agit bien d’un personnage du règne de François Ier, tout comme l’ouverture vers un paysage en plus d’un rideau vert, presque effacé ici et situé à gauche. Faute de reproduction satisfaisante, il n’est pas possible de détailler le visage du sujet et donc de confirmer cette identification. Néanmoins, les traits généraux apparaissent similaires aux portraits connus du Dauphin, en comparant par exemple avec ce portrait conservé au musée Condé de Chantilly, peint par Corneille de Lyon, autre grand portraitiste de la première moitié du XVIe siècle en France.

Photographie du catalogue de la vente Galerie Charpentier (1955) ; Panneau de Corneille de Lyon, avant 1536 (?), Domaine de Chantilly, musée Condé (PE 244)

La miniature de Henri II (r. 1547-1559) semble être une copie d’un de ses derniers portraits officiels, dont l’exemple « original » de François Clouet serait la toile du Palais Pitti (Florence), datée vers 1558-1559. Le costume est identique, à ceci près que le haut-de-chausses est blanc et non doré, de même que le rideau vert. Seul le sol est différent puisque les marbres polychromes de Florence ont ici été remplacés par un carrelage plus sobre. 

Photographie du catalogue de la vente Galerie Charpentier (1955) – Henri II par François Clouet, v. 1558-1559, Florence, Palazzo Pitti (source image : Les derniers Valois, en ligne, consulté le 7 janvier 2020)

L’observation matérielle a permis de se rendre compte que cette miniature est plus ancienne que par exemple celle de Louise de Lorraine, avec laquelle il est vendu. Cette miniature est bien peinte sur vélin, elle-même collée sur une feuille de papier où est tracée une ligne rouge qui forme une sorte de montage traditionnel pour les arts graphiques à partir du XVIIIe siècle. Le tout est contrecollé sur une fine planche de bois.

Ajout : Photographie récente du portrait de Henri II, en vente en ligne par Christie’s Paris le 29 mai 2020 comme faisant partie de la collection Edmond Cormier-Thierry-Delanoue (1879-1960).

La série se poursuit avec trois vélins représentant des rois et reine de la deuxième moitié du XVIe siècle : Charles IX (r. 1560-1574), Henri III (r. 1574-1589) et possiblement son épouse Louise de Lorraine. La miniature de Charles IX reprend presque trait pour trait la toile aujourd’hui conservée au Kunsthistorisches Museum (Vienne), également peinte par François Clouet en 1569. Au moins deux autres copies sont conservées, au musée du Louvre et au musée Condé de Chantilly. Ce portrait est grandement diffusé en Europe alors que le jeune monarque recherche une future épouse. La toile de Vienne a d’ailleurs été envoyée à l’empereur Maximilien d’Autriche dans le cadre des négociations de mariage avec sa fille Elisabeth, qui se concluent avec les noces deux ans plus tard. 

Photographie du catalogue de la vente Galerie Charpentier (1955) – Charles IX par François Clouet, v. 1569, Vienne, Kunsthistorisches Museum (GG_752) © Wikimedia Commons

Les miniatures de Henri III et Louise de Lorraine sont les seules miniatures dont on ne conserve que cet exemplaire. Sont-elles également des copies de toiles comme pour Henri II et Charles IX ou des unicum ? Pour Henri III, l’absence du collier de l’Ordre du Saint-Esprit suppose une datation antérieure à 1579. Le portrait est très similaire aux gravures publiées peu de temps avant l’institution de cet ordre, ainsi qu’à la miniature peinte par Nicholas Hilliard vers 1576-1577 (collection privée). Il est donc possible de dater le portrait vers 1576-1579, sans être sûr que le vélin ait été peint dans ces années-là. François Clouet étant alors mort depuis 1572, le prototype du portrait royal serait attribuable à l’un de ses peintres attitrés, probablement Jean de Court (m. 1585). 

Lors de la vente de 1955, le portrait de Henri III est manquant. Il a été suggéré qu’il s’agit du portrait en pied vendue dans la collection Henri Leroux en mars 1968 et acquis Michel de Bry et enfin repassé sur le marché de l’art le 18 mars 2011 à Drouot ; la notice de l’œuvre en 1968 indique le même lot de la vente Hamilton que la présente série. Cependant, ce dernier n’est ni identique à la gravure publiée dans le catalogue de vente ni datable de la même période puisque le roi porte l’ordre du Saint-Esprit. Récemment, la véritable gouache provenant de la série Hamilton a été retrouvée et vendue par Morphets of Harrogate le 6 mars 2014 (lot 41).

Henri III, v. 1576-1578, collection privée © Morphets of Harrogate – Henri III, v. 1580, vendu en 2011 à Drouot © Marc-Arthur Kohn, Paris

L’identification du dernier portrait reste à prendre avec précaution. Dans les différents catalogues de vente, il a été donné comme représentant Marguerite de Valois, reine de Navarre (1859) puis Catherine de Médicis (1908 et 1955). La robe est décrite comme verte et mauve, typique de la mode des années 1570-1580. Les traits du visage supposent qu’il s’agit d’une jeune femme. Il est donc peu probable qu’il s’agit de Catherine de Médicis ; d’ailleurs cette dernière ne se fait plus représenter avec des costumes de couleur à partir du moment où elle devient veuve en 1559. La tenue permettant de dater ce vélin du règne d’Henri III, l’œuvre a été rapprochée avec la tapisserie contemporaine dite des Valois, conservée à la galerie des Offices (Florence). Les traits du visage ne semblent pas correspondre à Marguerite de Valois, épouse d’Henri IV et reine de Navarre, dont l’identification a été autrefois proposée. A contrario, il est possible de proposer un nouveau rapprochement avec Louise de Lorraine, l’épouse d’Henri III. Les traits du visage sont beaucoup plus ressemblant, elle porte une robe similaire à celle de la tapisserie ainsi qu’un éventail. Un autre portrait, plus grandiloquent (musée des Beaux-Arts de Houston, États-Unis), sert également de comparaison dans la manière où elle tient un mouchoir (ou plutôt ici le bord de son voile). 

Photographie du catalogue de la vente Galerie Charpentier (1955) – Détail de la tapisserie des Valois, Florence, Galerie des Offices (crédit image : Les derniers Valois, en ligne, consulté le 7 janvier 2020) – Louise de Lorraine « à la manière de François Clouet » © Museum of Fine Arts, Houston (inv. 96.1342)

Elle est peinte sur vélin avec une bordure dorée, le tout contrecollée sur une fine planche de bois. Le tracé du visage est extrêmement fin et idéalisé. L’artiste a utilisé à la fois de l’or et des rehauts d’argent sur le collier, typique des techniques de Nicholas Hilliard entre autre, permettant une datation ultérieure à vers 1577. L’observation matérielle a permis de se rendre compte d’une possible réaction chimique entre le vernis et le pigment utilisé pour la robe. En effet, une importante dégradation des motifs est notable sur des parties très ciblées de la robe, à l’origine peinte en vert avec des motifs dorés, et les épaulettes. 

Ajout : Photographie récente du portrait de Louise de Lorraine, en vente en ligne par Christie’s Paris le 29 mai 2020 comme faisant partie de la collection Edmond Cormier-Thierry-Delanoue (1879-1960).

Un goût pour la miniature de cabinet

Le catalogue des collections Currie à Minley Manor, publié en 1908, est le dernier vestige qui confirme la conservation de ces six portraits ensemble. Seule la miniature d’Henri III a pu être retracée. Elle appartient à une collection privée inconnue à ce jour. Les autres miniatures de la série Hamilton ne semblent pas avoir fait l’objet d’une nouvelle vente depuis 1955. Sont-elles encore conservées ensemble ? Aucune miniature similaire ne semble avoir été vendue sur le marché ces vingt dernières années.

