Les outils n°1 : La bibliothèque de l’INHA

 © Jean‐Christophe Ballot - BnF/INHA/OPPIC

© Jean‐Christophe Ballot – BnF/INHA/OPPIC

En arrivant en master d’histoire de l’art, l’étudiant découvre l’accès à un outil de taille : la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. Bibliothèque de recherche où professeurs, galeristes, conservateurs, etc. se retrouvent en un même lieu. En janvier dernier, la bibliothèque s’est enrichie du fond des musées nationaux. Une plus grande salle de lecture s’imposait. Ainsi, le 15 décembre 2016, la nouvelle bibliothèque s’installera dans la mythique salle Labrouste au quadrilatère Richelieu. Mais avant de retrouver ses nouveaux locaux, petit tour d’horizon des services et fonds de la bibliothèque, mais aussi des nouveautés qui apparaitront à la fin de l’année.

Salle_Labrouste

Inauguration de la nouvelle salle de lecture en juin 1868, H.Linton, Le monde illustré, BnF (Wikipedia)

Une bibliothèque historique
Avant l’INHA, fondée en 2001, il y avait la bibliothèque d’art et d’archéologie, fondée à partir de la donation du couturier Jacques Doucet (1853-1929). En 1935, elle s’installe rue Michelet et est rapidement rattachée à l’Université de la Sorbonne (Paris I et IV). Avec André Chastel (1912-1990) s’esquisse le projet d’une institution pour l’histoire de l’art avec en son centre, la bibliothèque et le libre accès à son savoir. Cette idée, déjà répandue dans les bibliothèques du monde anglo-saxon, était totalement novatrice en France. D’ailleurs la nouvelle salle dans laquelle s’installera la bibliothèque de l’INHA n’était pas du tout faite dans ce sens. Il y avait d’un côté les lecteurs, et de l’autre côté, le sacro-saint magasin où étaient entreposés des lignages d’ouvrages. Entre les deux, le bibliothécaire, chargé de faire la médiation entre le savoir et son aspirant.

En tant qu’historien de l’art, André Chastel avait aussi pensé à une photo/iconothèque et au rapport entre livre et informatique, déjà conscient qu’il allait falloir composer avec la technologie au développement exponentiel. Dans les années 1990, le quadrilatère Richelieu entre dans une phase de questionnement suite à l’ouverture du site de Tolbiac (François-Mittérand). Une grande partie des collections de la Bibliothèque nationale de France déserte Richelieu, laissant les collections patrimoniales (dessins, estampes, photographies et manuscrits). L’ancien site a aussi besoin de rénovations et de modernisation. Un projet de restauration est donc mis en place en 2007.

Déjà depuis 2003, la bibliothèque d’art et archéologie, rattachée à l’INHA, avait quitté ses locaux de la rue Michelet pour s’installer au sein du quadrilatère Richelieu, dans la salle ovale, où elle résidera jusqu’à sa fermeture le 2 septembre 2016.  L’INHA a donc participé activement au projet de restauration de la salle Labrouste, débutée dès 2010. Deux agences d’architectes ont été appelées sur le projet : celles de Bruno Gaudin pour le magasin central, et de Jean-François Lagneau pour la salle de lecture, classée aux monuments historiques.

La nouvelle salle Labrouste : mode d’emploi
Fidèles à l’esprit de Jacques Doucet et d’André Chastel, la bibliothèque de l’INHA entrera dans une nouvelle ère avec comme mot d’ordre le libre accès, d’une part par la multiplication par 4 des places disponibles, passant d’une centaine à 400 places, mais aussi par l’ouverture du magasin central qui, paradoxalement, avait été pensé par Henri Labrouste comme le lieu le plus fermé de la bibliothèque. Au total, 150.000 ouvrages seront en libre accès, ajoutés aux 400.000 ouvrages en réserve. Un nouveau classement a été mis en place, celui de la Bibliothèque du Congrès. Il s’agit d’une référence dans la classification des bibliothèques, allant du général (Architecture, Sculpture, etc.) au particulier.

La salle proposera aussi de nouveaux horaires : 9h-19h30.

Intégrée au sein du site de la Bibliothèque nationale de France, son fonctionnement sera donc similaire avec la possibilité de réserver sa place et un certain nombre d’ouvrages à l’avance sur internet. Une seule carte permettra d’accéder à plus ou moins toutes les collections de l’INHA et de la BnF selon les accréditations.

IMG_4261-2.JPG_375x500

Les plaids de la Bibliothèque de l’INHA, décembre 2015 © INHA

La bibliothèque de l’INHA : pourquoi ?
Pourquoi aller rechercher à la bibliothèque de l’INHA ? La raison première serait tout simplement sa spécialisation. Aucun étudiant en histoire de l’art ne peut faire une recherche sans passer par celle de l’INHA. À celle-ci s’ajoutent bien évidemment de nombreuses autres bibliothèques qui proposent des fonds liés à des périodes ou des thématiques plus particulières (par exemple, la bibliothèque de l’Institut du monde arabe pour les Arts de l’Islam). La difficulté de ces dernières années a été la fermeture successive de nombre d’entre elles pour travaux, dont la Bibliothèque Forney qui ne devrait rouvrir qu’en mars 2017.

Une autre raison d’aller à l’INHA : ses fonds. À une collection déjà conséquente donnée par Jacques Doucet s’ajoute le fonds d’André Chastel et notamment ses archives. La bibliothèque de l’INHA fourmille d’imprimés, allant des ouvrages généralistes aux nombreux catalogues de vente et ouvrages anciens de plus en plus numérisés. Elle est aussi riche en archives essentiels pour la critique d’art entre autre.

Enfin, une dernière raison : le confort. L’idée était déjà importante dans l’esprit d’Henri Labrouste lorsque la bibliothèque ouvra en 1858. Des tuyaux réchauffaient les pieds des lecteurs en hiver sous les tables, assistés d’un système de chauffage/climatisation novateur pour le XIXe siècle. Aujourd’hui un système moderne (et invisible) remplace l’installation de Labrouste. Et si il fait trop froid, on peut compter sur l’INHA pour renouveler l’emprunt de polaires qui avait déjà fait fureur l’hiver dernier alors que la salle ovale, inchauffable, atteignait des températures glaciales. Des prises électriques sont disponibles à chaque table, le wifi sera disponible. Mais plus que ce confort moderne, c’est surtout le plaisir d’être dans un écrin chaleureux, avec une odeur si particulière qui caractérise les bibliothèques historiques. Et ça, pour un passionné d’art, ça n’a pas de prix…

Pour être au courant des dernières actualités de la bibliothèque de l’INHA, suivez-les sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter et sur le blog « Sous les Coupoles« 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *