Nicholas Hilliard en France : une historiographie

Lors de mon parcours de recherche, il m’a été demandé il y a quelques mois de rédiger l’historiographie de mon sujet de recherche. Je vous propose aujourd’hui de le lire afin d’en savoir plus sur l’étude de l’artiste mais aussi sur les premières sources sur lesquelles j’appuierais mon propos. 

Céline Cachaud


Nicholas Hilliard est un orfèvre et miniaturiste anglais. Il naît en 1547 à Exeter, riche cité de l’ouest de l’Angleterre, et meurt à Londres en 1619. Il est l’artiste principal de la reine Elizabeth Ire (r. 1558-1603) et est aujourd’hui considéré comme le premier grand artiste de l’histoire britannique. Son statut lui permis de participer aux commandes de portraits en lien avec les tractations de mariage dans les années 1570 entre la reine et son prétendant le duc d’Alençon, frère d’Henri III (r.1574-1588). A la réception de certains de ces portraits, Elizabeth Ire est insatisfaite ; elle trouve le duc magnifié alors qu’il a subi une variole qui a dû laisser des traces sur son visage. Entre 1576 et 1578/9, Hilliard est envoyé à la cour de France avec le nouvel ambassadeur, sir Amyas Paulet, probablement par la reine pour réaliser un portrait réaliste du duc. Le minaturiste en profitera « to increase his knowledge by this voyage, and upon hope to get a piece of money of the lords and ladies here1 » avant de rentrer en Angleterre, déçu, selon les historiens2.

L’étude scientifique de la vie et de l’oeuvre de Nicholas Hilliard émerge au lendemain de la seconde guerre mondiale. Pourtant, des ouvrages du XVIIIe siècle nous montrent que l’artiste n’a jamais été oublié. C’est au XIXe siècle qu’une rupture semble se produire. Aucun historien contemporain ne lui consacre d’ouvrage. L’étude évolue grandement tout au long du XXe siècle et se développe avec l’apparition des nouvelles techniques d’analyse des oeuvres picturales. Des monographies et rétrospectives lui sont désormais dédiées. Les oeuvres de Hilliard feront partie des premières à passer sous le microscope. Comment évolue cette étude scientifique de l’artiste ? Que peut-on retenir de ce séjour en France ? Quelles sont les problématiques auxquelles font face les historiens ?

« Limner, jeweller and goldsmith to queen Elizabeth, and afterwards to king James3 ». C’est ainsi que débute l’un des premiers textes qu’on pourrait qualifier de scientifique, sur Nicholas Hilliard. L’auteur, sir Horace Walpole, 4e comte d’Orford, est un aristocrate, homme de lettres et un des premiers historiens d’art en Angleterre. Le texte est publié pour la première fois en 1762, au sein d’un recueil retraçant l’oeuvre, et dans certains cas la vie, des artistes de l’époque élisabéthaine. L’article semble être l’aboutissement d’une première période d’intérêt qui débute au XVIIIe siècle. Dès 1706 est ajouté à la suite de l’Art of Painting de Roger de Piles  l’Essay towards an English School with the Lives and Characters of above 100 Painters, rédigé par Bainbrigg Buckeridge. Le nom de Nicholas Hilliard apparait pour la première fois. Il est qualifié comme un artiste qui « succeeded to admiration, and gain’d a general applause4 ». Sont aussi citées deux oeuvres datées de 1577 : l’autoportrait de l’artiste et le portrait de Richard Hilliard (Victoria & Albert Museum), son père. Ces deux oeuvres sont essentielles dans l’étude de la période française de l’artiste ; elles font parties d’un groupe de portraits de famille que le miniaturiste réalise alors.

Un deuxième amateur d’art traite à plusieurs reprises de Nicholas Hilliard pendant la  première moitié du XVIIIe siècle. George Vertue (1684-1756), graveur et antiquaire, écrit dans ses Notebooks des informations sur de nombreux artistes et oeuvres d’art. Ses différents carnets de notes ne sont publiés qu’entre 1929 et 1952 par la Walpole Society. Quelques éléments méritent d’être remarquées : outre les nombreuses références à des miniatures qu’il voit chez les grands collectionneurs anglais ou dans des ventes, il est le premier à mentionner le testament de l’artiste. Concernant notre sujet d’étude plus précisément, il note la lecture d’un « role of Vellom of new years gifts given by Queen Elisabeth Ano reg 21. 1579 […]. As the names of Hilliard, nor Oliver nor Marcus Gerrard appears on this role, it seems they were not favorites at Court then…5 » Cette mention permet d’affiner les dates du séjour en France de l’artiste. Sir Horace Walpole fait la synthèse de la plupart de ces informations et rédige l’article cité plus haut. Ce texte devient une référence jusqu’au XXe siècle.

Le XIXe siècle ne semble pas accorder beaucoup d’importance au miniaturiste. Seul John Gould écrit quelques lignes en 1810 dans le Dictionary of Painters, Sculptors, Architects and Engravers. A la lecture de l’article, on remarque qu’il s’agit en réalité d’une synthèse reprise d’après Horace Walpole et Roger de Piles. En 1850, une source importante est publiée par Léon de Laborde6 : « Nicolas Béliart, peintre Anglois, en 15777 ». L’artiste est mentionné dans la liste des valets de chambre du duc d’Alençon ayant reçu un salaire de 200 livres.

Nicholas Hilliard apparait à nouveau dans des publications à partir des années 1920. En France tout d’abord ; en 1924, Louis Dimier note dans l’Histoire de la peinture de portrait en France au XVIe siècle la source publiée par Laborde et écrit :

Seulement ce fait même ne donne pas une certitude qu’Hilliard ait séjourné réellement en France; rien n’empêchant que le prince l’ait tenu à ses gages en Angleterre. Ce qui pourrait avancer d’avantage, c’est une miniature signée N.H. de la collection de M. Pierpont Morgan (catalogue, n°23). Cette signature est celle de Hilliard. Elle est suivie de la date 1577, et le portrait est conservé sous le nom de Mme de Jourdis qui ne peut être que Mme de Sourdis. […] Hilliard l’aurait peinte à Paris, l’année même où les comptes nous le font voir couché sur les états du duc d’Alençon.8

 Il est donc le premier à supposer un voyage en France. L’idée est reprise par Basil Long en 1929 dans son ouvrage British Miniaturists : « « He may have visited France and may have been the « Nicholas Belliart » a English artist, who received c.1577 a salary from the Duc d’Alençon9 ». Cette source sera ensuite reprise à chaque mention de ce voyage.

En l’espace de deux siècles, un nombre important d’informations ont été récoltées qui permettent d’avoir une vision assez claire de la vie et de l’oeuvre de l’artiste. Ses dates de vie et de mort, ses grandes commandes, mais aussi son traité, The Arte of Limning, sont connus.  Ce texte théorique apporte d’importantes connaissances concernant sa vision et sa technique de la miniature. On apprend aussi qu’il a rencontré Ronsard, poète et érudit anglophile. Le texte est publié pour la première fois en 1912. Il faut cependant attendre les années 1940 pour que les historiens s’y intéressent véritablement.

Première page du catalogue du Victoria & Albert Museum, 1947

Les premiers écrits contemporains et théoriques sur l’oeuvre de Hilliard paraissent en 1943. Le premier est un ouvrage général sur la miniature élisabéthaine par Carl Winter, alors conservateur-en-chef du Fitzwilliam Museum de Cambridge. Son étude traite majoritairement de l’artiste. L’auteur s’en justifie : il écrit que l’histoire de la miniature élisabéthaine est rattachée à la carrière de Hilliard10. En ce qui concerne un probable séjour en France, l’historien suppose un voyage plus important, peut-être en Europe où il aurait découvert Albrecht Dürer qu’il cite plusieurs fois dans son traité. Il indique aussi que Hilliard serait allé au moins une fois en France en prenant pour preuve un extrait de ce texte où il mentionne cette rencontre avec Ronsard : « I heard Ronsard the great French poet on a time say that the islands indeed seldom bring forth any cunning man, but when they do it is in high perfection…11 ».

La deuxième étude à noter pour cette même année est celle de John Pope-Henessy. C’est un article publié dans le Journal of Warburg Institute dans lequel il analyse point par point le traité du miniaturiste où il développe sa théorie du maniérisme12 chez Hilliard Il prend pour appui l’influence de théoriciens italiens de l’époque comme Castiglione ou encore Paolo Lomazzo. La traduction en anglais du traité de peinture de ce dernier par Richard Haydocke est d’ailleurs à l’origine du traité de Hilliard, qui en est la réponse. John Pope-Henessy développe cette idée de manière plus générale sur l’activité même de l’artiste dans une conférence publiée en 194913. Spécialiste de la Renaissance italienne, John Pope-Henessy propose une vision plus globale de l’oeuvre de Hilliard à partir de comparaisons avec des crayons des Clouet à la cour des Valois et les médailles des Médicis par Bronzino. Il intègre ainsi la miniature anglaise dans l’art du portrait européen. Son point de vue n’est pas repris par les générations suivantes. Par la suite, c’est le caractère très anglais du style de l’artiste qui est mis en valeur, minimisant les conséquences des échanges artistiques et de ses possibles voyages, pourtant caractéristique de la Renaissance.

1947 est une date majeure pour l’étude de l’orfèvre. Le 30 mai, une exposition ouvre au Victoria & Albert Museum avec pour titre : Nicholas Hilliard & Isaac Oliver. An exhibition to commemorate the 400th anniversary of the birth of Nicholas Hilliard. Elle est conçue par Graham Reynolds, le conservateur des peintures du musée. Comme son titre l’indique, elle est organisée en commémoration du 400e anniversaire de la naissance du miniaturiste. Le catalogue qui lui est attaché donne un aperçu général des éléments connus sur l’artiste et son principal élève et rival, Isaac Olivier14. « Nicholas Hilliard is the first great English painter of whose career and works we have any degree of knowledge ». C’est par cette phrase que l’auteur débute les « Biographical details » de l’artiste. L’auteur s’attarde longuement sur son style, son traité et la comparaison avec son élève. A l’inverse, il donne peu de détails biographiques et beaucoup sont avant tout des suppositions, surtout concernant son enfance, sa période de formation et son séjour en France. Une centaine d’oeuvres sont présentées dans le catalogue. Il ne s’agit que de la moitié conservées aujourd’hui.

A côté de cette exposition, le Burlington Magazine publie en juillet 1947 une édition consacrée à l’art élisabéthain. Un article de Carl Winter15, bien qu’il traite de la miniature élisabéthaine dans son aspect général, discute principalement de la carrière de Nicholas Hilliard et d’Isaac Olivier, comparant les caractéristiques de l’un et de l’autre ainsi que leurs influences. L’article met aussi en valeur les problèmes qu’affrontent les chercheurs à ce moment. Ces derniers se concentrent sur trois axes : les artistes, les commanditaires, et le sens de ces miniatures. En effet, peu d’entre elles sont signées, posant le problème de l’attribution. D’ailleurs, l’exposition sera l’occasion de remettre en question certaines d’entre elles, comme le portrait de Sir Anthony Mildmay (Cleveland, Museum of Fine Arts, v. 1590), auparavant attribué à Olivier, ré-attribué à son maître. L’autre problème est aussi l’identification des personnes représentées. Si les portraits royaux ou des courtisans sont facilement identifiables, une grande partie des modèles sont encore des inconnus. Enfin, pour les oeuvres réalisées à partir des années 1580, le sens allégorique voulu par ses commanditaires, et instillé par le miniaturiste, rend les doubles lectures très difficiles voire impossibles. Ce sont sur ces différentes problématiques que se concentrera la recherche dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Sir Amyas Paulet (v.1532-1588), artiste anonyme, huile sur toile, 59x47cm, Government House de Jersey

L’exposition de 1947 a pour mérite de mettre en lumière un des artistes les plus célèbres de son temps mais aussi « the least familiar of our great portraitists », quasiment inconnu du grand public. A la même époque émergent les grandes figures de l’histoire de l’art anglais qui se sont intéressés à Hilliard.

Dans un premier temps, il faut mentionner l’archiviste Noel Blakiston. Dépouillant les documents des XVIe et XVIIe siècles, il publie de nombreuses sources en lien avec Hilliard au cours des années 1940 et 1950. Dès 1947, il publie des documents concernant des paiements de la Couronne17, puis en 1949, il confirme officiellement le séjour du miniaturiste en France à travers une lettre de sir Amyas Paulet, datée du 19 février 1577/7818. En 1954, il traite de l’influence de l’artiste à la cour à travers une série de jugements et requêtes19. Ces informations montrent que Hilliard était une personne importante à son époque. Toutes ces sources permettent d’avoir une vision plus claire de son séjour en France, mais aussi de sa personnalité et surtout de ses problèmes financiers, désormais récurrents. Ils sont déjà connus par des lettres qu’il a écrit à l’un de ses protecteurs, sir Robert Cecil, ministre d’Elizabeth Ire. Enfin, en ce qui concerne plus précisément le séjour en France, Blakiston écrit un article complet rassemblant toutes les informations connues, publié dans la Gazette des Beaux-Arts en 1958. Les dates du séjour sont presque fixées : Hilliard réside à proximité Blois dès le 8 décembre 1576, d’après une lettre de Sir Amyas Paulet. L’archiviste suppose un retour pendant l’été 1578. C’est grâce à cet article de Blakiston qu’Hélène Adhémar publie dans le même journal en 1960 un article sur deux petits portraits (Paris, musée du Louvre, v.1577) qu’elle identifie comme des planches de mode. Elle les attribue à une « école de Nicholas Hilliard20 ».

Cette somme d’informations, Erna Auerbach en fait une première monographie, publiée en 1961, intitulée Nicholas Hilliard. L’historienne y parle à la fois de l’homme et de l’artiste. Elle ajoute de nouvelles connaissances obtenues à partir d’importantes découvertes dans les archives britanniques et notamment dans le minutier de la Compagnie des Orfèvres de Londres. Elle est l’une des premières historiennes à noter l’importance de ce séjour en France, écrivant qu’il s’agit d’un « highly important event in his life21 ». Sa monographie devient une référence et elle est citée dans chaque publication traitant de l’artiste. La thèse d’Auerbach est aussi importante à noter. modifiée et publiée en 1954 sous le titre Tudor Artists. A Study of Painters in the Royal Service and of Portraiture on Illuminated Documents from the Accession of Henry VIII to the death of Elizabeth I. L’ouvrage, s’il n’apporte pas véritablement de nouvel élément sur Hilliard, est important dans la compréhension du mécénat des souverains Tudor et des commandes royales. On y apprend notamment que l’artiste n’était pas un peintre. D’ailleurs, peu de publications l’identifient ainsi. Cette distinction est visible à travers la différence du montant de la pension annuelle : Hilliard recevait 40 livres de la Couronne ; George Gower, serjeant painter de la reine, n’en recevait que 10, les orfèvres étant mieux payés que les peintres.

Dans les années 1960, une nouvelle figure émerge parmi les historiens de l’art, qui s’avère être un des plus grands spécialistes du portrait élisabéthain. Sir Roy Strong, né en 1935, fut l’élève de Frances Yates, grande historienne de la Renaissance. Il a, tout au long de sa carrière, écrit de nombreux ouvrages sur sa spécialité dont une biographie, Nicholas Hilliard, publiée en 1975 où il remet à jour le parcours de l’artiste à partir des récentes recherches. Son travail en tant que conservateur dans différents musées (National Portrait Gallery, Victoria & Albert Museum), lui permet aussi d’étudier ces oeuvres grâce des nouvelles méthodes, dont la radiographie. Les résultats sont diffusés par le biais d’expositions dont une dès 1969 à la Tate Gallery, intitulée The Elizabethan Image: Painting in England 1540-1620. Le catalogue indique que plusieurs oeuvres de Hilliard furent exposées, mais il n’ajoute rien de nouveau sur le sujet, traitant de la peinture en Angleterre dans la seconde moitié du XVIe siècle. Cette exposition est cependant une base pour les travaux futurs de Strong.

Au lendemain de la première retrospective sur Nicholas Hilliard, on note un formidable engouement parmi les historiens d’art britanniques. Des articles ont aussi été publiés par d’autres auteurs, analysant une oeuvre ou une thématique particulière. Ces recherches vont se prolonger tout au long des années 1970 avec cependant peu de publications. Il faut attendre les années 1980 pour que de nouvelles publications voient le jour.

Sir Roy Strong par John Swannell, exposé lors de l’exposition Roy Strong at 80, National Portrait Gallery, 2015 (détail)

En 1983, date de la deuxième grande exposition sur les miniatures anglaises, c’est la consécration de Nicholas Hilliard. En l’espace de quelques années, pas moins de six publications proposent chacune un point de vue différent. Les plus grands spécialistes sont présents, auxquels se rajoutent de nouveaux chercheurs. Parallèlement, le traité de Hilliard est ré-édité.

Dans un premier temps, trois études traitent de la miniature de manière générale. Dès 1981, l’équipe du Victoria & Albert Museum, composée de John Murdoch, Jim Murrell, Patrick Noon et Roy Strong, publie une étude avec la Yale University Press22 à l’occasion de l’exposition pour l’inauguration du Yale Center for British Art en 1977. L’étude est chronologique et reprend toutes les recherches entreprises sur le sujet. Le chapitre dédié à la miniature élisabéthaine est rédigé par Sir Roy Strong. En ce qui concerne Nicholas Hilliard, il propose une explication sur sa facilité à s’adapter à la cour des Valois. Afin de fuir les persécutions de Marie Ire dite La Sanglante (r.1553-1558), l’artiste, âgé de dix ans, est envoyé en 1557 à Genève avec la famille Bodley, dont le fils Thomas est le fondateur de la Bodleian Library d’Oxford. Il reçut très certainement une éducation érudite et dut apprendre le français23. Cette aisance à la cour lui aurait permis de devenir valet de chambre du duc d’Alençon mais aussi de voyager, dans la région parisienne notamment. Selon l’historien, il aurait certainement visité Fontainebleau dont les stucs rappellent les miniatures de cabinet qu’il réalisa dans les années 1580. Il les compare à l’un des chefs d’oeuvre du miniaturiste, le Jeune Homme parmi les roses (Londres, Victoria & Albert Museum, v. 1587) ; malheureusement, il ne mentionne pas la source exacte.

Le deuxième ouvrage d’importance, publié en 1983, est l’étude personnelle de Sir Roy Strong sur la miniature du XVIe siècle, The English Renaissance Miniature. Le cinquième chapitre, et l’un des plus conséquents de l’ouvrage, est dédié à Hilliard. A propos de sa période française, l’historien remarque que « Nicholas Hilliard’s two-year stay in France remains one of the enigmas of his life24 ». Il donne d’autres explications sur la raison de ce séjour : alors que l’atelier de François Clouet, peintre de Roi Charles IX (r.1560-1574), se dissout à sa mort en 1572, la place de portraitiste officiel reste vacante. Déçu du mécénat peu rentable de sa reine, Hilliard aurait décidé de tenter de s’installer en France. L’explication semble cependant peu convaincante car aucune source ne la confirme. D’autre part, l’historien donne un état des lieux complet de l’activité de l’artiste lors de ce séjour, mentionnant la plupart des commandes connues alors, et conclue sur l’aspect décevant de ce voyage.

La dernière étude est publiée concomitamment à l’ouverture de la grande exposition du Victoria & Albert Museum. Intitulée Artists of the Tudor Court. The Portrait Miniature Rediscovered, cette exposition est un état des lieux des connaissances sur la miniature anglaise après examen microscopique d’un grand nombre d’entre elles. Elle est alors l’occasion de ré-attribuer des oeuvres mais aussi de comprendre d’un point de vue technique la réalisation d’une miniature dont les éléments de réponses étaient déjà présents dans les différents traités écrits à l’époque par Nicholas Hilliard lui-même et Edward Norgate. C’est cet aspect technique qui sera au coeur de l’ouvrage de Jim Murrell, The Way How To Lymne. Il propose un exposé technique de la miniature, traitant principalement de sa réalisation et de l’organisation des ateliers. Cet ouvrage permet notamment de comprendre la différence entre miniature et peinture à l’huile, et répond à la question du statut de Hilliard : pourquoi n’est-il pas considéré comme un peintre, mais comme un orfèvre et miniaturiste. La formation, la technique, la vision de cet art sont diamétralement opposés. A l’inverse de la peinture à l’huile, la miniature est plus rapide et s’exécute devant la personne représentée. Elle est terminée au bout de trois séances de pose. La peinture à l’huile prend beaucoup plus de temps et se base sur un portrait dessiné de la personne principalement. A l’inverse de l’huile, c’est l’aquarelle, parfois accompagnée de gouache, qui est utilisée. Le support est le velin. En termes techniques, la miniature se rapproche plutôt de l’enluminure. Le résultat et la fonction espérés d’une huile et d’une miniature sont donc complètement différents : l’huile servira à être accrochée dans une galerie, à être exposée aux yeux de tous ; il s’agit d’une oeuvre publique. Au contraire, la miniature est privée, elle se porte dans un pendentif, se conserve dans une petite boîte d’ivoire et ne concerne souvent que trois individus : le commanditaire, l’artiste et le destinataire.

Tout comme l’exposition de 1947, celle de 1983 va marquer les esprits et la communauté de l’histoire de l’art. Dans un premier temps, une mise à jour des informations s’opère. Toujours en 1943, une nouvelle monographie est publiée par Mary Edmond sur Nicholas Hilliard et son élève Isaac Olivier25. Aux connaissances désormais affirmées sont associées de nouvelles suppositions. Par exemple, l’historienne avance que, vers 1557-1558, Pierre Olivier, père d’Isaac et huguenot réfugié un temps à Genève, aurait rencontré le jeune miniaturiste. C’est ainsi que trente ans plus tard, Hilliard aurait accepté Isaac dans son atelier. En outre, elle propose une nouvelle analyse autour de la réalisation de la miniature d’Alice Hilliard, l’épouse de l’artiste (Londres, Victoria & Albert Museum, 1578). On sait que Alice tombe enceinte lors de ce séjour en France. Edmond propose que Richard Hilliard, le père du miniaturiste, serait venu en France pour la raccompagner en Angleterre afin qu’elle ne donne pas naissance à son enfant en France, qui sinon serait de facto sous l’autorité du royaume de France. Le portrait serait donc un souvenir pour l’artiste avant le départ de son épouse. Cette nouvelle monographie permet donc de pousser plus en avant les analyses des oeuvres de l’artiste. Plus tardivement, d’autres ouvrages, continuellement mis à jour, concernant la miniature en Angleterre plus généralement sont publiés : d’abord en 1988 par Graham Reynolds26, puis en 1998 pour le Victoria & Albert Museum, par Katherine Coombs27. Cette dernière y est toujours conservatrice de peintures.

Enfin, il est à noter une multiplication des études françaises. Des articles sont publiés dans la seconde moitié du XXe siècle et traitent de la miniature de façon générale. Nous avons cité un peu plus haut celui d’Hélène Adhémar. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que ce domaine d’étude va se développer.

Tout d’abord, Dana Bentley-Cranch, historienne anglaise, publie à deux reprises en France. En 1983, elle attribue à Nicholas Hilliard un groupe de miniatures insérées dans le livre d’heures de Catherine de Médicis28, par comparaison stylistique. Il s’agit des portraits de la reine Louise de Lorraine, épouse d’Henri III, de son frère Philippe-Emmanuel, duc de Mercoeur ainsi que de son futur beau-frère, le duc de Joyeuse. Enfin, une dernière miniature représente Marie Stuart, reine d’Ecosse et veuve de François II (r.1559-1560). Il n’y a cependant aucune source citée qui corrobore cette attribution. En 2004, l’historienne publie une étude comparative du portrait en France et en Angleterre29. Si peu de choses sont notées sur Hilliard et qu’elles n’apportent rien de nouveau, elle offre un contexte qui manque dans la plupart des ouvrages, comme une chronologie des différentes ambassades. Ainsi, cet ouvrage permet de comprendre dans quel environnement se situe le voyage de Hilliard en France, et plus généralement, l’évolution du portrait tout au long du XVIe siècle, dans un cadre d’échanges diplomatiques.

L’autre figure de cette recherche récente est Raphaelle Costa de Beauregard. Chercheur au CNRS et à l’Université de Montpellier III – où se situe l’unité de recherche dévouée à la Renaissance anglaise -, elle publie depuis 1987 plusieurs ouvrages dont sa thèse sur Le portrait élisabéthain dans l’oeuvre de Nicholas Hilliard, soutenue à Paris-Sorbonne. Elle publie ensuite une première monographie de l’artiste en 199130 puis d’autres ouvrages plus spécialisés dont un sur l’emploi des couleurs dans les miniatures de Hilliard et Olivier en 200031.

A ces études se rajoutent deux sources déterminantes pour l’étude de l’artiste et de ce voyage en France, publiées dans des ouvrages d’archives généraux. L’une d’elle n’est pas encore reliée au miniaturiste. En 1986, Catherine Grodecki publie dans son Histoire de l’Art au XVIe siècle (1540-1600) des documents d’archives issus du Minutier central des Notaires de Paris. Le nom de Hilliard apparait dans un premier testament que le peintre de Louise de Lorraine, Georges de Ghent, réalise alors qu’il est malade32. L’archiviste écrit que le peintre «  déclare qu’il lui est dû […] par Nicolas Hilliard, peintre de la Reine d’Angleterre, 27 écus « pour despense faicte en la maison dud. testateur de compte faict entre eulx, et oultre lui est deu par ledict Hilliard trente escuz d’or pitolletz pour des pourtraictz. » ». Une deuxième source fait mention d’une déclaration de Hilliard à un notaire, datée du 2 octobre 1578, concernant un paiement reçu à la suite d’une commande du duc d’Alençon33 :

Nicollas Heliard, painctre angloys estant de present à Paris, confesse avoir eu et receu comptant à plusieurs et diverses foys par plusieurs quictances, lesquelles moiennant la presente demeure nulles, de noble homme Maistre Estienne Regnault, conseiller et receveur general des finances de Monsieur, filz de France, frère unique du Roy, la somme de deux cens vingt escuz pour par luy avoir founry et livré à mond. seigneur plusieurs pourtraitz de divers seigneurs et dames etrangers, dont quictance, etc. Faict et passé l’an mil VC LXXVIII, le IIe jour d’octobre.

Il s’agit d’une commande inédite, inconnue outre-Manche, et dont un portrait aurait été conservé, celui de Francis Bacon, âgé de 18ans (National Portrait Gallery, 1578). Selon des sources, le portrait aurait été conservé dans les collections françaises, corroborant cette hypothèse.

Une autre source, publiée par Michèle Bimbenet-Privat, et toute aussi inédite outre-Manche, développe une idée intéressante. Datée du 16 novembre 1578, elle est mentionnée sous le nom « HELIART Nicolas, compagnon anglais » :

Les gardes de l’Orfèvrerie font une visite inopinée à ce compagnon demeurant au faubourg Saint-Germain, « près le jeu de paume des Canettes » . Héliart leur interdit l’entrée de sa maison et se voit assigné à comparaitre à la Cour des monnaies. La suite de l’affaire n’est pas connue34.

