Un jeune homme parmi les roses : nouvelle datation

Fig 23

Young man among roses, v. 1580-85, aquarelle et or sur vélin, 13,5×7,3cm, Londres, Victoria & Albert Museum (© Victoria & Albert Museum, London)

S’il existe bien une oeuvre emblématique du célèbre miniaturiste Nicholas Hilliard (1547-1619), il s’agit de celle-ci. Inventive et novatrice en tous points, cette miniature du « Jeune homme parmi les roses » se distingue par rapport à ce que l’orfèvre anglais avait alors produit. Longuement étudiée par tous les grands spécialistes de la miniature élisabéthaine, seul l’avis de Sir Roy Strong avait alors été jugé comme probant. Pourtant, lors de mon étude sur deux portraits de favoris d’Henri III au cours de cette première année de master, je me suis rendue compte, appuyée par des spécialistes du Victoria & Albert Museum et de la National Portrait Gallery, que cette analyse, et surtout la datation de l’oeuvre étaient à revoir. Il est donc à présent temps de la reconsidérer.

[Extrait modifié du mémoire Master 1 : Deux portraits en pied au musée du Louvre : un exemple de miniature de cabinet, présenté le 30 mai à l’INHA]

« Ni datée ni signée, Sir Roy Strong propose d’identifier le Jeune homme comme Robert Devereux, duc d’Essex et grand favori de la fin du règne d’Elizabeth Ire. Il la date donc vers 1587. Cette datation est, à l’heure actuelle, remise en cause. En effet, selon les conservateurs actuels du Victoria & Albert Museum, l’historien l’aurait datée précisément pour la faire correspondre avec une identification particulière. Nous proposons donc, comme pour les deux portraits du musée du Louvre, une datation à partir de la tenue du Jeune homme.

Comparant le costume des deux mignons d’Henri III et de celui du Jeune homme, Katharine MacLeod et Katherine Coombs ont soulevé oralement la probabilité d’une datation antérieure à 1587. Le costume qu’il porte est en effet relativement similaire. Il porte un panseron à pointe très proéminente blanc et noir avec un culot, des bas de chausses blancs avec des souliers assortis ainsi qu’une petite cape courte dite à l’espagnole. La fraise est à la mode française, qualifiée de plateau de Saint-Jean avec un seul rang de tuyaux et sans dentelle. Pourtant, celle-ci est déjà présente sur les fraises masculines dès les premières années de la décennie 1580, comme le montrent le portrait de Francis Drake, daté 1581 et conservé à la National Portrait Gallery de Londres, et celui d’un gentilhomme, aujourd’hui au Victoria & Albert Museum et daté vers 1580-1585. Il s’agit d’une caractéristique de la fraise anglaise. A cette même période se développe le port d’un costume austère entièrement noir diffusé par Henri III dès 1580. Ce costume est aussi porté par ce gentilhomme mentionné ci-dessus, c’est-à-dire dès les premières années de la décennie 1580. ,

Capture d’écran 2016-06-13 à 12.20.32

Portrait de Sir Francis Drake (1540-1596), 1581, aquarelle sur vélin collé sur carte, 28 mm de diamètre, Londres, National Portrait Gallery (NPG 4851)
© National Portrait Gallery, London – Portrait d’un gentilhomme, v. 1580-1585, aquarelle sur vélin collé sur carte, 48×41 mm, Londres, Victoria & Albert Museum (E.1178-1988)
 © Victoria & Albert Museum, London

Le voyage de Nicholas Hilliard, miniaturiste favori de la cour d’Angleterre, les différents séjours du duc d’Alençon à Londres en 1579 et 1581-82 confirment que les échanges étaient très importants entre la France et l’Angleterre. Les modes vestimentaires se diffusent donc très rapidement, en l’espace d’une année. Il est donc peu probable qu’un jeune courtier comme celui représenté sur cette miniature de Jeune homme parmi les roses ait pu porter cette tenue après 1585, alors passée de mode. Nous pouvons donc en déduire que cette miniature daterait des années 1580-1585. L’oeuvre aurait été réalisée rapidement après le retour de France.

Cette datation fait sens chronologiquement dans la carrière de Hilliard qui chercha sans doute à travers cette oeuvre à montrer ses nouvelles expériences artistiques qui le poussèrent à traverser la Manche : le travail du paysage, le développement de la devise et du symbolisme dans le portrait, probablement apparus tout d’abord en France. Graham Reynolds lui-même confirme que cette oeuvre est une interprétation personnelle des modèles maniéristes. Il s’agit donc bien du premier exemple de miniature dite de cabinet de l’artiste. Ce chef d’oeuvre marquerait aussi la nouvelle tendance de l’artiste vers une certaine idéalisation des traits du visage, rendant à ce jour, et faute de sources, l’identification de ce personnage impossible.

Cette nouvelle datation avance une nouvelle problématique : l’écart entre cette première miniature de cabinet datable vers 1580-85, et les suivantes qui n’apparaissent qu’à partir de 1588. La décennie 1580 est synonyme de transition pour la cour anglaise, la plupart des courtisans les plus influents sont assez âgés et conservateurs. La nouvelle génération de courtisans arrive à partir de la deuxième moitié de cette même décennie, à commencer par Robert Devereux en 1587. L’apparition de cette nouvelle jeune génération et l’émulation artistique avec son élève Isaac Olivier, miniaturiste indépendant en 1587, provoquèrent certainement chez Nicholas Hilliard la volonté de réaliser des portraits plus innovants et inventifs. »

© Céline Cachaud – 2016


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/03/2017

    […] une épopée romaine narrant la guerre entre Jules César et Pompée. Nous avons précédemment re-dater la miniature du Jeune homme parmi les roses au retour du séjour d’Hilliard (v. 1580) où la devise apparait. Hilliard aurait-il lu cette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *