Trois miniatures au musée du Louvre : analyse comparative

Le 14 janvier dernier se clôturait l’une des rares expositions scientifiquement intéressantes de 2017 : François Ier et l’art des Pays-Bas. Quelques jours plus tard, avec l’autorisation de Mme Cécile Scailliérez, j’ai eu le plaisir de pouvoir observer trois miniatures qui y étaient exposées. À l’issu de cette session privilégiée, je vous propose donc de découvrir une étude d’ensemble de ces trois portraits et de proposer une ébauche d’une nouvelle étude sur l’origine du portrait en miniature entre la France et l’Angleterre.

La miniature dans les années 1520-1540 : présentation

Les trois portraits qui font l’objet de cette étude s’inscrivent dans la première phase de création de  portraits en miniature autonomes. La date habituellement admise pour leur apparition est 1526, année lors de laquelle Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, envoie au nom de son frère François Ier deux portraits des fils du roi de France à Henry VIII[1].
Pourtant, l’étude de cette technique montre que des portraits dits « en miniature » apparaîssent dès les années 1510-1520 – voire même avant – avec lé découverte du portrait de Pierre Sala (1510, British Library, Stowe 955) et plus tardivement des portraits des Preux de Marignan, ornant le deuxième volume des Commentaires de la guerre gallique (Bibliothèque nationale de France, voir plus loin).

Jean Perréal, Portrait de Pierre Sala, 1510, British Library (Stowe 955)

À cette même période, ce type de portrait devient entièrement indépendant du livre pour devenir entre autre des bijoux, ou de petites boîtes offertes les uns aux autres. Inscrit dans cette chronologie, il est donc à présent possible de présenter les trois miniatures faisant l’objet de notre article.
Le premier portrait, le plus ancien, est celui d’une dame anonyme, conservé au Yale Center for British Art (New-Haven). Il était encore récemment attribué à Hans Holbein le Jeune et daté vers 1540. Cependant, l’analyse du costume permet de supposer que cette datation est légèrement trop avancée : le dépouillement du costume féminin et le type de coiffe supposerait plutôt une réalisation française et une datation vers 1525-1530. La coiffe est notamment identique au portrait dessiné de Diane de Poitiers, aujourd’hui conservé au domaine de Chantilly. Cécile Scailliérez date ce portrait autour de 1530 lors de l’exposition inédite de la miniature [2].

Portrait de dame, v. 1525-1530, Yale Center for British Art. © Céline Cachaud 2018 / Yale Center for British Art

Jean Clouet (attr.), Portrait de Diane de Poitiers, v. 1525, Musée Condé (Domaine de Chantilly) © RMN-Grand Palais

Le second portrait, également conservé outre Atlantique, représente Charles Ier de Cossé, comte de Brissac (1505-1563). Maréchal de France en 1550, il s’illustra pour ses prouesses militaires, notamment en Italie. Plusieurs portraits et dessins sont conservés de lui, mais un en particulier permet de dater ce portrait vers 1535-1540. Le dessin, conservé à Chantilly, permet d’authentifier l’identification puisque c’est Catherine de Médicis elle-même qui annota ce dessin [3]. Il s’agit sans doute du croquis pris sur le vif à partir duquel l’artiste a peint cette miniature.

Portrait de Charles Ier de Cossé, comte de Brissac, v. 1535, Metropolitan Museum of Art Crédits : Céline Cachaud 2018 / Metmuseum

Jean Clouet (attr.), Portrait de Charles Ier de Cossé, comte de Brissac, v. 1535-1540, Musée Condé (Domaine de Chantilly) © RMN-Grand Palais

Enfin, la dernière œuvre est légèrement différente puisqu’il s’agit d’une miniature de cabinet représentant François Ier à cheval, mesurant 27×22 cm. Il est conservé au département des arts graphiques du Musée du Louvre. Il s’agit d’une copie ou fait partie d’un corpus produit en série en lien avec un portrait équestre aujourd’hui conservé à la galerie des Offices de Florence.

Portrait équestre de François Ier, v. 1540-1545, musée du Louvre.© RMN-Grand Palais

Jean Clouet, Portrait équestre de François Ier, v. 1540-1545, galerie des Offices © M. Urtado / Polo Museale Fiorentino

Analyse globale : méthode et premiers résultats

Dans un premier temps, les deux miniatures américaines ont été comparées, puis le portrait de François Ier a été observé dans un deuxième temps. Cette observation a permis de réaliser un tableau comparatif entre les deux miniatures auquel se sont ajoutées les informations concernant le troisième portrait. En voici les premiers résultats.
Il semble indéniable que les trois portraits furent peints par la même personne. La technique est identique avec un travail en hachures ton sur ton. Le traitement de la bouche et de la chevelure est notamment caractéristique. Les chairs sont modelées avec délicatesse notamment par l’emploi de vermillon.

Détails des bouches et cheveux des trois portraits © Céline Cachaud 2018

Ces trois portraits se caractérisent par une utilisation subtile de pigments métalliques dont l’or, ainsi que de l’argent pour rendre compte de la damasquinure de l’armure du roi et du collier de la jeune femme. Les détails sont superbement bien rendus malgré l’effacement de la surface picturale. Il s’agit d’œuvres peintes par une main assurée, rendant ces portraits très aboutis mais mais sans doute pas peints sur le vif, comme le confirme la conservation d’un dessin identique au portrait de Brissac.

Détails des éléments métalliques des trois portraits © Céline Cachaud 2018

On ne peut pour le moment apporter des éléments quant au pourquoi de ces différentes commandes. Elles permettent cependant de développer deux réflexions. Premièrement, le portrait de dame indique que non seulement la miniature en tant qu’art autonome prend véritablement son envol dans les années 1525-1530 mais n’est pas limitée à la commande diplomatique. Cet art semble cependant restreint à la cour. La question de la production des portraits en miniature dans les années 1520 devient crucial pour apporter des informations quant à leur indépendance de l’art livresque. Deuxièmement, la miniature prend rapidement ses lettres de noblesse pour devenir de petits panneaux généralement exposés dans les cabinets, d’où le terme de « miniature de cabinet ». Quelle part leur accorder dans la décoration des résidences françaises du XVIe siècle ? Là encore, la recherche sur cet art pictural à l’époque de François Ier est à développer.

Pour aller plus loin : Jean Clouet, une courte biographie

Ces trois portraits sont actuellement attribués à Jean Clouet (dernier quart du XVe siècle – v. 1540). Flamand, sans doute né entre Bruges et Bruxelles, il entre officiellement au service du roi au plus tard en 1516 et gravit tous les échelons jusqu’à devenir en 1523 le peintre attitré et valet de garde-robe puis de chambre de François Ier. En 1525 lui est associé un apprenti, Petit Jean Champion, qui devient également peintre et valet du roi en 1533. Jean Clouet meurt entre juillet 1540 et novembre 1541. Il est mentionné pour la dernière fois dans les comptes du roi en 1536.
De ces attributions, celle de Cossé est la plus ancienne et la plus assurée.  Le portrait a notamment été comparé avec les autres miniatures de l’œuvre du peintre, notamment les portraits ornant les second volume des Commentaires de la guerre gallique [4]. En supposant que ces trois portraits ont bien été peints par le même artiste, ces trois portraits seraient par conséquent à intégrer à l’œuvre du grand peintre flamand. Peu de ces petits portraits sont conservés pour cette période. Une autre miniature française de cette période est attribuée à son atelier (Louvre, MI 1106). Enfin d’autres exemples seraient disséminés dans plusieurs collections privées, attendant d’être (re)découverts.

Jean Clouet, Portrait d’Arthus Gouffier, seigneur de Boissy, Commentaires de la guerre gallique, vers 1519-1520, Bibliothèque nationale de France (MS Français 13429, f. 25v.) © gallica.bnf.fr / BnF

Jean Clouet (atelier), Portrait de François Ier, v. 1540, musée du Louvre © RMN-Grand Palais

L’exposition François Ier, un état de la recherche

Dès son introduction, la récente exposition du musée du Louvre a donné le ton : ici n’est présenté qu’un état provisoire de la recherche, prenant en compte les dernières découvertes et publications développées autour de la thématique de l’influence nordique sur l’art français au début du XVIe siècle. De nouveaux noms apparaissent où sont mis en valeur : Godefroy le Batave, Noël Bellemare pour l’enluminure, ou encore Joos van Cleve pour le portrait, et Grégoire Guérard pour la peinture et surtout le vitrail.
L’exposition a brillé tant pour son érudition que pour son approche pédagogique et complète du sujet. Il a été surprenant, après plusieurs années de disettes des expositions qualitatives du hall Napoléon, de pouvoir enfin prendre plaisir à déambuler parmi un corpus d’œuvres à la fois diversifiées et signifiantes. Comme d’habitude, l’exposition était trop importante pour pouvoir digérer la masse d’informations proposées. Le catalogue, récemment récompensé par Drouot comme livre d’art, est son compagnon idéal, proposant un complément nécessaire à tout amateur du sujet. Nous avons apprécié la part belle donnée au portrait, avec une tentative de réunir le maximum d’œuvres attribuées à Jean Clouet mais également la comparaison pour la miniature avec des œuvres anglaises de Lucas Horenbout.

Lucas Horenbout, Portrait d’Henry VIII, roi d’Angleterre, v. 1540, musée du Louvre © RMN-Grand Palais

Conclusion

L’étude sur les origines du portrait en miniature reste encore un domaine en friche. Seul T.S. Colding en a proposé une étude assez globale en 1953 [5]. Notre article s’est proposé d’ébaucher les premières étapes d’une nouvelle étude sur les échanges techniques et artistiques entre la France et l’Angleterre en prenant le point de vue français grâce à l’organisation de l’exposition du musée du Louvre. Le portrait en miniature à l’aquarelle ou la gouache semble en effet avoir été une mode franco-britannique, bien que les premiers artistes majeurs de cette production soient des artistes issus de l’école de l’enluminure flamande. Le développement d’analyse scientifique entre manuscrits et miniatures contemporaines permettront sans doute de mettre en lumière des similitudes techniques entre les trois écoles flamandes, française et anglaises.
Notes et bibliographie :
[1] LEBEL Gustave, « British-French artistic relations in the XVI century », Reprint from La Gazette des Beaux Arts, Paris, mai 1948, p. 267-280. Un portrait conservé dans les collections royales pourraient être un des exemples envoyés. Il était également présenté lors de cet exposition au musée du Louvre.
[2] SCAILLIEREZ Cécile, François Ier et l’art des Pays-Bas, catalogue d’exposition, musée du Louvre, Paris, Louvre éditions et Somogy éditions d’art, 2017, p. 235
[3] ZVEREVA Alexandra, Les Clouet de Catherine de Médicis, Somogy, 2002
[3] MELLEN Peter, Jean Clouet, Catalogue raisonné des dessins, miniatures et peintures, Paris, Flammarion, 1971, p. 34-36
[4] COLDING T.H., Aspects of Miniature painting, its Origins and Development, Copenhague, Ejnar Munksgaard, 1953, p. 20-40 et p. 55-60

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.