La miniature, essai de définition

Au cours de ces deux dernières recherches, une de mes plus grandes difficultés a été de déceler les miniatures dans les textes : généralités, catalogues de vente et d’exposition, etc. Cette tache a été d’autant plus ardue que ces documents se contradisent les uns les autres et ce qui est considéré comme une miniature dans un livre, devient une enluminure dans un autre, et vice-versa. Je vous propose donc dans cet article de découvrir les différents termes traitant de la miniature, son origine sémantique et enfin d’apporter quelques informations à ce qui peut être considéré ou pas comme une miniature.

La difficulté de conservation dans les musées

Pourquoi la miniature est-elle si difficile à étudier ? La première raison est en lien avec le peu d’importance accordées à ces pièces. Pendant très longtemps, elles étaient conservées ou considérées comme des objets d’art ou des “objets de vertu”, leur monture orfévrée étant l’objet principal de l’étude. C’est la principale raison de l’acquisition en 1857 de la miniature dite Stella Britannis : « La première miniature acquise par le musée, en 1857, aussi d’Elisabeth I par Hilliard, était en fait cataloguée et exposée pour sa monture décorative. A ce moment-là, aucun musée national anglais avait l’idée de collectionner des miniatures. » Encore aujourd’hui, elles sont rarement répertoriées dans les catalogues de vente, en particulier chez Drouot, et cela ne fait qu’une trentaine d’années qu’elles font l’objet d’une étude par des experts en France.

Nicholas Hilliard, Portrait d’Elisabeth Ire dite “Stella Britannis”, v. 1595-1600, V&A © Victoria and Albert Museum, London

 

Ainsi, toutes les miniatures utilisant des techniques d’orfèvrerie : montures, portrait ou scène traitées en émail, etc. sont aujourd’hui encore conservées dans les départements d’objets d’art des musées, à l’instar du Kunsthistorisches Museum de Vienne où le pendentif conservant les miniatures représentant Charles IX et Catherine de Médicis peintes par François Clouet est avant tout considéré comme un bijou, Schmuck en autrichien.

Une autre difficulté d’étude de ces pièces demeure  la différence des techniques picturales et de statut d’un pays à un autre. Si la majorité des huiles sur cuivre sont conservées dans les départements de peinture, les aquarelles y sont également conservées, en particulier dans le monde anglo-saxon, l’aquarelle étant considérée comme une technique picturale et non graphique. La France, et en particulier le musée du Louvre, marque ici une opposition : elle les  intégre au département des arts graphiques puisque la conservation de l’objet prime. Toutefois, si celles-ci présentent un pendentif orfévré entièrement conservé, il sera conservé aux objets d’art. Faisant appel à différents corps de métiers et divers techniques, le choix de leur catalogage est donc un casse-tête plus qu’autre chose. On pourrait espérer un jour la mise en place de chargés interdépartementaux pour travailler de manière complète sur ces objets, de la même manière qu’elles étaient produites à leur époque.

Capture d’écran d’une notice d’une miniature conservée au musée du Louvre, consultée le 11 octobre 2017.

 

L’origine du mot miniature

Les textes anciens, remontant à la Renaissance, n’utilisaient pas le terme de « miniature » comme on l’entend aujourd’hui. Au Moyen Âge, il désignait les lettrines enluminées, puis à partir du XVIIe siècle, il commence à désigner les œuvres à l’aquarelle, notamment grâce à la publication du traité d’Edward Norgate, Miniatura. Puis, il fait l’objet d’une définition dans le Dictionnaire universel d’Antoine de Furetière en 1690  :

« Peinture faite de simples couleurs destrempées avec de l’eau & de la gomme sans huile. Elle est distinguée des autres peintures, en ce qu’elle est plus délicate, qu’elle veut estre regardée de près, qu’on ne la peut faire aisément qu’en petit, qu’on ne la travaille que sur du vélin ou des tablettes. Voicy les principales couleurs qu’on y employe, le carmin, l’outremer, la laque, le vermillon, la mine de plomb, le brun rouge, la pierre de fiel, l’ocre de ruë, le stil de grain, la gomme gutte, le jaune de Naples, le massicot, l’inde, le noir d’yvoire & de fumée, la terre d’ombre, le verd de mer, de vessie, d’iris de montagne, du blanc de ceruse, du bistre, &c. Les miniatures sont d’ordinaire petites & delicates, d’où vient quelques uns les appellentmignatures. Ce mot vient deminium, à cause que c’est une couleur qu’on y employe ordinairement. »
La définition de Furetière rappelle plusieurs éléments : l’origine étymologique, le format et la technique. En reprenant l’étymologie, on apprend que le mot est issu du terme « minium », qui signifie vermillon et  désigne donc la couleur employée dans ce type d’œuvres, notamment pour le tracé sous-jacent. Le terme renvoie donc directement à la technique employée dans l’enluminure depuis le Moyen Âge. L’artiste trace d’abord le dessin avec ce rouge assez clair et lumineux qui s’efface sous la superposition des couleurs plus ou moins opaques.

D’autre part, si l’auteur précise que le format est habituellement petit, il n’indique pas dans quel environnement elles sont produites, ainsi le terme désigne toutes les peintures à l’aquarelle, les productions autonomes et les productions livresques. Il est également à remarquer l’emploi du terme mignature, à lier avec le terme mignon, qui depuis le XVe siècle signifie serviteur du roi, et prends une connotation intime, rappelant que le mignon est le favori de la personne royale. Au XVIe siècle siècle, le mignon a également une connotation péjorative dans le sens de raffinée et délicate, à l’instar des mignons d’Henri III. Le terme de « mignature » serait donc également à lier avec un contexte de cour et de raffinement.

Pigment vermillon © Wikipedia

Miniature ou enluminure ?

Le terme enluminure n’est pas présent dans le dictionnaire d’Antoine Furetière mais apparaît un siècle plus tard dans l’Encyclopédie méthodique. Pierre-Charles Levesque, co-directeur des tomes dédiés aux Beaux-Arts, écrit à son propos : « c’est une sorte de peinture faite sur des estampes avec des couleurs délavées à la gomme. Il y aussi des papiers-tapisseries qui sont enluminés, c’est-à-dire, dont la planche n’a fourni que le trait, & dont les couleurs ont été placés au pinceau. » Un peu plus loin dans l’Encyclopédie, il est écrit que la miniature est un « genre de peinture en petit, dans lequel on employe des couleurs délayées à l’eau gommée. On se contente ordinairement de pointiller les chairs, & l’on peint à gouache les fonds & les draperies. On connoît cependant des miniatures où tout le travail est pointillé. […] » Le reste de la définition met l’accent sur le lien entre ce type d’œuvre et les livres : « Comme leur emploi étoit d’orner les livres, l’université les prit sous sa protection […] ». Le portrait y est également mentionné en fin de définition, mais là encore lié au livre. Enfin, l’auteur – M. Levesque – rappelle qu’« on peint en miniature sur ivoire & sur vélin » et renvoie au terme d’Esprit pour des techniques liées à la façon de peindre une miniature. Il est cependant à noter que dans le terme de Peinture, l’auteur traite également de l’enluminure : elle “ne consite qu’à coucher une couleur bleue partout où l’on voit du bleu, […]” par comparaison à la peinture qui demande plus de finesse, et liée à une pratique artistique des peuples “industrieux” anciens comme les Egyptiens ou les Indiens.

À la fin du XVIIIe siècle, l’enluminure désigne donc les estampes colorées. À quel moment ce terme désigne-t-il donc la production picturale livresque ? Parcourons les dictionnaires du XIXe siècle. Dans le Dictionnaire des écoles, daté de 1858, le terme « enluminer » indique qu’il s’agit de l’action de colorier une image, une estampe, une carte. Le terme commence à peine à s’éloigner du domaine de la gravure pour s’étendre plus généralement à l’image. En 1892, le Dictionnaire illustré de la langue française indique que enluminer signifie colorier, mais l’enlumineur reste celui qui colorie les estampes.  Les ouvrages spécialisés dans le domaine parlent encore de miniature pour désigner les images ilustrant les manuscrits de l’époque médiévale et Renaissance. Il faut attendre les années 1920 pour voir apparaître un début de définition correspondant à la terminologie actuelle : dans le Larousse universel en 2 volumes de 1922, le terme “enluminer” présente plusieurs définitions : il signifie alors colorier des estampes, puis « orner d’enluminures » ; et l’enlumineur ne désigne plus celui qui colorie les estampes mais l’artiste médiéval en charge des travaux picturaux dans les manuscrits. Les recherches sont toujours en cours quant à savoir comment se changement sémantique a eu lieu.