Cette source indiquerait donc que Nicholas Hilliard, dont l’écriture du nom varie considérablement dans les sources en France, aurait été inscrit à la Corporation des orfèvres parisiens, fait rare pour les étrangers.

Pendant ces quelques mois de recherche, j’ai lu une cinquantaine de références. Elles figureront dans la bibliographie que je présenterai le 29 janvier prochain. J’en retient d’importantes connaissances sur la vie et l’oeuvre de l’artiste. Je note, par exemple, que son voyage en France n’a pas lieu directement après son apprentissage, comme c’est souvent le cas chez les artistes, mais presque dix ans plus tard, alors que Hilliard est déjà un miniaturiste confirmé et apprécié par la cour et Elizabeth Ire. Après l’élaboration d’un catalogue, il y aurait vingt à trente oeuvres conservées qui auraient été réalisées à ce moment. Le sujet de l’influence de ce séjour est vaguement développé par les historiens cités. Sir Roy Strong est l’un des seuls à proposer des éléments de comparaison avec des oeuvres françaises. Cependant, considérant ce voyage comme un échec, cette influence est toujours très ciblée sur un élément précis, et jamais étudiée dans une vue d’ensemble.

Plusieurs questions émergent, similaires à celles que plusieurs historiens anglais soulevèrent à la fin de leur propres exposés : « May one not hope that in a provincial museum or country house in France some Hilliard miniature is waiting to be brought to light ?35 » écrit un jour Noel Blakiston. Quelle fut véritablement la teneur de ce séjour dont Hilliard parle si peu dans son traité ? Ce voyage fut-il véritablement un échec ? Comment ré-évaluer l’influence du portrait français dans les oeuvres de Hilliard pendant et après ce séjour ? La publication de certaines sources inédites dans des ouvrages récents me fait espérer que d’autres découvertes sont possibles. Je tenterai donc de répondre à ces questions par le biais d’une recherche extensive aux archives dans les mois à venir, en espérant trouver les sources qui manquent à la connaissance du déroulé de ce séjour, mais aussi à partir de comparaisons stylistiques entre des oeuvres que l’artiste a probablement, voire certainement, vues en France, et ses propres miniatures. A partir de cette meilleure connaissance, j’espère pouvoir donner une meilleure appréciation de l’influence française dans l’oeuvre de Hilliard à son retour en Angleterre.

 

Notes :
1. Lettre de Sir Amyas Paulet à Walsingham du 18 février 1577/78, Calendar State Papers 1577-1578 p 507, Public Record Office. A noter la différence de calendrier où l’année commence en mars. Le calendrier grégorien est mise en place en Europe en 1582. Il sera adopté par l’Angleterre qu’en 1752.
2. Parmi ces historiens développant cette idée sont à noter John Pope-Henessy ou encore sir Roy Strong.
3. Horace WALPOLE, « Painters in the Reign of Queen Elizabeth », Anecdotes of Painting, etc. volume III, in The Works of Horace Walpole, Earl of Orford, in Five Volumes, vol. III, Londres, 1798 (ré-édition), p127
4. Bainbrigg BUCKERIDGE, « Essay towards an English School with the Lives and Characters of above 100 Painters » in Roger DE PILES, Art of Painting and the Lives of Painters, Londres, 1706, p430
5. George VERTUE, Notebooks, vol. IV, Londres, The Volume of the Walpole Society, vol XXIV, 1935-36, p110-111
6. Léon de LABORDE, La Renaissance des Arts à la cour de France. Etudes sur le seizième siècle, Paris, 1850, p. 230
7. Table des ordonnances et estats des maisons des roys, reynes, dauphins, enfans et autres princes de France, » depuis St Louis jusqu’à Louis XIV. (1231-1665). t.II Louis XII-Louis XIV (1499-1665). Edité au XVIIe siècle, BnF (FR 7856, f. 427)
8. Louis DIMIER, Histoire de la peinture de portrait en France au XVIe siècle, Paris et Bruxelles, Librairie Nationale d’Art et d’Histoire, G. Van Oest et Cie Editeurs, 1924, p. 129.
9. Basil LONG, British miniaturists, The Holland Press. 1966 (1929, 3e édition), p. 208
10. Carl WINTER, Elizabethan Miniatures, Londres, Penguin Books, The King Penguin Books, 1952 (1943, 2e édition), p. 7
11. Nicholas HILLIARD, A Treatise Concerning The Arte of Limning, Manchester, Carcanet Press, R.K.R. Thornton et T.G.S. Cain (ed.), 1992 (1912, 3e édition), p. 49
12. John POPE-HENESSY, « Nicholas Hilliard and Mannerist Art Theory », Journal of Warburg Institute, vol. VI, 1943, p. 89-100
13. J. POPE-HENESSY, A Lecture on Nicholas Hilliard, Londres, Home and Van Thal Limited, 1949
14. Isaac Olivier est un artiste français huguenot. Enfant, il immigre à Londres en 1568 avec sa famille. Il est donc préférable de conservé son nom d’origine et non sa version anglaise, Oliver.
15. Carl WINTER, « Hilliard and Elizabethan Miniatures », Burlington Magazine, Vol XCIX, n°532, juillet 1947 , p. 175-183
16. Ellis WATERHOUSE, « Editorial : Nicholas Hilliard, 1547-1947 », Burlington Magazine, Vol XCIX, n°532, juillet 1947, p. 175
17. Noel BLAKISTON, « Nicholas Hilliard : Some Unpublished Documents », Burlington Magazine, Vol XCIX, n°532, juillet 1947, p. 187-189
18. Noel BLAKISTON, « Nicholas Hilliard as a Traveller », Burlington Magazine, vol XCI, n°555, juin 1949, p. 169.
19. Noel BLAKISTON, « Nicholas Hilliard at Court », Burlington Magazine, vol XCVI, n°610, janvier 1954, p. 17-18
20. Hélène ADHEMAR, « Autour de Nicholas Hilliard », Gazette des Beaux-Arts, avril 1960, p. 251-253
21. Erna AUERBACH, Nicholas Hilliard, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1961, p. 12
22. J.MURDOCH, J. MURRELL, P.NOON et R. STRONG, The English Miniature, New Haven et Londres, Yale University Press, 1981
23. Ibid, p54
24. Roy STRONG, The English Renaissance Miniature, Londres, Thames and Hudson, 1983, p75
25. Mary EDMOND, Hilliard & Oliver. The Lives and Works of Two Great Miniaturists, Londres, Robert Hale, 1983
26. Graham REYNOLDS, English Portrait Miniatures, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 (édition révisée)
27. Katherine COOMBS, The Portrait Miniature in England, Londres, V&A Publications, 1998
28. Dana BENTLEY-CRANCH, « Quelques additions à l’oeuvre de Nicholas Hilliard », Gazette des Beaux-Arts, n°1377, octobre 1983, p129-133
29. D. BENTLEY-CRANCH, The Renaissance Portrait in France and England. A Comparative Study, Paris, Honoré Champion Editeur, 2004
30. Raphaelle COSTA DE BEAUREGARD, Nicholas Hilliard et l’imaginaire élisabéthain 1547-1619, Paris, Editions du CNRS, Paris
31. R. COSTA DE BEAUREGARD, Silent Elizabethans:The Language of Colour in the Miniatures of Nicholas Hilliard and Isaac Oliver, Montpellier, Charles Whitworth, coll. Astraea, 2000
32. 1er testament de Georges de Ghent, réalisé le 19 avril 1577, Archives Nationales (MC/ET/CXXII/1463), in Catherine GRODECKI, Documents du Minutier Central des Notaires de Paris, Histoire de l’Art au XVIe siècle (1540-1600), t.II, Paris, Archives Nationales, 1986, p165 (édition ressaisie sur la SIV en 2009)
33. C. GRODECKI, op.cit., p139
34. Michelle BIMBENET-PRIVAT, Les orfèvres parisiens de la Renaissance 1506-1620, Paris, Commission des travaux historiques de la Ville de Paris, 1992, p504
35. Noel BLAKISTON, « Nicholas Hilliard in France », Gazette des Beaux-Arts, mai-juin 1958, p300

Bibliographie et sources :

Sources imprimées

Lettre de Sir Amyas Paulet à Walsingham du 18 février 1877/78, Calendar State Papers 1577-1578 p 507, Public Record Office

Table des ordonnances et estats des maisons des roys, reynes, dauphins, enfans et autres princes de France, » depuis St Louis jusqu’à Louis XIV. (1231-1665). t.II Louis XII-Louis XIV (1499-1665). Edité au XVIIe siècle, BnF (FR 7856, f.427)

BIMBENET-PRIVAT Michelle, Les orfèvres parisiens de la Renaissance 1506-1620, Paris, Commission des travaux historiques de la Ville de Paris, 1992

BLAKISTON Noel, « Nicholas Hilliard: Some Unpublished Documents », Burlington Magazine, Vol XXIX, n°532, Londres, juillet 1947, pp187-189

—-, « Nicholas Hilliard as a Traveller », Burlington Magazine, vol XCI n°555, Londres, juin 1949, p169

—-, « Nicholas Hilliard and Bordeaux », The Times Literary Supplement, 28 juillet 1950, n°2530, p469

—-, « Nicholas Hilliard in France », Gazette des Beaux-Arts, mai-juin 1958, pp297-300

GRODECKI Catherine, Documents du Minutier Central des Notaires de Paris, Histoire de l’Art au XVIe siècle (1540-1600), t.II, Paris, Archives Nationales, 1986 (édition ressaisie sur la SIV en 2009)

HILLIARD Nicholas, A Treatise Concerning The Arte of Limning, Manchester, Carcanet Press, R.K.R. Thornton et T.G.S. Cain (ed.), 1992 (1912, 3e édition)

 

LABORDE Léon de, La Renaissance des Arts à la cour de France. Etudes sur le seizième siècle, Paris, Imprimerie de J. Claye et Cie, 1850

 

Bibliographie

  1. Dictionnaires

EDMOND Mary, « Hilliard Nicholas », Oxford Dictionary of National Biography, mise à jour en 2004, consultée le 5 janvier 2016, disponible en ligne sur :

FOSKETT Daphne,  A Dictionary of British Miniature Painters, 2 volumes, Londres, 1972

GOULD John, A Dictionary of Painters, Sculptors, Architects and Engravers, Londres, 1810

Généralités et études

Avant le XXe siècle :

BUCKERIDGE Bainbrigg, « Essay towards an English School with the Lives and Characters of above 100 Painters » in Roger DE PILES, Art of Painting and the Lives of Painters, Londres, 1706, p430

VERTUE George, Notebooks, vol. IV, Londres, The Volume of the Walpole Society, vol XXIV, 1935-36, p110-111

WALPOLE Horace, « Painters in the Reign of Queen Elizabeth », Anecdotes of Painting, etc. volume III, in The Works of Horace Walpole, Earl of Orford, in Five Volumes, vol. III, Londres, 1798 (ré-édition), p127

Au XXe siècle

ADHEMAR Hélène, « Autour de Nicholas Hilliard », Gazette des Beaux-Arts, avril 1960, p251-253

AUERBACH Erna, Tudor Artists. A Study of Painters in the Royal Service and of Portraiture on Illuminated Documents from the Accession of Henry VIII to the death of Elizabeth I, Londres, University of London, The Athlone Press, 1954

BENTLEY-CRANCH Dana, « Quelques additions à l’oeuvre de Nicholas Hilliard », Gazette des Beaux-Arts, n°1377, octobre 1983, p129-133

—, The Renaissance Portrait in France and England. A Comparative Study, Paris, Honoré Champion Editeur, 2004

COOMBS Katherine, The Portrait Miniature in England, Londres, Victoria & Albert Museum Publications, 1998

COSTA DE BEAUREGARD Raphaelle, Silent Elizabethans:The Language of Colour in the Miniatures of Nicholas Hilliard and Isaac Oliver, Montpellier, Charles Whitworth, coll. Astraea, 2000

DIMIER Louis, Histoire de la Peinture de Portrait en France au XVIe siècle accompagnée d’un catalogue de tous les ouvrages subsistant en ce genre de crayon, de peinture à l’huile, de miniature, d’émail, de tapisserie et de cire en médaillons, Paris et Bruxelles, Librairie Nationale d’Art et d’Histoire, G. Van Oest et Cie Editeurs, 1924, t.1., p128-129

LONG Basil S., British miniaturists, Londres, The Holland Press. 1966 (1929, 3e edition)

MURDOCH John, MURREL Jim, NOON Patrick J. et STRONG Roy (ed.), The English Miniature, Londres et New-Haven, Yale University Press, 1981

MURRELL Jim, The Way Howe to Lymne. Tudor Miniatures Observed, Londres, Victoria & Albert Museum Publications, 1983

POPE-HENESSY John, « Nicholas Hilliard and Mannerist Art Theory », Journal of Warburg Society, Londres, 1943, pp89-100

—-, A Lecture on Nicholas Hilliard, Home and Van Thal Limited, 1949

REYNOLDS Graham, English Portrait Miniatures, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 (édition révisée)

STRONG Roy, The English Renaissance Miniature, Londres, Thames & Hudson, 1983

WATERHOUSE Ellis, « Editorial : Nicholas Hilliard, 1547-1947 », Burlington Magazine, Vol XCIX, n°532, juillet 1947, p175

WINTER Carl, « Hilliard and Elizabethan Miniature », Burlington Magazine, Vol XCIX, n°532, Londres, juillet 1947, p175-1983

—, Elizabethan Miniatures, Londres, Penguin Books, The King Penguin Books, 2e édition, 1952 (1943)

Monographies 

AUERBACH Erna, Nicholas Hilliard, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1961

COSTA DE BEAUREGARD Raphaelle, Nicholas Hilliard et l’imaginaire élisabéthain 1547-1619, Paris, Editions du CNRS, Paris

EDMOND Mary, Hilliard & Oliver. The Lives and Works of two great Miniaturists, Londres, Robert Hale, 1983

STRONG Roy, Nicholas Hilliard, Londres, 1975

Catalogues d’exposition

Nicholas Hilliard and Isaac Oliver. An Exhibition to commemorate the 400th Anniversary of the Birth of Nicholas Hilliard, cat. expo. Victoria & Albert Museum, Londres, Graham Reynolds (ed.), Ministry of Education, 1947

The Elizabethan Image. Painting in England 1540-1620, cat. expo.,Tate Gallery, du 28 novembre 1969 au 8 février 1970, Londres, Tate Gallery Publications, 1969

A Kind of Gentle Painting. An Exhibition of miniatures by the Elizabethan Court Artists Nicholas Hilliard and Isaac Oliver, cat. expo., Edimbourg, The Scottish Arts Council Gallery, 1975

Artists of the Tudor Court : The Portrait Miniature Rediscovered 1520-1620, cat. expo., Victoria & Albert Museum, du 6 juillet au 6 novembre, Londres, Roy Strong (ed.), Victoria & Albert Museum Publications,  1983


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Patrick Hilliard dit :

    Madame Cachaud,j’ai lu avec plaisir votre article détaillé avec intérêt.j’avais globalement connaissance de ces articles même si je n’ai pas pu tous les consulter.Mon héritage familial
    (Même si tout reste à confirmer) font que je me passionne pour Nicholas depuis longtemps.Mon père aurait rencontrer et connu Erna Auerbaach après là guerre.J’habite
    Le Perigord après être passé 15 ans à Bordeaux.Je me suis particulièrement intéressé au lien entre NH et Jean Gauthier le peintre fondateur des Beaux arts à Bordeaux dans les années 1580, employé par le jurade sous l’influence et Montaigne .J’aurais plaisir à échanger avec vous à l’occasion.PH

    • Céline Cachaud dit :

      M. Hilliard,
      Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mes recherches et plus largement à Nicholas Hilliard. Un article a été publié par Noel Blakiston concernant un probable voyage de Hilliard à Bordeaux ou autour. Cependant rien n’est confirmé puisque les Gaultier sont aussi à Paris avant de descendre à Bordeaux et auraient pu rencontrer Hilliard à ce moment-là. Pour le moment, aucune source n’indique un séjour ailleurs qu’à Paris et ses environs.
      Je reste à votre disposition pour plus d’informations. Vous pouvez aussi me contacter par mail à celine[.]cachaud[at]gmail[.]com.
      Au plaisir de continuer cette conversation. CC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *