Une visite au V&A – la formation d’un dossier d’oeuvre

En visitant les services de documentation des musées – le Louvre et le musée de la Renaissance à Écouen notamment – j’ai découvert le dossier d’oeuvre. Un petit dossier en papier renforcé dans lequel on retrouve la fiche de l’oeuvre, son cartel et parfois si on est chanceux quelques informations complémentaires comme des comparaisons stylistiques, les archives de l’acquisition avec la page du catalogue de vente, ou encore s’il s’agit d’une série des détails sur les autres oeuvres et les renvois.

La chance de mon mémoire de recherche, c’est que j’ai en réalité très peu d’oeuvres à étudier de A à Z ; une vingtaine tout au plus. L’année dernière j’avais vu ma meilleure amie devenir folle avec  plus de 200 oeuvres à traiter sur une soixantaine de pages. Je me sens donc vraiment chanceuse d’avoir aussi peu d’oeuvres majeures à analyser. Certaines de ces oeuvres sont cependant sur-exploitées avec des informations, des hypothèses et des avis dans quasiment tous les ouvrages qui concernent Nicholas Hilliard. C’est le cas des trois portraits de famille, exposés aujourd’hui dans la salle des portraits en miniatures du V&A. Je vais partir donc de ce dossier en particulier pour présenter la méthode que j’ai employé pour réaliser mes dossiers d’oeuvre.

Le 1er mars, à l’occasion d’un rendez-vous que j’ai eu avec les conservateur et restaurateur des miniatures, Katherine Coombs et Alan Derbyshire, j’ai pu revoir ces miniatures et surtout les admirer de près avec ma loupe, id est mon nouveau meilleur ami. Discuter avec ces professionnels et observer de près ces miniatures m’ont permis d’avoir une vision véritablement différente de l’oeuvre de Hilliard. L’oeil se forme peu à peu et des oeuvres que je pensais peut être de Hilliard ne sont aujourd’hui que des copies ou des oeuvres annexes. Je reviendrais un peu plus tard sur ce détail. Ces derniers sont plus ou moins les spécialistes de Nicholas Hilliard à ce jour. Alan Derbyshire a notamment décrypté la manière de Nicholas Hilliard dans un récent article, avec l’aide de Katherine Coombs.

12495947_234062980266237_2799553560703545853_o-2

Vitrine du Victoria & Albert Museum. En haut au centre, les autoportrait et portrait de Richard Hilliard et juste en dessous au centre, Alice Hilliard. Crédits Céline Cachaud

Lors de cette observation je prends des notes parfois extensives, mais aussi des dessins. Je ne suis pas une très bonne dessinatrice mais ces petits croquis me permettent d’avoir véritablement une idée de ce que j’ai vu et s’impriment dans ma mémoire, le croquis et ce que j’ai croqué. Ici, deux pages de mon carnet de voyage de ma visite à Londres.

IMAG0445

Mon cahier de notes. Sur la page de gauche, les notes prises sur la miniature d’Alice Hilliard et une oeuvre de comparaison dans la même vitrine.

Avant de partir à Londres, j’avais déjà commencé ce système de dossier d’oeuvre. Je n’avais cependant pas l’intention de ne pas faire un dossier pour chaque oeuvre mais un dossier par type d’oeuvre. Ainsi j’ai divisé les quelques oeuvres de mon sujet : les portraits de famille, les portraits de François d’Alençon et d’Anjou, les autres portraits des Valois, les gravures, le livre d’heures de Catherine de Médicis, le portrait de Francis Bacon, les miniatures de cabinet et les portraits anonymes. Un dernier dossier rassemble quelques oeuvres réalisées après le séjour de Nicholas Hilliard en France (1576-1579) et qui présentent une influence française indéniable.

Je prends l’exemple de la chemise des portraits de famille. A l’intérieur du dossier, on retrouve trois sous-dossiers, un pour chaque oeuvre : l’autoportrait à l’âge de 30 ans ; le portrait de son père, Richard Hilliard ; et le portrait de son épouse, Alice Hilliard. Chaque dossier présente le nom de l’oeuvre, la date et le lieu de conservation – dans le cas le Victoria & Albert Museum. On y retrouve aussi la photo de l’oeuvre collée sur le dossier.

IMAG0446

Les portraits de famille : Autoportrait, Richard Hilliard et Alice Hilliard

Je prends en exemple le dossier de l’autoportrait de Nicholas Hilliard à l’âge de 30 ans (1577, V&A). En première page de ce dossier, on retrouve la fiche technique de l’oeuvre où j’ai toutes les informations dont j’ai besoin, notamment l’historique de provenance, les différentes expositions ainsi par exemple que la description du site internet du lieu de conservation. Ces fiches techniques, je les ai réalisées après avoir terminé l’historiographie de mon sujet de mémoire.

A la suite de ce volet se trouve une fiche de notes, celle de la première observation de l’oeuvre. Ici celle du 1er mars 2016. Les notes sont assez brèves. En les réécrivant à partir de mon carnet de notes, je me suis posée quelques questions auxquelles je dois répondre. Elles sont sur-lignées en rose. Dans le cas de l’autoportrait de Nicholas Hilliard, les questions les plus importantes sont la comparaison avec les autoportraits d’Albrecht Dürer, proposée par divers auteurs anglais. J’ai imprimé les comparaisons en question sur une feuille annexe. L’autre question est le type d’autoportrait. On n’a pas l’impression qu’il s’agit d’un portrait d’artiste mais un portrait de gentilhomme. La question du statut de l’artiste est soulevée. Une lecture sur les portraits d’artiste au XVIe siècle s’impose donc.

IMAG0447

A l’intérieur du dossier sur l’autoportrait de Nicholas Hilliard

Au V&A, j’ai regardé plus ou moins toutes les miniatures de Hilliard qui étaient exposées, environ une vingtaine. Réécrire les notes que j’ai prises à ce-moment là amène souvent à des réflexions et donc à un travail supplémentaire. Dans le cas de l’autoportrait de Nicholas Hilliard, il s’agit de la lecture d’un ouvrage sur le portrait d’artiste à la Renaissance. Tous ces mémos, je me les notes sur un bloc-notes que j’insère ensuite dans mon journal de bord pour ne pas les perdre. Quand j’aurais fini, j’aurais plus qu’à recycler la feuille en question.

IMAG0448

Journal de bord. A l’intérieur de la pochette à gauche, mon mémo des choses que je dois faire à partir des notes prises au V&A

L’ordinateur reste un outil pour moi. On y retrouve une très grande partie de ma recherche, mais je sais qu’au moment où je vais devoir rédiger le mémoire final l’année prochaine, je ne pourrais pas faire les aller-retour entre les différentes fiches de lecture sur Evernote juste pour une oeuvre. C’est donc un moyen plus rapide de retrouver tout ce dont j’ai besoin au moment où j’écrirais le passage analysant l’oeuvre en question. C’est notamment le cas pour le petit mémoire de recherche que je dois rédiger pour le mois de mai sur ces deux miniatures conservées au département des arts graphiques du musée du Louvre. J’en reparlerais une prochaine fois. Entre temps, je devrais retourner prochainement au Victoria & Albert Museum rencontrer de nouveaux les conservateurs afin de poursuivre nos discussions sur mes présentes recherches. J’en parlerais peut être dans un prochain billet…

Bibliographie :

COOMBS Katherine et DERBYSHIRE Alan, « Nicholas Hilliard’s workshop practice reconsidered », Painting in Britain 1500-1630. Production, Influences and Patronage, Tarnya Cooper, Aviva Burnstock, Maurice Howard et Edward Town (ed.), Londres, The British Academy et Oxford University Press, , 2015


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *