Mémoire Master 1 : Deux portraits en pied au musée du Louvre

Directeur de recherche : Pr. Sabine Frommel
100 p.
Soutenu le 30 mai 2016 à l’I.N.H.A.

Sujet : Deux miniatures de cabinet représentant probablement Charles de Balsac d’Entragues, baron de Dunes et Paul de Stuer de Caussade, marquis de Saint-Mégrin, deux favoris de la cour d’Henri III.
v. 1578 ; aquarelle et gouache sur vélin collé sur carte, auj. collé sur planche de bois, encadrement XIXe siècle (Sauvageot) ;  environ 17×11,5cm chacun ; Paris, musée du Louvre (Mi 1096 and 1097)

Fig 1 Fig 3

Finalités de la recherche :

  • Remise ne question de l’attribution d’Hélène Adhémar « autour de Nicholas Hilliard ».
  • Analyse iconographique et datation
  • Ouverture vers la typologie de la miniature de cabinet : d’où vient-elle ? Pour qui était-elle réalisée ? Quelle était sa fonction ?
  • Ouverture vers la diffusion de ce modèle en Angleterre à travers l’oeuvre de Nicholas Hilliard

Résultats :

  • Il a été difficile de confirmer l’identification des deux miniatures. Le portrait du Bel Entraguet n’est pas identifié dans les inventaires de Roger de Gaignières à l’inverse du marquis de Saint-Mégrin. Une comparaison avec des crayons représentant les deux favoris a été réalisée
  • La mort du marquis de Saint-Mégrin le 21 juillet 1578 donne un terminus ante quem pour la réalisation de ces deux miniatures. Cette datation a été confirmée par une analyse des costumes. La fraise que portent les deux favoris apparait en 1578 et est utilisée  jusque vers 1581.
  • L’emploi de techniques similaires et presque spécifiques à Hilliard – comme la résine sur or pour l’aigrette du Bel Entraguet ou le traitement des bas de soie – nous permet d’affirmer que l’artiste à l’origine de ces miniatures a connu Hilliard. Une description d’une séance de travail du miniaturiste par Blaise de Vigenère confirme que l’artiste ne travaillait pas seul. Cependant, il est peu probable qu’il ait eu un élève.
  • Ces deux portraits ont probablement été réalisés par deux mains différentes tant les différences, notamment dans le traitement du visage, sont différents.
  • La composition est littéralement copiée de François Clouet. Celle-ci découle d’une synthèse du portrait en pied à la fois repris de l’art de la Vénétie lombarde et surtout de l’2cole du Nord (Anthonis Mor, Jacob Seisennegger).
  • Nicholas Hilliard connaissait l’art de Clouet, probablement avant même son séjour en France. Il est ausis fortement influencé par l’art flamand. Ces deux sources sont importantes dans l’analyse stylistique des miniatures de cabinet que l’artiste réalise à son retour en Angleterre. A partir d’une analyse du costume, le Jeune homme parmi les roses a été redaté vers 1580-1585. Une analyse stylistique des arrière-plan a aussi permis de présenter des similarités entre les Flamands (Guillim Scrots, Marcus Gheeraerts de Jeune) et Hilliard.

Cette recherche n’est pas exhaustive. L’analyse de l’oeuvre est concentrée dans la première partie de ce mémoire alors que les deux autres parties sont des ouvertures afin de mieux comprendre la production de ces deux oeuvres et leur fonction, mais aussi afin de replacer cette recherche dans mon parcours de recherche. Certaines analyses sont encore très superficielles, notamment concernant Nicholas Hilliard. Cette dernière sera réétudiée au cours du mémoire définitif que sera présenté en juin 2017.

Pour recevoir le mémoire, veuillez contacter l’auteur du blog.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/09/2017

    […] y a quinze mois maintenant, à la suite de la rédaction du mémoire de Master 1, ma directrice de recherche m’a demandé en annexe de mon étude de rédiger un catalogue […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *