L’observation des miniatures – essai de méthodologie

Le présent article propose une méthode non invasive d’étude de la miniature. Ce domaine reste encore assez peu étudié, les outils nécessaires pour observer ces « petits trésors » n’ont le plus souvent pas été inventés dans ce but mais ne permettent pas moins de les étudier de manière extensive. La première partie sera donc consacrée aux outils disponibles, à la fois pratiques, facilement transportables et faciles d’utilisation. En seconde partie, l’accent sera posé sur la méthode d’étude des miniatures et les éléments qui permettent de rendre compte de l’état d’une miniature et les indices qui permettent de déduire de la « main » d’un miniaturiste.

Les outils : les lunettes grossissantes

Parmi les outils les plus communs à l’étude des petits objets, les plus connus sont bien évidemment la loupe d’agrandissement et la petite loupe de poche qui permettent un agrandissement à hauteur en moyenne de x5 à x10. La première a l’avantage de laisser voir l’œuvre en un peu plus grand sans pour autant que soient suffisamment visibles  des détails comme le tracé des hachures, faisant partie de « l’empreinte digitale » d’un miniaturiste. La deuxième offre plus de détails, mais à l’inconvénient d’être plus compliquée à utiliser dans un endroit où il y a peu de lumière, comme cela est généralement le cas dans les lieux de conservation.

Exemple de loupe de poche. Source : ebay

L’outil qui semble convenir le mieux à l’étude de la miniature est les lunettes grossissantes. Celles-ci sont habituellement utilisés en orfèvrerie pour pouvoir travailler les plus petits détails. Je possède pour ma part un modèle de la marque Babimax qui s’accompagne d’une série de lentilles interchangeables qui permettent de grossir par 10, 15, 20 ou 25. Le modèle est également accompagné de deux lumières LED, avec deux boutons frontaux, alimentées par deux piles AAA non incluses. Elles sont notamment disponibles sur Amazon.

Ni le modèle ni l’origine de fabrication ont été décisifs dans le choix de cette monture plus qu’une autre. Elle a surtout été privilégiée pour sa praticité et sa maniabilité. Elle est légère et très facilement transportable. Le seul désavantage qu’on pourrait lui trouver est l’absence de trousse de rangement.

Lunettes Babimax. © Babimax

D’autres modèles existent évidement, voici un récapitulatif des possibilités qui s’offrent à vous (notez qu’il ne s’agit pas d’un choix fait selon des critères personnels et que je n’ai pas été contacté pour les mettre en avant). Il existe les traditionnelles lunettes d’orfèvres qui semblent moins confortables. Celles de la marque GuDoQi possèdent un large panel de lentilles allant de x2,5 à x25  et sont également équipées de lumière LED sur le côté de la monture.

Lunettes GuDoQi. ©GuDoQi

Pour information, un modèle de lunettes avec des verres grossissants existe également mais les lentilles utilisées ne vont que jusqu’à x3,5 et seront donc peu utiles pour une observation approfondie des miniatures :

Lunettes Queta. © Queta

Amazon n’est pas le seul pourvoyeur de lunettes grossissantes néanmoins leur rapport qualité prix est un de plus intéressant car vous pouvez trouver une bonne paire de lunettes pour une vingtaine d’euros. Ces lunettes sont essentiellement fabriquées en Chine. Une alternative semble être offerte par le site Optique Pro avec les lunettes de la marque Levenhuk, modèle Zeno Vizor G4. La monture est sensiblement similaire à celle de la marque Babimax, précédement présentée, pour un prix comparable. La seule différence est là encore la LED sur le côté et non frontale et le type de piles puisqu’ici ils utilisent 6 piles boutons LR1130, ici incluses dans la boîte selon le constructeur. Le lieu de fabrication n’est pas connu, possiblement aux États-Unis mais cela n’est pas écrit noir sur blanc. Selon le site du constructeur, leurs produits sont garantis à vie.

Modèle Zeno Vizor G4 © Levenhuk

Une méthode d’analyse 

La méthode d’analyse ici proposée reste relativement commune à tDoute analyse méthodique d’une œuvre d’art. En premier lieu, il est important de regarder à l’œil nu l’intégralité de la miniature : sa composition, le type de monture, la présence d’éléments non intrinsèques à l’œuvre qui pourraient perturber l’observation : poussière, fil, colle, glass disease — maladie du verre qui se caractérise souvent par un changement dans la couleur et l’intégrité du verre et qui oblige un changement très rapide du verre pour éviter tout dommage sur la surface picturale — ou tout autre corps étranger. Cette première observation permet également de vérifier si certains éléments de la surface picturale sont fragiles, avec des décollements de fragments par exemple, qui obligerait l’observateur à prendre de grandes précautions en manipulant l’œuvre et surtout à ne pas la retourner. Il est important de toujours regarder le revers de l’œuvre afin d’avoir une idée du montage et de sa sécurité. Lorsque les lunettes sont mises, il est difficile de se rendre compte de la prise en main de l’objet et il peut arriver que si le montage n’est pas assez solide, la miniature glisse de son cadre. L’étude du revers permet également de confirmer le support et ses contre-collages : vélin, carte voire carte à jouer, papier, carton, ivoire, journal, bois, etc. et d’obtenir des informations complémentaires : étiquettes, numéros d’inventaire, provenance, etc.

Enfin, cette première observation permet aussi de se rendre compte de l’état de la miniature : certains repeints et restaurations, dommages liés à l’eau, rayures, etc. S’il vous est possible, il est également conseillé de regarder la miniature sous la lumière UV afin de vous rendre compte d’autres repeints plus subtils. Il est à noter que les miniatures à l’huile sur cuivre présentent beaucoup plus de repeints que celles peintes à l’aquarelle. Ci-dessous, l’analyse UV des miniatures de la galerie des Offices a ici été effectuée par Maurizio Michelozzi, restaurateur du musée florentin.

Étude à la lumière UV des miniatures exposées à la galerie des Offices par Maurizio Michelozzi, Février 2020 © Céline Cachaud, 2020

Une fois ce premier constat effectué, on s’intéresse alors à la représentation, notamment au costume pour proposer une datation du modèle, et non de l’œuvre. Le personnage est-il identifiable ? Un modèle est-il connu ? Dans le cas des miniatures françaises du XVIe siècle, cela est souvent possible puisque la Bibliothèque nationale de France et le musée Condé de Chantilly conservent un grand nombre de crayons, portraits dessinés à la pierre noire, sanguine et craie. Vient ensuite l’analyse propre de la surface picturale . Pour l’étude d’une miniature dans son cadre, sous verre, ou non prenable en main, les lentilles x15 (voire x10) seront les plus convenables. Si la miniature est en dehors de son cadre et qu’il y a la possibilité de la tenir en main, la lentille x20 permet de voir le plus de détails possibles. Je déconseille l’emploi de la lentille x25 qui demande en général de coller la lentille à l’œuvre. Les miniatures étant des objets très fragiles, surtout lorsqu’elles ne sont pas protégées, il y aurait un risque de rayure de la surface picturale.

Afin de se rendre compte de ce que vous regardez et de sa position au niveau de la surface picturale, il est conseillé de faire beaucoup de va et vient entre les lunettes et la vue à l’œil nu. Une première observation vous permet de me rendre un peu plus compte de l’état de l’œuvre et notamment de l’effacement de la surface picturale, de la visibilité du tracé sous-jacent, de l’extensivité de certains repeints, et de contrôler les techniques employées (or, argent, gouache, aquarelle, pierre noire, sanguine, résine, etc.). Ainsi, certains détails qui n’apparaissent pas à l’œil nu peuvent être découverts, à l’instar de ce petit saphir qui orne la boucle d’oreille d’Henri II :

Détail de la boucle d’oreille de Charles IX, museo nazionale del Bargello, inv. 2071 C © Céline Cachaud, 2020

Lors de la deuxième observation, on se concentrera sur le dessin sous-jacent : de quel couleur est-il : charbon, gouache noire et/ou vermillon ? Est-il tracé de manière sûre ou par succession de hachures ? Certains détails comme le traitement de l’arête nasale, des paupières, des oreilles, de la bouche, permettent aussi d’avoir une idée des habitudes du peintre. Quelles couleurs ont été utilisées ? Quelle épaisseur du trait ? L’artiste travaille-t-il en hachures, en point ou en une combinaison des deux ? Les hachures sont-elles régulières ? Les broderies et les dentelles sont-elles représentées de manière naturaliste ou schématique ? Quel soin a été apporté au traitement des bijoux ? Sont-ils traités à l’or et/ou à l’argent ? Tous ces détails permettent de comparer les œuvres les unes aux autres et de les classer. Leur histoire, leur contexte, leur documentation permettra ensuite de les contextualiser et ensuite, éventuellement, de les attribuer.

Détail de la coiffe de Henri III, après 1578, galerie des Offices, inv. 1890 n°8879 © Céline Cachaud, 2020

Une fois l’observation terminée, il est possible de photographier des détails qui seront utiles a posteriori, notamment pour des détails qui ne sont pas visibles à l’œil nu. Pour la plupart des appareils photo, il ne vous sera pas possible d’obtenir de « bonnes » photographies des détails, ou parce que l’objectif de votre appareil photo sera trop capricieux pour refuser de prendre la photographie, ou bien parce que vous prendrez une photographie de l’œuvre en entier et qu’en zoomant, la photographie sera trop pixellisée pour faire confiance aux détails. La méthode la plus pratique est de tout simplement poser l’objectif de son smartphone sur une des lentilles de la lunette. Il faut faire attention à ne pas toucher la surface picturale et faire vos réglages avant de placer la lunette au-dessus de la miniature. Si vous utilisez des lunettes à lumière frontale, il faudra décentrer la lumière vers le haut, sinon la luminosité sera trop important et la photographie sera éblouie. Faites quelques essais en amont pour vérifier que l’objectif est bien placé, la lumière pas trop importante, les détails visibles. N’oubliez pas de faire le point sur le détail en touchant l’écran de votre smartphone, sinon la photographie risque d’être floue.

Prise de photographies de détails via les lunettes grossissantes au musée national du Bargello le 19 février 2020 © Céline Cachaud, 2020

Il va sans dire que si vous avez à votre disposition un microscope, l’étude sera encore plus poussée, mais cet outil est hélas, à l’inverse des lunettes grossissantes, bien plus compliqué à transporter. Certains ateliers de restauration, notamment dans les musées, ont des microscopes à partir desquels ils peuvent prendre des photographies des détails. Cette option est bien évidemment le nec plus ultra puisque les photos généralement d’extrêmement bonne qualité et les détails peuvent être grossis par 40 voire plus.

Outre les miniatures, les lunettes grossissantes permettent en règle générale d’étudier de manière aisée tout type de support : petits (voire grands) tableaux, mobilier, dessins, etc. Toutefois, je terminerais cet article en mettant en garde les lecteurs sur son utilisation. D’une part, la présence des lumières LED peuvent être un frein chez certains musées qui pourraient refuser l’utilisation de cet objet (ou en tout cas des lumières) ; précisez au conservateur ou au collectionneur que vous comptez employer cet outil et d’avoir son aval avant de les utiliser (et emportez toujours une loupe avec vous au cas où). D’autre part, comme précisé plus haut, il est très difficile de se rendre compte des distances avec les lunettes sur le nez, commencez donc votre prise en main avec des objets non fragiles.

À présent, à vos lunettes, prêts ? Observez !

 

Étude d’un portrait de Henri II, collection privée © Mégane Ollivier, 2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search