Rubens. Portraits princiers : un compte-rendu

Début octobre, je me suis rendue au musée du Luxembourg pour visiter leur nouvelle exposition qui ouvrait le 4 octobre dernier. En lien avec la thématique imposée du Sénat en lien avec le thème d’Art et Pouvoir, elle donnait donc à voir une sélection de portraits de Rubens, sobrement intitulé Rubens. Portraits princiers.

Affiche de l’exposition © Musée du Luxembourg, Paris.

Le sujet est ambitieux et surtout moins commercial. En effet, Pierre Paul Rubens, né en 1577 en Westphalie dans une famille anversoises exilée, est surtout connu pour ses grands décors et ses toiles allégoriques. Sa carrière débute à Anvers, où il y retourne avec sa famille alors qu’il est âgé d’environ dix ans ; la ville est alors un des plus grands centres artistiques d’Europe. ll y reçoit une éducation humaniste et classique, et y apprend la peinture auprès de Tobias Verhaecht, puis Adam van Noort et Otto van Veen. Aucun d’entre eux en semble avoir pratiqué l’art du portrait et sont surtout connus pour leurs scènes religieuses et leurs fresques. D’ailleurs, aucun portrait de Rubens n’est connu avant son séjour italien entre 1600 et 1608. C’est le point de départ de l’exposition. Elle rappelle notamment qu’en voulant parfaire sa formation d’artiste, il attire le patronage des Grands de la péninsule italienne, à commencer par les Gonzague. Rubens assiste au mariage par procuration de Marie de Médicis et d’Henri IV à Florence en 1600, voyage de Gènes à Rome où il étudie entre autres Raphael, Titien et l’antique. Il se rapproche également de la communauté flamande alors présente, et particulièrement de Frans Pourbus le Jeune, portraitiste déjà très réputé.

Pierre Paul Rubens, Portrait de Vincent II de Gonzague (1594-1627), septième duc de Mantoue, vers 1605-1608, Saltram (Devon), The Morley Collection © National Trust

En 1608, apprenant la maladie de sa mère, il rentre à Anvers où il est repéré par les Habsbourg et devient le peintre attitré du couple archiducal d’Autriche, Albert et Isabelle. Comme le précise l’exposition, Rubens atteint rapidement la célébrité et installe alors un atelier où ses créations sont copiées en série par ses élèves, à commencer par ses portraits. Par exemple, le musée du Luxembourg présente plusieurs versions du portrait d’Isabelle Claire Eugénie, attribués à Rubens et son atelier : la version du Prado, celle de la National Gallery ou encore celui du Chrysler Museum of Art (États-Unis). Ses entrées à la cour des Habsbourg et sa proximité avec l’archiduchesse, veuve en 1621, lui permettent d’obtenir une place comme diplomate. La carrière internationale de Rubens explose. On le retrouve à partir de 1621 à la cour de France où Marie de Médicis lui commande la décoration de la galerie du palais du Luxembourg, aujourd’hui conservée au musée du Louvre et reconstituée dans l’exposition à travers une série d’estampes, puis voyage entre la cour de Charles Ier d’Angleterre, Anvers et la cour d’Espagne entre 1627 et 1630. Anobli par Philippe IV d’Espagne et chevalier en Angleterre, il incarne l’artiste-diplomate par excellence au tournant du XVIIe siècle. Vieillissant, il rentre à Anvers en 1630 où il restera jusqu’à sa mort en 1640.

Pierre Paul Rubens, Portraits de Louis XIII et Anne d’Autriche, vers 1622-1625, The Norton Simon Foundation (Pasadena, États-Unis) © Céline Cachaud, octobre 2017.

L’exposition retrace donc le parcours d’un artiste sur 30 ans de carrière. Qu’en retenir ? Si l’exposition éblouit par une scénographie dramatique, des prêts de quelques unes des institutions les plus prestigieuses au monde, dont le musée national du Prado à Madrid, la Norton Simon Foundation et le Metropolitan Museum of Art aux États-Unis, elle ne répond pas aux questions du visiteur (en tout cas pas aux miennes). J’attire l’attention du lecteur sur deux défauts majeurs. Tout d’abord, il est à noter la confusion entre le titre et le contenu de l’exposition d’une part, et sa présentation d’autre part. Le titre de l’exposition appelle le visiteur à voir une sélection de portraits princiers appelant à répondre à nos interrogations suivantes : qui sont-ils ? pourquoi Rubens ? Comment les peint-il ? Quel schéma emploie-t-il ? Dans quel but ? Une partie de ces questions trouve réponse à travers les cartels assez complets des œuvres.
Toutefois, je reste confuse par rapport à la présentation qui commence ainsi : « Cette exposition a deux héros : une reine et un peintre. La première Marie de Médicis (1573-1642-), veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII […]. Le second, Pierre Paul Rubens… ». L’exposition se concentrerait-elle donc sur la période française de Rubens et ses relations avec la reine de France ? En réalité non, puisque le parcours est chrono-thématique, invitant le visiteur à parcourir chronologiquement la carrière de l’artiste puis à terminer sa visite sur une longue conclusion rappelant la formation de Rubens comme peintre d’histoire mais aussi la situation de Rubens comme « prince des peintres » ayant réussi, comme en témoigne l’autoportrait exceptionnellement prêté par la reine de Grande-Bretagne. Il me semble que le but de l’exposition ait alors été manqué.

Pierre Paul Rubens, Autoportrait de l’artiste, signé et daté de 1623, Royal Collection Trust /© Her Majesty Queen Elizabeth II 2017

Deuxièmement, l’absence de discours véritablement scientifique. Il est clair que le sujet a été choisi pour son côté grand-public et tapageur, mais il y avait tellement d’autres moyens d’aborder le sujet de manière tout aussi pédagogique sans être réduit à un discours simpliste voire inexistant. La notion d’atelier par exemple n’est abordée que part l’accrochage de plusieurs portraits d’Isabelle de Habsbourg avec trois phrases. Comment est construit un tableau princier ? Où sont les dessins ? Que peint l’atelier ? Quelle est la part de l’artiste dans ces productions ? Après tout Rubens joue alors le rôle de chef d’orchestre. L’atelier de Rubens est pourtant un des sujets ayant fait l’objet de tant d’études et spéculations. Comment distingue-t-on un tableau de la main du maître de ceux de son atelier. En réalité, est-il possible de reconnaître l’un l’autre ? Je conseillerais au lecteur de se reporter au catalogue avec notamment un essai sur l’invention du « portrait d’apparat rubénien ». Pour plus d’informations sur son atelier, on se retournera vers l’exposition des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 2007-2008 [voir la recension très complète de La Tribune de l’Art et le catalogue de l’exposition].

Pierre Ier Firens, Portrait dessiné de Marie de Médicis pour une miniature (?), pierre noire sur papier, galerie Ratton Ladrière (Paris), 1609, © Céline Cachaud, octobre 2017

Enfin, je mettrais l’accent sur quelques imprécisions et manques. En prenant compte du contenu de l’exposition, les deux héros ne seraient-ils pas plutôt Rubens et l’archiduchesse Isabelle ? Grâce à cette dernière, le peintre accède au titre de diplomate et est envoyé dans les principales cours d’Europe, lui permettant d’être au cœur de la scène artistique européenne, mais également de pouvoir montrer ses talents de peintre de scènes allégoriques, sa spécialité. D’autre part, nous regrettons l’absence de discours autour de la cour anglaise et notamment la mention d’un des seuls portraits de l’artiste encore en place, le portrait allégorique de Jacques Ier d’Angleterre à la Banqueting House de Londres, ultime vestige du palais de Whitehall incendié en 1698. Une impression en haute définition de ce grand-décor aurait permis au visiteur de véritablement comprendre l’art de Rubens car rappelons-le, Rubens n’est pas un portraitiste de formation, mais un peintre de grands décors. D’autre part, la relation entre Anton Van Dyck et Rubens est à peine mentionnée. Ces deux peintres ont pourtant travaillé ensemble. Nous vous conseillons à ce sujet le catalogue de l’accrochage de la Tate en 2011-2012, Rubens and Britain.

Pierre-Paul Rubens, Portrait allégorique de Jacques Ier d’Angleterre, vers 1629-1630, Banqueting House (Londres). Cliché Royal Collection Trust /© Her Majesty Queen Elizabeth II 2015. Photograph: Historic Royal Palaces

En conclusion, je suis sortie frustrée de cette exposition qui n’a, à mon sens, pas tenu ses promesses. On appréciera tout de même l’effort de médiation avec toujours la présence des audioguides (au prix de 5€), de feuillets récapitulatifs gratuits, mais également la possibilité de prendre des photographies et enfin la beauté des tableaux qui confirment là encore le génie de l’artiste. L’amateur apprendra peu, je conseille donc l’exposition à tous ceux qui souhaitent découvrir un autre aspect de Rubens, un des plus grands acteurs de l’art européen. Mais n’est-ce pas là tout le problème ? À un moment où l’actualité de la recherche en histoire de l’art se concentre au contraire sur la notion d’atelier et de collaboration, l’organisation d’expositions centrées uniquement sur les grands noms n’est-il pas un non-sens ? Le but d’un musée n’est-il pas justement de développer des expositions en lien avec les recherches actuelles afin d’instruire le grand public tout en mettant en valeur le travail des chercheurs ? Je laisserais au lecteur la possibilité de se faire sa propre opinion.

Rubens. Portraits princiers, jusqu’au 14 janvier 2018.
Plus d’infos : http://museeduluxembourg.fr/expositions/rubens-portraits-princiers
Catalogue d’exposition en vente au prix de 35€.

Céline Cachaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.