À nouvelle année, nouveaux projets… ou presque

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas publié sur mon carnet de recherche et je m’en excuse. L’emploi du temps de ces derniers mois a été assez fou avec beaucoup de projets en perspective dont je vous ferais part en temps et en heure. En attendant, petit récapitulatif de ce qui s’est passé ces dernières semaines et ce qui est à venir. Aussi, ce carnet de recherche devient bilingue ; ainsi tous les articles seront disponibles en français et en anglais via un lien vers un fichier PDF afin d’éviter les doublons.

This notebook becomes bilingual. To read this article en English, please click on this link.

Un projet de thèse

Après plusieurs mois d’indécision, de rencontres et de réflexions sur l’utilité d’entrer en thèse après mon Master, ayant entendu des histoires glauques, des conseils pessimistes, des récits de difficultés sans nom, mais également de super conseils et des encouragements, j’ai décidé de poursuivre mes recherches sur la miniature au XVIe siècle. La raison principale est simple : l’étude du portrait en miniature à la Renaissance est quasi-inexistant. Seuls les artistes à partir du règne de Louis XIV ont un certain intérêt et encore ; seuls les noms de Jean Petitot, père et fils, et des frères Cooper, résument grossièrement la production franco-britannique. Plus qu’un plaisir personnel, celui de s’enfermer dans ses livres et les salles d’études de musées, c’est une nécessité dans mon activité de consultante que j’ai récemment mis en place et pour lequel je vous en reparle plus loin.
Plus d’informations seront disponibles prochainement. Seul indice, je poursuis mes recherches à partir des premiers resultats obtenus à la suite de mon mémoire de recherche.

Le matériel du miniaturiste aux XVIe et XVIIe siècles, vitrine du Victoria & Albert Museum. Crédits : Céline Cachaud, Février 2016

Le dictionnaire des miniaturistes de la Renaissance

En lien avec mon projet de thèse que j’espère entamer à la rentrée 2018, et pour rebondir sur mes travaux de recherche effectués pour mon mémoire de recherche, je démarre ma recherche de manière assez biographique avec la mise en place d’un dictionnaire des miniaturistes actifs à Londres et à Paris entre 1520 et 1620. Si la mise en forme est encore assez floue, son contenu varie agréablement au fur et à mesure.

La méthode

La première étape du catalogue est de reprendre tous les écrits qui ont été publiés à propos du portrait à la Renaissance en général, mais également les dictionnaires de miniaturistes. Le dictionnaire de Blättel a été le plus utile, me permettant de retrouver le nom d’une centaine d’artistes de cette période. Parmi ces artistes, nombre d’entre eux n’étaient pas actifs à Paris et/ou à Londres et d’autres étaient que des enlumineurs et ne présentaient pas d’activité de miniaturistes ; ils ont été retirés de la liste préliminaire mais conservés pour d’éventuelles découvertes ultérieures. En Effet, plusieurs enlumineurs ont également réalisé des œuvres indépendantes. Pour plus d’informations concernant la différence entre miniature et enluminure, vous pouvez (re)lire ce billet.

Premiers résultats

Les premiers résultats de cette ébauche du dictionnaire nous donne une liste d’une trentaine d’artistes, soit environ 15 par centre de production, pour la période qui nous concerne. Dans cette liste sont inclus les grands noms de la période : Holbein, Clouet, Hilliard ou encore Olivier, mais aussi des artistes encore inconnus à ce jour, comme Nicolas Denisot ou Essaye Gondet. Il est étonnant de voir qu’un grand nombre de portraitistes voyagent entre les deux cours, appelés au rythme des ambassades et chargés de réaliser le portrait du roi visité, de sa cour, ou de la promise dont les échanges diplomatiques sont l’objet : on mentionnera Jean Perréal à la cour d’Henry VIII au moment du prochain mariage entre Mary Tudor et Louis XII.

Jean Perréal, Portrait de l’écrivain et philosophe Pierre Sala, Petit livre d’amour, vers 1510, British Library (Stowe 955, f. 16)

Conseil et expertise

Depuis Octobre 2017, j’ai développé une activité en tant que consultante spécialiste en portraits en miniature. Elle me permet de rester en contact avec le monde de l’art et d’étendre mon réseau entre Paris et Londres ainsi que de faire connaitre mes recherches à la fois dans le milieu des musées et le milieu universitaire. J’ai notamment publié des articles plus généralistes sur ce carnet de recherche, mais également sur des blogs partenaires, dont The Frame Blog.
Depuis quelques années je suis le cours du marché de l’art des miniatures et j’ai remarqué que la plupart des pièces de cette période sont mal expertisées, mal analysées, et finalement mal vendues. Pourtant, de si rares objets devraient faire l’objet d’une étude à la hauteur de leur rareté, surtout en ce qui concerne les miniatures françaises. De nombreux événements liés à cette activité sont prévus à partir de mars 2018. Plus d’informations seront communiquées en temps voulu.
Pour tout conseil, pour toutes requêtes vous pouvez me contacter sur Twitter ou Linkedin.

Ré-édition du catalogue de l’œuvre de Nicholas Hilliard en France

À la suite de la soutenance de mon mémoire, je me suis replongée dans le catalogue raisonné. Quelques minutes de lecture et les recherches que je mène actuellement m’ont convaincu de le ré-éditer, et ceci dans l’éventualité qu’il puisse servir à long terme à d’autres spécialistes du domaine, mais également d’en proposer une édition officielle sous forme de site internet.
Malheureusement, les musées conservant les collections les plus importantes n’ont pour le moment pas les crédits pour ce genre de projet. J’avance donc à tâtons pour commencer et verrais avec le temps de déployer une infrastructure susceptible d’accueillir les méta-données du catalogue que je suis en train d’organiser. Une nouvelle version PDF sera prochainement disponible, après accord des collections privées et des musées.

C’est tout pour le moment, pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter !

 

Céline Cachaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.