Il est à rappeler que les termes « enluminure » et « limning » en anglais — désignant les travaux de miniature et d’enluminure et également utilisé pour désigner les portraits en miniature à la Renaissance — sont dérivés de la même racine, c’est-à-dire du nom latin lumen, inis, signifiant lumière. Le terme anglais rassemblait tous les travaux peints aux couleurs détrempées à l’eau, par conséquent tous les travaux à l’aquarelle. La frontière reste donc toujours poreuse. Aujourd’hui, les deux termes d’enluminure et de miniature cohabitent toujours pour désigner les travaux livresques. On parlera cependant de manuscrit enluminé pour toutes les images volontairement peintes directement sur la page désignée, ou de « manuscrit à miniatures » pour toutes les images réalisées sur une feuille à part puis collées dans un manuscrit.

Artistes anonymes, Portraits d’Henri III et deux dames de cour dont Marguerite de Valois (?), Folio tiré du Livre d’Heures de Catherine de Médicis, dates variées, manuscrit à miniatures, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (N.a.l. 82, f. 122r)

Une histoire de technique ?

Il est à noter qu’aujourd’hui, la frontière reste encore floue entre terminologie et technique. C’est ainsi que les cartels de l’accrochage du musée du Louvre en 2008, à l’occasion de l’acquisition d’un Portrait de jeune fille de Nicholas Hilliard [cf. notre analyse], indiquent qu’il s’agit de « miniatures sur vélin ». Beaucoup plus récemment, dans le catalogue de vente de Delon & Hoebanx, les œuvres sont également définies sous ce terme. Il semble important de préciser que cette expression n’a pas de sens. En effet, même si le terme de “miniature” désigne en général une technique spécifique — celle de l’aquarelle —, elle désigne également des huiles sur cuivre et, en extrapolant, toute œuvre de petit format de quelque technique qu’elle soit. Le terme de miniature distingue alors une typologie picturale.

Ainsi, nous proposons la définition suivante : la miniature désigne toute œuvre autonome, de petit format, en général inférieur à une feuille A4, et généralement rapides d’exécution. Elle se définit par une multitude de techniques : l’huile, l’aquarelle, l’émail etc., sur des supports définis : le cuivre et autres métaux, l’ivoire, le vélin. Elle s’identifie à une fonction spécifique, souvent un cadeau dans un cadre d’intimité, et s’apparente généralement aux objets d’art par le côté précieux, car si la réalisation de la miniature en elle-même est assez modeste, leur contenant – une monture d’orfèvrerie, une tabatière ou une boîte en ivoire – est beaucoup plus chère.
Les miniatures peuvent également désigner des œuvres de plus grand format, autour d’une feuille A4, désignées sous le terme de « miniature de cabinet ». Elle désigne alors toute œuvre picturale travaillée à l’aquarelle ornant les studiolo et petits cabinets de travail : souvent des portraits ou des scènes mythologiques.

Céline Cachaud

Bibliographie :
AUGÉ Claude (dir.) et LAROUSSE Pierre, Larousse universel en 2 volumes : nouveau dictionnaire encyclopédique, tome 1, Paris, Larousse, 1922
BAKER Malcolm et RICHARDSON Brenda (ed.), A Grand Design : The Art of the Victoria and Albert Museum, catalogue d’exposition, Victoria & Albert Museum (Londres), du 14 octobre 1999 au 16 janvier 2000, Baltimore, Harry N. Abrams Inc. et The Baltimore Museum of Art, 1999, p. 288
FURETIERE Antoine, « miniature », Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts…, La Haye, A. et R. de Leers, 1690
LEVESQUE Pierre-Charles, « Enluminure » et « miniature », Encyclopédie méthodique. Beaux-Arts. Tome 1, dédiés et présentés à monsieur Vidaud de la Tour, conseillé d’Etat, et directeur de la Librairie, Paris, 1788-1791.
Nicholas Hilliard et le portrait en miniature aux XVIe et XVIIe siècles. Autour d’un don des Amis du Louvre, accrochage du 17 septembre au 15 décembre 2008, Dominique Cordellier, Michèle Gardon et Brigitte Donon (commissaires), Paris, musée du Louvre, 2008 [document interne, Documentation des Arts Graphiques, musée du Louvre]
Bijoux, horlogerie, objets de vitrine, orfèvrerie, catalogue de vente, Delon & Hoebanx, vendredi 6 octobre 2017, Paris, 2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.