Comme expliqué précédemment, la série était exposée à Minley Manor était exposée avec trois autres petits portraits provenant de la collection Hollingworth-Magniac (cf. fig 1), dont le portrait équestre de Charles IX, aujourd’hui conservé au Nationalmuseum de Stockholm (fig. 8), à lier avec la série des miniatures équestres du musée Condé de Chantilly (inv. PE 281 à 286). Il est sans doute acheté auprès des Currie par le collectionneur et marchand d’art néerlandais Jacques Goustikker (1897-1940) qui le présente dans le catalogue de ses nouvelles acquisitions en 1930 — ce dernier ne précise pas l’origine de la gouache — et est vendu avant la saisie de ses biens par les Nazis puisque la miniature ne fait pas partie des œuvres rendues à ses descendants en 2006. En effet, on la retrouve ensuite lors de la vente anonyme du 25 mai 1976 (lot 17) où elle est sans doute achetée par ou pour le musée suédois. Étrangement, le musée suédois indique que l’œuvre aurait été acquise en 1953 lors de la vente Currie. Les deux autres miniatures de ce groupe provenant de la collection Hollingworth-Magniac (cf. fig 1 colonne centrale) et qui représenteraient François de Lorraine et son fils François dit « Le Balafré », ducs de Guise, n’ont pas pu être retracées. Peut être ont-elles trouvé nouveau preneur lors de la dernière vente de la collection Bertram Currie en 1953 ? Elles ne sont apparemment pas réapparues depuis. 

Charles IX à cheval, XVIe siècle, Stockholm, Nationalmuseum ©Nationalmuseum, Stockholm

Au cours de cet article, nous avons mentionné une quinzaine de miniatures de cabinet, ayant été peintes au cours du XVIe, voire début du XVIIe siècle. À partir des dessins conservés, il est possible de supposer que Gaignières en conservait également sans doute d’autres dans son cabinet, dont un portrait d’Épernon, autre favori de Henri III à mettre en relation avec les miniatures du Louvre. L’Angleterre n’en conserve pas autant de Nicholas Hilliard (v. 1547-1619) et/ou Isaac Olivier (v. 1555-1617). Il semble également important de noter que certaines de ces miniatures françaises auraient pu être peintes quelques dizaines d’années avant celles de Nicholas Hilliard par exemple, si on suppose que la miniature d’Henri III, voire celles de Charles IX ou Henri II, auraient été peintes au moment de la diffusion de leur portrait. Le goût pour la miniature de cabinet serait-il donc une mode française importée en Angleterre ?  

Bibliographie : 

Céline Cachaud, Deux portraits en pied du musée du Louvre : un exemple de miniature de cabinet en France, mémoire de recherche, Master 1, Sabine Frommel dir., Paris, École Pratique des Hautes Études, 2016, p. 35-36
Bertram Currie, Catalogue of the collection of works of art at Minley Manor, Londres, Arthur L. Humphrey’s, 1908, p. 40-46
George Vertue, « Vertue’s Note Book A.b (British Museum, Add. MS. 23,069) », The Volume of the Walpole Society, vol 18, Londres, 1929-1930, p. 105
Les derniers Valois, site internet [en ligne], consulté le 7 janvier 2020 : http://derniersvalois.canalblog.com/ 

Catalogues de vente : 

Strawberry Hill, the renowned seat of Horace Walpole, catalogue de vente, Strawberry Hill, 1842, p. 216, lot 89 [en ligne], consulté le 3 janvier 2020 : https://archive.org/details/strawberryhillre00robi/page/n241 
Catalogue d’une collection d’objets d’art et de curiosité composant le cabinet de feu M. Auguste, Paris, 9 rue Caumartin, du 28 au 31 mai 1850,  [à la documentation générale des peintures du Musée du Louvre]
Catalogue d’objets d’art et de haute curiosité composant la collection de feu M. Rattier, Paris, 23 mars 1859, p. 54
The Hamilton Palace Collection, Londres, 1882, p. 190
Catalogue des nouvelles acquisitions de la collection Goudstikker, Amsterdam, Heerengracht 458, novembre décembre 1930, n°8
Pictures by old masters and historical miniatures; old pictures and drawings; also engravings, Londres, Christie Manson & Woods, 27 mars 1953 [à la National Art Library]
Tableaux anciens appartenant à S.E. Monsieur l’Ambassadeur X et divers amateurs, objets d’art et d’ameublement du XVIIIe siècle, Paris, Galerie Charpentier, 2 décembre 1955 (lot 20)
Tableaux anciens, Paris, Palais Galliera, 27 mai 1976 (lot 17)
Collection Edmond Cormier-Thierry-Delanoue [en ligne], Christie’s Paris, jusqu’au 29 mai 2020, lot 45 : https://onlineonly.christies.com/s/collection-edmond-cormier-thierry-delanoue-1879-1960/ecole-francaise-vers-1575-entourage-de-jean-decourt-45/85457


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search