Nicholas Hilliard en France : un résumé

Ce mémoire est l’aboutissement de plus de deux ans de recherche. Il est composé d’une étude de 167 pages, associé à un catalogue raisonné de Nicholas Hilliard, le premier en français, de 273 numéros. Pour un compte-rendu du catalogue raisonné, nous vous invitons à consulter ce billet publié récemment sur ce même carnet de recherche.
La consultation intégrale du mémoire de recherche est pour le moment indisponible.

English version

Le mémoire

Le séjour de Nicholas Hilliard en France (1576-1579) et ses conséquences sur son œuvre :
une approche holistique. 

Ce mémoire de recherche a été soutenu le 18 septembre 2017 à l’université de la Sorbonne. Il a été préparé sous la direction de Sabine Frommel, directrice des études, à l’École Pratique des Hautes Études. Le jury était également composé d’Emmanuelle Brugerolles, conservatrice du cabinet des dessins Jean Bonna de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, et de Michèle Bimbenet-Privat, conservatrice au département des Objets d’Art du musée du Louvre. Le mémoire a été reçu avec une mention très bien et les félicitations du jury.

L’étude

Le séjour de Nicholas Hilliard en France a souvent été réduit à une simple phase sans conséquences par la plupart des spécialistes de l’artiste. Pourtant les sources et les œuvres conservées nous montrent que cette période fut prolifique et charnière pour l’artiste. Bien que peu d’œuvres subsistent (une vingtaine environ), elle témoigne de la pluralité de sa production artistique et les prémices de l’apogée de sa carrière grâce à la protection de la cour des Valois et notamment du frère du roi, le duc d’Alençon.

Problématique 

À travers une analyse renouvelée des sources archivistiques et iconographiques disponibles et découvertes, nous nous sommes interrogés sur l’importance de ce séjour au sein de la carrière de Nicholas Hilliard et ses conséquences sur son œuvre. Dans une moindre mesure, nous avons également abordé le possible rôle de l’artiste dans le re-développement de l’art du portrait en miniature en France à la fin du XVIe siècle.

Méthode : 

Notre approche s’est voulue holistique et a cherché à analyser le séjour de Nicholas Hilliard de manière globale, à savoir à la fois l’artiste et l’homme. Ses relations avec la cour de France, l’ambassade anglaise et donc avec la cour d’Angleterre ont été étudiées à la lumière des sources diplomatiques, pour la plupart déjà publiées. La place de Nicholas Hilliard au sein de cette ville de Paris cosmopolite a également été étudiée : ses relations avec les artistes et acteurs de la vie culturelle de la cour et de la société parisienne, mais également ses difficultés en tant qu’orfèvre étranger et protestant dans une ville catholique et chauvine ont également été abordés. Les œuvres de l’artiste ont été confrontées avec des comparaisons signifiantes de la production artistique contemporaine. Enfin, des éléments de réponse quant à sa pratique artistique ont été ajoutés.

Résultats

Nicholas Hilliard part très certainement avec l’ambassade du nouvel ambassadeur anglais, Sir Amyas Paulet, au mois de septembre 1576. Il arrive à la cour des Valois le 3 octobre où il rencontre le roi, et rencontre très certainement son protecteur, le duc d’Alençon, le 9 novembre de cette même année, alors que le duc est enfin présent à Paris pour la première fois depuis l’arrivée de Hilliard en France. Sa position au sein de la suite du duc est déjà assurée, connue par un paiement de 600 livres daté du 5 août 1576 selon les Mémoires du duc de Nevers.
Sa connaissance du français et de l’étiquette lui permettent de recevoir un certain nombre de commandes et de se lier d’amitié avec des artistes et érudits de l’époque : son traité, The Arte of Limning, mentionne Ronsard ; les sources, Georges de Ghent, peintre de la reine Louise de Lorraine, et Herman Mezebrinck, orfèvre flamand au service d’Henri III. En 1577, il partage son statut de valet de chambre avec l’architecte et dessinateur Jacques Androuet du Cerceau.

Peu d’œuvres sont conservées de cette période et la plupart concernent sa pratique artistique de cour : un portrait du duc d’Alençon (Kunsthistorisches Museum, Vienne), d’Henri III (coll. privée) ou encore un portrait gravé du duc et de la duchesse de Nevers (BnF). Un portrait dit de Marguerite de Valois montre également que l’artiste a travaillé plus généralement pour la cour. Il re-développe ainsi un goût pour les portraits en miniature qui semble s’être perdue depuis la mort de François Clouet, portraitiste des Valois, en 1572.
D’autres œuvres témoignent d’une pratique urbaine, sans doute réalisées au sein d’un atelier qu’il met en place à Saint-Germain des Prés : un autoportrait et des portraits de son père et de son épouse Alice (V&A) ainsi que cinq portraits anonymes sont également connus.
D’autre part, Hilliard conserve également ses amitiés avec l’ambassade et la cour anglaise, comme en témoignent les portraits de Francis Bacon (NPG), la découverte de deux peintures représentant Elisabeth Ire et l’ambassadeur Sir Amyas Paulet (Waddesdon Manor), ainsi que la connaissance par les sources d’une commande d’orfèvrerie au comte de Hertford, un de ces plus fervents mécènes (National Archives).

Nicholas Hilliard est de retour en Angleterre entre la fin novembre 1578 et février 1579. Un bateau avec le Seigneur de Simiers, en charge de la préparation du voyage du duc d’Alençon en Angleterre débarque le 3 janvier 1579. Il se peut que l’artiste ait prit ce même bateau. Au début d’octobre de cette même année naît son deuxième enfant.

Par conséquent, tous ces éléments concordent vers une même idée : Nicholas Hilliard fut un artiste apprécié de la cour des Valois jusque dans ses plus hautes sphères, et par mimétisme de la société parisienne. Le peu d’œuvres conservées peut s’expliquer par le fait qu’elles furent conservées dans des collections françaises et avec le temps, disparurent.
Cette période brillante de sa carrière ouvre sur une période d’apogée où l’orfèvre est omniprésent à la cour et à la ville. Il prend plusieurs apprentis dont Isaac Olivier vers 1580 qui s’avérera par la suite être son plus grand rival, et est à la tête d’un atelier florissant. Les œuvres issues de sa main témoignent d’une influence française subtile et digérée, confirmant le génie de l’artiste anglais. Elle se marie avec l’influence de l’École du Nord, très présente culturellement sur le sol anglais depuis le XVe siècle. Ces influences sont particulièrement visibles au sein de son travail d’orfèvre, à travers notamment les montures de miniatures conservées : sans doute grâce à la diffusion des modèles par la gravure et sa proximité avec le milieu des orfèvres français, l’influence de Baptiste Pellerin, Etienne Delaune, Jacques Androuet du Cerceau, mais également celle d’orfèvres flamands, est bien vivante dans la lecture des modèles de monture ou bien dans le décor émaillée du verseau des pendentifs. D’autre part, certaines miniatures de cabinet montrent une influence du portrait en pied français, dont le modèle standardisé a été maintes fois répétées par François Clouet, mais plus généralement du portrait européen. Enfin, notre étude s’est terminée sur une étude non-exhaustive du paysage dans l’œuvre de Hilliard, innovation qui apparaît au lendemain de son séjour, notamment à travers le portrait du Jeune homme parmi les roses (V&A) et d’autres de ces chefs-d’œuvre. Ils montrent là encore une influence conjointe du paysage français et flamand.

Toutes ces influences, dont l’artiste en mentionne également certains dans son traité : Rosso Fiorentino, actif à Paris entre 1530 et 1540, mais également Albrecht Dürer, Hans Holbein et bien d’autres, tendent à nous donner une image d’un artiste éduqué, accompli, qui regarde et intègre les éléments qui lui seront ensuite utiles pour proposer à la société anglaise du XVIe siècle un portrait qui plait, soigné, précieux, à la hauteur de son ambition : « les plus beaux pour l’ornement des livres de princes ou à insérer dans des bijoux d’or ».

Table des matières partielle

Première partie : Le « painctre de la Royne d’Angleterre » à la cour de France

Chapitre 1 : Une visite attendue
1. Les raisons d’un séjour en France
2. L’arrivée en France

Chapitre 2 : Nicholas Hilliard, un peintre de cour
1. Au service du « frère unique du roi »
2. Hilliard et la cour des Valois
3. « Jamais la volonté de quitter le service de la Reine… »

Deuxième partie : Un artiste anglais et protestant à Paris

Chapitre 3 : Un atelier parisien
1. L’installation d’un atelier à Saint-Germain-des-Prés
2. Analyse d’une production citadine

 Chapitre 4 : Une protection princière insuffisante
1. Le duc d’Alençon, un proche dangereux
2. Un acte illégal de maîtrise.

Troisième partie : Les conséquences du séjour parisien de Nicholas Hilliard

Chapitre 5 : Un échange de connaissances
1. L’apport de la culture français dans l’art de Hilliard
2. Le rôle de Hillliard dans le re-développement du portrait en miniature en France

Chapitre 6 : Hilliard, miniaturiste français ?
1. Des contacts permanents avec la France
2. Des innovations : les années 1590

Céline Cachaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.